Impliquer les leaders religieux pour mettre fin au mariage des enfants

1st - 31st May 2018

Online

En mai, nous avons parlé des défis et des avantages que comporte travail avec les leaders religieux sur le mariage des enfants. Nous avons reçu de nombreuses questions, et pour y répondre, nous avons invites des experts travaillant avec des communautés chrétiennes, hindoues et musulmanes à nous parler de leur expérience :

John Kingsley Krugu, directeur de la Youth Harvest Foundation au Ghana, une organisation qui cherche à soutenir et habiliter les jeunes à réaliser leur plein potentiel en soutenant leur santé sexuelle et reproductive et en promouvant le développement de leurs compétences par l’éducation et le travail. Youth Harvest Foundation travaille en étroite collaboration avec des érudits religieux chrétiens et musulmans pour traiter du mariage des enfants dans le nord du pays, où il est le plus répandu.

Muhammad Aslam Panwhar, directeur de Peace Foundation au Pakistan. Son organisation travaille avec les chefs religieux musulmans et hindous depuis de nombreuses années, cherchant à promouvoir la paix, l’harmonie sociale et la santé sexuelle et reproductive, et à prévenir le mariage des enfants dans les communautés vivant dans la région désertique du Pakistan.

Robyn Hagan, conseillère mondiale pour l’intégration de la foi dans la protection et la participation des enfants à World Vision International. World Vision est une organisation chrétienne qui travaille sur un éventail de questions, y compris le mariage des enfants, pour aider les communautés à se sortir de la pauvreté. Robyn a piloté, co-écrit des ressources et des outils avec des experts de plusieurs disciplines et de cultures du monde pour engager les leaders religieux de diverses traditions (par exemple, chrétienne, musulmane, bouddhiste, hindoue, etc.) pour mettre fin à la violence contre les enfants. Elle soutient le renforcement continu des capacités et la mobilisation du personnel de World Vision et des leaders religieux dans plus de 45 pays en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Moyen-Orient et en Europe de l’Est.

Neelam Fida, conseillère en protection des enfants à Islamic Relief Worldwide, une organisation inspirée par la foi islamique qui s’attaque aux causes profondes de la pauvreté et travaille avec les communautés pour renforcer leur résilience aux catastrophes. Neelam a une expérience de longue date sur les diverses formes de violence l’égard des enfants grâce à l’engagement de leaders religieux.

Ré-écouter le webinaire en anglais:

Résumé du webinaire en français:

Le mariage des enfants n’est déterminé par aucune religion particulière. Les leaders religieux peuvent néanmoins être d’un grand soutien. Le mariage des enfants est pratiqué à travers différents pays, cultures, ethnies et religions. On peut trouver au sein d’une même communauté religieuse des taux très élevés comme des taux très bas de mariages d’enfants. Mais les chefs religieux sont généralement très respectés et influents et jouent des rôles clés dans leurs communautés. Avec près de 80% de la population mondiale professant une croyance religieuse, les chefs religieux peuvent être d’une grande aide.

L’utilisation de grands principes religieux peut être utile. Certains leaders considèrent le mariage d’enfants comme une forme de protection contre ce qui est comme un risque de honte associé aux relations sexuelles et aux grossesses en dehors du mariage. Utiliser des grands principes tels que «protéger la vie et la santé» ou «promouvoir la paix et vaincre la violence» et faire le lien avec des informations de santé publique sur le mariage des enfants peut aider les leaders religieux à comprendre ses conséquences et leur impact sur leurs communautés.

Les textes religieux peuvent être interprétés de différentes manières. Il faut donc compter sur l’expertise et l’autonomisation. Pour travailler de manière efficace avec les chefs religieux, il ne faut pas essayer d’interpréter l’Écriture sacrée et de faciliter des débats religieux sans être qualifié pour le faire. Mieux vaut travaillez avec des experts en théologie – tels que les érudits religieux – et fournir un espace sûr pour que les leaders religieux puissent débattre et arriver à leurs propres conclusions. L’autonomisation des leaders religieux, y compris des femmes au sein des institutions religieuses, peut permettre de promouvoir l’égalité de genre, l’appropriation des projets au niveau des communautés, et en assurer la durabilité.

Dans certains contextes, travailler avec des leaders appartenant à différentes religions, peut s’avérer efficace. Il peut être utile d’établir des liens entre des leaders religieux de différentes confessions s’ils ont été formés. Cela dépendra du contexte. C’est pour cela qu’il est important de mener des études au début de votre projet pour comprendre le contexte. Si vous décidez d’entreprendre un travail interconfessionnel, assurez-vous que les experts parlent pour leur propre religion et se concentrent sur les éléments communs et non sur les choses qui divisent.

Une approche holistique est nécessaire. Le mariage des enfants est une pratique complexe ancrée dans les inégalités de genre et renforcée par de nombreux facteurs. L’implication des leaders religieux peut être une partie importante d’une approche plus globale. Tout le monde a un rôle à jouer pour mettre fin au mariage des enfants

Related Resources