Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, s'engage à mettre fin au mariage des enfants

John Baird, the former Minister of Foreign Affairs of Canada, at 2014 Girl Summit in London. | Photo credit: Jessica Lea | DFID

Le 14 septembre 2012, le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, s'est adressé au Conseil des relations étrangères de Montréal. Dans son discours, il a souligné l'engagement du gouvernement canadien à promouvoir les droits des femmes et des filles et, surtout, à mettre fin au mariage des enfants.

Ci-dessous un extrait du discours du ministre Baird, une transcription complète est disponible sur le site Web d'Affaires étrangères et Commerce international Canada.

«L'un des fondements de notre politique étrangère fondée sur des valeurs est la suivante: si nous voulons promouvoir la prospérité, si nous voulons promouvoir les libertés fondamentales et, de plus en plus, si nous voulons éliminer l'extrémisme radical au genou, nous devons activement soutenir et promouvoir non seulement l'égalité des hommes et des femmes, mais également la pleine participation des femmes à tous les niveaux de la société civile.

Ce n’est pas seulement une question d’égalité; il s'agit de la pleine participation des femmes à la société. Lorsque les femmes jouent un rôle actif dans la société, de nombreux autres problèmes sont résolus et ce que nous espérons réaliser devient possible: sécurité mondiale, accès à l'éducation et amélioration de la santé maternelle et infantile.

Le premier est la lutte pour mettre fin à la pratique du mariage forcé précoce

Chaque année, des millions de filles sont forcées à se marier, certaines dès l'âge de 9 ans. Au cours des deux heures que nous aurons passées ici, 2 200 enfants seront forcés de se marier tôt. Aujourd'hui, on estime qu'une fille sur trois dans les pays en développement est mariée avant l'âge de 18 ans.

Des filles comme Habiba, une enfant mariée au Niger qui a été forcée à se marier à 14 ans. À 15 ans, elle tomba enceinte et dut travailler pendant deux jours avant d'être transférée dans un hôpital régional pour y subir une césarienne. Malheureusement, elle a perdu son bébé quelques heures après sa naissance, alors qu'une simple procédure aurait pu lui sauver la vie. Son mari l'a quittée et son village l'a rejetée. Aujourd'hui, elle vit avec sa mère. Complètement ostracisée, elle ne quitte plus sa maison, pas même pour aller chercher de l'eau.

Pour des filles comme Habiba, le passage de la adolescence à la féminité est trop rapide et trop brutal. Aucune fille ne mérite que son enfance lui soit volée. Lorsque des filles âgées de neuf ans à peine sont obligées de se marier contre leur volonté, elles n'ont aucune chance de se faire instruire. Sans éducation, ces filles sont mal équipées pour être parents. En tant qu'enfants, ils ne sont pas prêts à être parents eux-mêmes. Leurs corps ne sont pas prêts à accoucher et, lorsqu'ils le font, ils meurent souvent pendant le travail, ont des bébés prématurés malades et sont plus susceptibles de contracter le sida. C'est un cercle vicieux qui répète et répète et répète tant que nous ne le terminons pas.

Notre gouvernement défend ces filles, même s'il n'est pas toujours opportun de le faire. Nous ne craignons pas de telles conversations difficiles.

Lors d'une récente réunion internationale, je me suis battu pour que la question du mariage forcé soit débattue et j'ai insisté pour que nous apportions la preuve d'un changement réel pour mettre fin à cette pratique archaïque. Lors de la négociation du texte du communiqué, une section a condamné le mariage forcé de bonne heure. J'ai été choqué lorsque certains pays autour de la table m'ont dit que j'étais insensible à la culture pour avoir soulevé cette question.

Tu sais quoi? Je vais en parler. Je ne vais pas rester silencieux sur une question moralement répréhensible qui mérite d'être condamnée. Comment peut-on défendre la pratique consistant à contraindre une fille de neuf ans à se marier? Si le Canada ne parle pas pour ces filles, qui le fera?

Je reconnais que ce n'est pas un problème qui s'est développé du jour au lendemain; c'est vieux, et il ne sera pas résolu du jour au lendemain. Mais il est temps que la communauté mondiale démontre un réel engagement en faveur du changement, pas seulement avec des mots, mais aussi avec des actes. C'est pourquoi le Canada continuera de parler et de travailler avec d'autres pour mettre fin à cette pratique.

Nous mettons notre voix et notre poids derrière les initiatives adoptées par des organisations telles que Girls Not Brides . Je suis heureux de pouvoir dire, puisque je suis ici avec vous aujourd'hui, que le Canada, par le biais de notre mission à Genève, coorganise un événement international à Genève pour sensibiliser le public à cet important problème.

Cela s'appuie sur le travail important que nous avons accompli au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies sur cette question. Et les travaux de ma collègue Rona Ambrose - dont le dévouement face aux problèmes auxquels les femmes et les filles sont confrontées dans le monde entier ont conduit le Canada à mener la Journée internationale de la fille. Nous intensifierons nos efforts en matière de diplomatie et de développement pour mettre fin aux mariages précoces forcés aux quatre coins du monde. »