Les jeunes au Bénin se mobilisent pour mettre fin au mariage des enfants

Young people mobilising for the launch of Benin's Tolerance Zero campaign in June 2016. Photo credit: UNICEF Benin

Un mouvement sans précédent s’empare du Bénin. Depuis un an, des centaines de jeunes descendent dans les rues de Cotonou, se mobilisent dans leurs communautés et interpellent les médias pour appeler à la fin du mariage des enfants. Leur message est simple : tolérance zéro.

L’an dernier, plus de 200 jeunes avaient déjà manifesté contre les violences faites aux enfants y compris le mariage des enfants. Les jeunes béninois se mobilisent de nouveau ce 16 juin pour la Journée de l’enfant africain 2017. Un évènement qui coïncide avec le lancement au Bénin de la campagne de l’Union africaine pour mettre fin au mariage des enfants.

Le mariage des enfants au Bénin

Le mariage des enfants est répandu au Bénin. La pratique touche 32% des filles de moins de 18 ans, soit 3 filles sur 10, selon une étude de 2015 du Ministère des Affaires Sociales et de l’UNICEF.

L’étude identifie deux principaux facteurs du mariage des enfants au Bénin. D’une part la pauvreté qui force les parents à recourir au mariage pour pallier leurs difficultés financières. D’autre part, les traditions sociales et religieuses qui prescrivent le mariage dès les premières règles des filles.

Un mouvement des jeunes, pour les jeunes  

Le mouvement béninois contre le mariage des enfants a pris son essor il y a un an jour pour jour. Des associations de jeunes s’étaient alors réunies pour créer la Plateforme Synergie d’Action des Organisations de Jeunes de la Société Civile.

Leur objectif ? Soutenir la campagne nationale « Tolérance Zéro aux violences et abus sexuels faits aux enfants y compris le mariage des enfants. » En savoir plus sur la campagne.

En collaboration avec le gouvernement et l’UNICEF, la plateforme a en peu de temps accompli de belles avancées. Consultation en ligne, dialogues avec les chefs traditionnels et religieux, débats télévisés, émissions radio – une campagne sociale qui bat son plein.

L’hymne « Laissez-moi grandir » entonné en plusieurs langues locales par de jeunes artistes vise à sensibiliser l’opinion publique sur les conséquences du mariage des enfants et autres violences faites aux filles au Bénin.

L’hymne « Laissez-moi grandir » entonné en plusieurs langues locales par de jeunes artistes vise à sensibiliser l’opinion publique sur les conséquences du mariage des enfants et autres violences faites aux filles au Bénin.

Tous les médias sont mis à profit pour « renégocier les pratiques en matière de mariage des enfants et remplacer la culture du silence par une culture de la tolérance zéro » explique Sabine Michiels, en charge de la Communication pour le Développement, UNICEF Bénin.

Engagement pour la fin du mariage des enfants au Bénin

Le lancement de la campagne de l’Union africaine symbolise l’engagement continu du Bénin envers la fin du mariage des enfants. Un effort d’ailleurs soutenu au plus haut niveau par la Première Dame, Mme Claudine Talon, et la Ministre du Travail, de la Fonction publique et des Affaires sociales, Mme Adidjatou Mathys.

La campagne fait de la protection de l’enfance un sujet de société, comme l’explique Sabine Michiels:

« La Campagne vise à briser la culture du silence, lancer un dialogue social sur la banalisation des violences et abus sexuels infligés aux enfants y compris le mariage des enfants et l’impunité, et à contribuer à la création d’un environnement plus favorable à la protection des enfants. »

L’appel à l’action des jeunes

Depuis plus d’un an, les jeunes collaborent étroitement avec le gouvernement pour préparer cette campagne. Une belle collaboration que Jonas Kindafodji, coordonnateur de la plateforme et jeune ambassadeur pour la santé reproductive des adolescents et jeunes, souhaite poursuivre.

« Nous souhaitons que le gouvernement accorde encore plus d’importance à la situation des enfants au Bénin et que le mariage des enfants, qui brise les rêves et le bonheur de nos adolescentes, soit débattu au conseil des Ministres et aussi sur la table des officiers de polices judiciaires. »

Les efforts déployés en seulement un an culminent aujourd’hui dans une mobilisation sociale sans précédent au Bénin. Mais la campagne ne fait que commencer ! C’est avec grande attention que nous suivrons son développement et les engagements pris par les différents acteurs pour réduire le nombre de mariage d’enfants à zéro.

Suivez la campagne sur Facebook et Twitter.