Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Le Bangladesh vote pour une loi sur le contrôle du mariage des enfants - Des filles pas mariées Le Bangladesh réagit

Girls at a 2009 workshop in Bangladesh on the importance of birth-spacing, ending gender-based violence and reducing early marriage. | Photo Credit: Peter Canton/IPPF

Aujourd’hui (1 er mars), Girls Not Brides Bangladesh a tenu une conférence de presse en réponse à la loi de 2017 sur les restrictions au mariage d’enfants adoptée par le Parlement du Bangladesh au début de la semaine. La nouvelle loi contient une disposition autorisant les mariages des filles de moins de 18 ans dans des «cas spéciaux» ou «pour le plus grand bien de l'adolescent». La loi ne définit pas quels types de «cas spéciaux» rendent acceptable le mariage des enfants.

Les preuves montrent globalement qu'exiger le consentement des parents et du tribunal ne protège pas les filles du mariage des enfants. Girls Not Brides Le Bangladesh s'attend à ce que le pays soit victime d'abus généralisé et signifie effectivement que le Bangladesh n'a pas d'âge minimum pour le mariage.

La loi attend maintenant l'approbation présidentielle avant de devenir loi.

Le mariage ne protège pas les adolescentes. Il existe de bien meilleurs moyens de garantir leur avenir. Par exemple, s’assurer que les filles peuvent aller à l’école et les aider à le faire, légalement et concrètement, est l’un des meilleurs moyens de les protéger. Il est également important de fournir des opportunités économiques aux femmes et aux filles afin qu’elles et leurs familles puissent prospérer.

Girls Not Brides Bangladesh demande au gouvernement de définir les «cas particuliers» afin d'éviter que la nouvelle loi ne soit maltraitée et que les filles ne soient forcées de se marier dans leur enfance. Ils demandent également au gouvernement de travailler avec les organisations de la société civile pour s'attaquer aux causes profondes du mariage des enfants au Bangladesh. Les filles doivent avoir accès à des services médicaux et de soins de santé, ainsi qu'à une éducation de qualité, avec la fourniture de services de garde si nécessaire et le soutien de leurs familles et de leurs communautés.

A propos de la conférence de presse

La conférence de presse a été organisée par Girls Not Brides Bangladesh en collaboration avec le Comité d'action sociale, le Child Rights Advocacy et la Fondation Jaago. Des représentants de nombreux médias écrits et électroniques étaient présents, ainsi que des représentants de plus de 150 organisations.

Conférence de presse du Partenariat GNB-Bangladesh - 1er mars

Girls Not Brides Bangladesh a présenté son plan d'action pour contrer la nouvelle loi. Ils ont annoncé:

  • Envoi d'un mémorandum au président du Bangladesh lui demandant de ne pas signer le projet de loi
  • Engager des procédures légales pour régler ce problème devant les tribunaux
  • Tirer parti des célébrations à venir de la jeunesse et de la société civile à l'occasion de la Journée internationale de la femme (8 mars) pour attirer l'attention sur ce problème.

Plusieurs membres de Girls Not Brides ont pris la parole lors de la conférence de presse, réitérant leur engagement à lutter contre le mariage des enfants au Bangladesh. Ceux-ci incluent: le Forum national de défense des filles, la Fondation Manusher Jonno (MJF), Plan International Bangladesh, Save the Children, Pays-Bas Terre Des Hommes, le Bangladesh Nari Progoti Sangha (BNPS) et BRAC.