Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

«Les filles mariées ne doivent pas être laissées pour compte dans la riposte mondiale au VIH», déclare Girls Not Brides à la 21e Conférence internationale sur le sida

A sign saying "AIDS is real and kills" is seen at Aputiri Primary School in Eastern Uganda on 31 July 2014. | Photo credit: Plan International / Nyani Quarmyne

* Ce blog ne représente pas les messages actuels de Girls Not Brides sur le VIH. Pour plus d'informations à jour, veuillez visiter notre centre de ressources . *

Mardi 19 juillet 2016

DURBAN - À l'occasion de la 21e Conférence internationale sur le sida à Durban, en Afrique du Sud, Girls Not Brides appelle à une approche concertée de la lutte contre le VIH, qui inclut les femmes mariées et les enfants à risque. Girls Not Brides organise un débat d'experts à Durban demain, animé par Mabel van Oranje, présidente du conseil d'administration de Girls Not Brides.

En 2014, plus de 5 000 filles et jeunes femmes ont été infectées par le VIH chaque semaine, la grande majorité en Afrique australe. Le sida est maintenant la principale cause de décès chez les adolescents (âgés de 10 à 19 ans) en Afrique et la deuxième cause de décès parmi les adolescents dans le monde.

Chaque année dans le monde, 15 millions de filles sont mariées avant l'âge de 18 ans. D'après les recherches disponibles, les anecdotes et les enseignements tirés de la programmation sur le VIH pour les adolescentes, le mariage précoce peut augmenter le risque d'exposition des filles au VIH. .

Il est grand temps que nous reconnaissions les adolescentes comme la population la plus exposée au risque et que leur priorité soit donnée aux programmes de lutte contre le VIH.

Mabel van Oranje, modératrice du panel, a déclaré: «Une nouvelle infection à VIH sur cinq concerne les adolescentes et les jeunes femmes. Il est grand temps que nous reconnaissions les adolescentes comme la population la plus exposée au risque et que leur priorité soit donnée aux programmes de lutte contre le VIH. Je crains qu'il ne soit pas possible d'atteindre les objectifs ambitieux de réduction du VIH sans mettre fin au mariage des enfants. De plus, nous devons à ces filles de les protéger du mariage des enfants et de l’infection par le VIH, afin qu’elles puissent mener une vie saine, être instruites et réaliser leur plein potentiel. »

Le groupe d'experts: «Nous ne devons plus jamais renoncer aux filles: les liens entre le mariage d'enfants, le VIH et les adolescentes» auront lieu le mercredi 20 juillet et réuniront des experts du VIH et du mariage d'enfants. Deborah Brix, ambassadrice générale, coordinatrice de MDUS pour la lutte contre le sida dans le monde et représentante spéciale des États-Unis pour la diplomatie en santé mondiale, s'entretiendra avec le Dr Mark Dybul, directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme; et Dr. Sheila Tlou, Directrice de l’Équipe d’appui régional de l’ONUSIDA pour l’Afrique orientale et australe. Julia Omondi, agente de santé communautaire et de développement et défenseur de la jeunesse kényane du projet 3E (Engagement + Empowerment = Equality) fait également partie du panel.

De manière inquiétante, les filles à risque de mariages précoces et les enfants mariées sont souvent isolées, difficiles à atteindre et ont un accès limité aux informations et services concernant la sexualité, la procréation et le VIH.

Mabel van Oranje a ensuite ajouté: «Les jeunes mariées courent un risque relativement élevé d'infection par le VIH pour diverses raisons, notamment leur jeune âge et leur immaturité physique, leur pouvoir limité de négocier des rapports sexuels protégés et leur exposition potentielle à la violence conjugale. Les maris plus âgés de jeunes mariées ont souvent déjà eu des partenaires sexuels, ce qui peut augmenter le risque d'infection par le VIH au cours de la vie. De manière inquiétante, les filles à risque de mariages précoces et les enfants mariées sont souvent isolées, difficiles à atteindre et ont un accès limité aux informations et services concernant la sexualité, la procréation et le VIH. Cela augmente encore leur risque d'être infecté par le VIH. "

Il est nécessaire de mener davantage de recherches sur les liens entre le mariage d'enfants et le VIH pour mieux comprendre la relation; Les jeunes mariées doivent être spécifiquement ciblées par des informations et des services sur le VIH afin qu'elles sachent se protéger et avoir un meilleur accès aux services. Enfin, les programmes de lutte contre le VIH doivent être associés à des initiatives nationales multisectorielles visant à mettre fin au mariage des enfants.

À Durban, Girls Not Brides distribuera son nouveau document d’information intitulé « Le mariage des enfants et le VIH: une relation trop longtemps ignorée », qui décrit les liens qui unissent ces deux problèmes et identifie trois recommandations clés à prendre en compte. Il est nécessaire de mener davantage de recherches sur les liens entre le mariage d'enfants et le VIH pour mieux comprendre la relation; Les jeunes mariées doivent être spécifiquement ciblées par des informations et des services sur le VIH afin qu'elles sachent se protéger et avoir un meilleur accès aux services. Enfin, les programmes de lutte contre le VIH doivent être associés à des initiatives nationales multisectorielles visant à mettre fin au mariage des enfants.

Contact

Maryam Mohsin, chargée de communication, Girls Not Brides : media@GirlsNotBrides.org / +44 7436 095435

À propos des filles, pas de la mariée: le partenariat mondial pour mettre fin au mariage des enfants

Girls Not Brides est un partenariat mondial regroupant plus de 600 organisations de la société civile de plus de 80 pays unis par un engagement à travailler en partenariat pour mettre fin au mariage des enfants et permettre aux filles de s'épanouir pleinement. En consultation avec plus de 150 membres, partenaires et experts, Girls Not Brides a créé une théorie du changement commune, qui décrit la gamme d'approches nécessaires pour mettre fin au mariage des enfants.

Ressources média