Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Mariages d'enfants: 39 000 chaque jour - plus de 140 millions de filles se marieront entre 2011 et 2020

Communiqué de presse conjoint du FNUAP , de l' UNICEF , de l' OMS , d' ONU Femmes , de la Fondation des Nations Unies , de Vision mondiale , Les filles ne sont pas mariées , Chaque femme, chaque enfant , World YWCA et du Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l'enfant .

NEW YORK, 7 mars 2013 - Selon le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), plus de 140 millions de filles deviendront des épouses d'enfant entre 2011 et 2020.

Si les niveaux actuels de mariages d'enfants sont maintenus, 14,2 millions de filles par an ou 39 000 par jour se marieront trop jeunes.

En outre, sur les 140 millions de filles qui se marieront avant l’âge de 18 ans, 50 millions auront moins de 15 ans.

Malgré les dégâts matériels et la discrimination persistante à l'égard des jeunes filles, peu de progrès ont été accomplis pour mettre fin à la pratique du mariage d'enfants. En fait, le problème menace de s’aggraver avec l’augmentation du nombre de jeunes dans les pays en développement.

«Le mariage des enfants est une violation épouvantable des droits humains et prive les filles de leur éducation, de leur santé et de leurs perspectives à long terme», a déclaré Babatunde Osotimehin, MD, directrice exécutive du FNUAP. «Une fille mariée dans son enfance est une fille dont le potentiel ne sera pas pleinement réalisé. Étant donné que de nombreux parents et communautés veulent également le meilleur pour leurs filles, nous devons travailler ensemble pour mettre fin au mariage des enfants. »

Les filles mariées jeunes sont plus vulnérables à la violence entre partenaires intimes et aux abus sexuels que celles qui se marient plus tard.

«Les complications de la grossesse et de l'accouchement sont la principale cause de décès chez les jeunes femmes âgées de 15 à 19 ans. Les jeunes filles qui se marient plus tard et qui retardent leur grossesse au-delà de leur adolescence ont plus de chances de rester en meilleure santé, d'améliorer leur éducation et de mener une vie meilleure pour elles-mêmes et leur famille », a déclaré Flavia Bustreo, MD, Sous-directrice générale pour la famille, les femmes et les enfants. La santé à l'Organisation mondiale de la santé. «Nous avons les moyens de travailler ensemble pour mettre fin au mariage des enfants.»

Le 7 mars, une session extraordinaire de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies sera consacrée au mariage des enfants. Les gouvernements du Bangladesh, du Malawi et du Canada parraineront conjointement la session. Cette manifestation a pour but de soutenir Every Woman Every Child, un mouvement dirigé par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui vise à sauver la vie de 16 millions de femmes et d'enfants d'ici à 2015.

«Une fille mariée dans son enfance est une fille dont le potentiel ne sera pas pleinement réalisé. »

Babatunde Osotimehin, Directeur exécutif du FNUAP

La session traitera des problèmes créés par les mariages précoces et des moyens de les prévenir. Mereso Kiluso, une mère tanzanienne âgée de 20 ans, mariée à l'âge de 14 ans à un homme violent âgé de 70 ans, va décrire son expérience.

Si les mariages d'enfants ne sont pas correctement traités, les objectifs 4 et 5 du Millénaire pour le développement, qui préconisent une réduction des deux tiers du taux de mortalité des moins de cinq ans et une réduction des trois quarts des décès maternels d'ici 2015, ne seront pas atteints.

Le mariage des enfants - défini comme le mariage avant l'âge de 18 ans - s'applique aux garçons et aux filles, mais cette pratique est beaucoup plus répandue chez les jeunes filles.

Le mariage des enfants est un problème mondial, mais les taux varient considérablement, tant à l'intérieur des pays qu'entre eux. Dans les proportions et les chiffres, la plupart des mariages d'enfants ont lieu dans des régions rurales d'Afrique subsaharienne et d'Asie du Sud.

En Asie du Sud, près de la moitié des jeunes femmes et en Afrique subsaharienne, plus du tiers des jeunes femmes sont mariées à l'âge de 18 ans.

Les 10 pays ayant les taux de mariage d'enfants les plus élevés sont les suivants: Niger, 75%; Tchad et République centrafricaine, 68%; Bangladesh, 66%; Guinée, 63%; Mozambique, 56%; Mali, 55%; Burkina Faso et Soudan du Sud, 52%; et Malawi, 50%.

En chiffres absolus, en raison de la taille de sa population, l'Inde compte le plus grand nombre de mariages d'enfants.

Les progrès accomplis pour mettre fin à cette pratique ont été enregistrés dans les zones urbaines où les familles voient davantage de possibilités de travail et d’éducation pour les jeunes filles.

Une violation des droits des filles

«Aucune fille ne devrait être privée de son enfance, de son éducation, de sa santé et de ses aspirations. Pourtant, aujourd'hui, des millions de filles se voient refuser leurs droits chaque année lorsqu'elles sont mariées enfants », a déclaré Michelle Bachelet, MD, directrice exécutive d'ONU Femmes.

Le mariage d'enfants est de plus en plus reconnu comme une violation des droits des filles pour les raisons suivantes:

  • Mettre fin effectivement à leur éducation
  • Bloquant toute possibilité d'acquérir des compétences professionnelles et de la vie courante
  • Les exposer aux risques de grossesse trop précoce, de grossesse et de maternité avant d'être physiquement et psychologiquement prêtes
  • Augmentation du risque de violence sexuelle et d'infection par le VIH chez le partenaire intime

«Aucune fille ne devrait être privée de son enfance, de son éducation, de sa santé et de ses aspirations. »

Michelle Bachelet, directrice exécutive d'ONU Femmes

«Le mariage des enfants est un problème énorme dans les communautés pauvres», a déclaré Nyaradzayi Gumbonzvanda, secrétaire générale de la YWCA mondiale. «Le mariage précoce et le mariage d'enfants vole l'avenir. Les filles perdent l'occasion de s'instruire. Ils perdent la possibilité de choisir leur partenaire et doivent vivre avec cette douleur pour le reste de leur vie. "

La YWCA mondiale présentera une pétition à la CSW, exhortant le groupe à adopter une résolution spéciale appelant à mettre fin au mariage des enfants. Les signataires estiment qu’en travaillant en collaboration, les États membres et les groupes concernés peuvent mettre fin au mariage des enfants d’ici 2030.

Malgré le fait que 158 pays aient fixé à 18 ans l'âge légal du mariage, les lois sont rarement appliquées car la pratique du mariage des jeunes enfants est respectée par la tradition et les normes sociales.

Les effets néfastes du mariage précoce

«Le mariage des enfants est non seulement mauvais, mais dangereux. Il expose une jeune fille à de graves risques pour la santé liés à une grossesse précoce et à un accouchement difficile, ainsi qu'à son bébé aux complications d'une naissance prématurée », a déclaré Anthony Lake, directeur général de l'UNICEF.

Selon l'ONU, les complications liées à la grossesse et à l'accouchement sont les principales causes de décès chez les filles âgées de 15 à 19 ans dans les pays en développement. Sur les 16 millions d'adolescentes qui donnent naissance chaque année, environ 90% sont déjà mariées. L'UNICEF estime à environ 50 000 le nombre de décès, presque tous dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Les mortinaissances et les décès de nouveau-nés sont 50% plus élevés chez les mères de moins de 20 ans que chez les femmes enceintes à 20 ans.

Dans de nombreux pays pauvres, la plupart des jeunes filles, quel que soit leur âge, sont obligées de démontrer leur fécondité une fois mariées.

«Ces enfants, du fait de ce qu’ils sont, sont découragés d’utiliser des contraceptifs ou doivent demander l’autorisation de leur mari, ou ils n’ont aucune connaissance ni accès à ce dont ils ont besoin», déclare Carole Presern, PhD, directrice générale du Partenariat. pour la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants et une sage-femme.

Violence courante dans les mariages d'enfants

La perte de l'enfance et les problèmes de santé liés à une grossesse précoce ne sont pas les seuls risques auxquels sont confrontées les jeunes mariées.

Même si certains parents pensent que le mariage précoce protégera leurs filles contre la violence sexuelle, l'inverse est souvent vrai, selon des études de l'ONU.

Les jeunes filles qui se marient avant l'âge de 18 ans courent un plus grand risque de devenir victimes de violence entre partenaires intimes que celles qui se marient à un âge plus avancé. Cela est particulièrement vrai lorsque l'écart d'âge entre l'époux et l'épouse est important.

«Le mariage des enfants constitue une introduction brusque et souvent violente aux relations sexuelles», déclare Claudia Garcia Moreno, MD, de l’OMS, experte de premier plan en matière de violence à l’égard des femmes. «Les jeunes filles sont impuissantes à refuser le sexe et manquent de ressources ou de soutien juridique et social pour quitter un mariage violent.»

Un problème complexe aux racines profondes

Le mariage des enfants, qui existe depuis des siècles, est une question complexe, profondément enracinée dans l'inégalité des sexes, la tradition et la pauvreté. Cette pratique est plus courante dans les zones rurales et pauvres, où les perspectives pour les filles peuvent être limitées. Dans de nombreux cas, les parents organisent ces mariages et les jeunes filles n'ont pas le choix.

Les familles pauvres épousent leurs jeunes filles afin de réduire le nombre d'enfants dont elles ont besoin pour se nourrir, se vêtir et éduquer. Dans certaines cultures, le prix à payer par les futurs époux pour les jeunes mariées est un facteur important.

Trop de familles épousent leurs filles simplement parce que le mariage précoce est la seule option qu'ils connaissent.

Les pressions sociales au sein d'une communauté peuvent amener les familles à épouser de jeunes enfants. Par exemple, certaines cultures pensent que le mariage des filles avant la puberté apportera des bénédictions aux familles. Certaines sociétés pensent que les mariages précoces protégeront les jeunes filles des agressions sexuelles et de la violence et y voient un moyen de s'assurer que leur fille ne tombera pas enceinte hors mariage et ne déshonorera pas la famille.

Trop de familles épousent leurs filles simplement parce que le mariage précoce est la seule option qu'ils connaissent.

«De nombreux chefs religieux et leurs communautés travaillent déjà pour mettre fin au mariage des enfants et à d'autres formes de violence à l'encontre des enfants. Changer le comportement obstiné est un défi immense, nous devons donc aller plus loin pour influencer de manière positive les convictions et les actions », a déclaré Tim Costello, directeur général de World Vision Australia.

Le travail du Malawi pour mettre fin au mariage des enfants

Au Malawi, l’un des pays les plus pauvres du monde, au moins la moitié des jeunes femmes sont mariées avant l’âge de 18 ans. Le pays s’efforce de mettre fin à la pratique qui consiste à «permettre à la petite fille de poursuivre ses études, de devenir une citoyenne savante pouvant contribuer au développement et à l'économie du pays », a déclaré Catherine Gotani Hara, ministre de la Santé du Malawi.

Le taux élevé de grossesses précoces et le fait que les grossesses précoces représentent 20 à 30% des décès maternels dans le pays sont une autre raison des efforts déployés par le Malawi. «En mettant fin aux mariages précoces, nous pouvons éviter jusqu'à 30% des décès maternels et également réduire le taux de mortalité néonatale», a-t-elle déclaré.

Le ministre a indiqué que le Malawi avait pris un certain nombre de mesures pour mettre fin à la pratique du mariage d'enfants. Ceux-ci inclus:

  • Fournir un accès universel gratuit à l'enseignement primaire;
  • Travailler avec les chefs pour sensibiliser leurs communautés à l'importance d'envoyer les enfants à l'école, en mettant l'accent sur les filles;
  • Mettre en œuvre une politique permettant aux filles qui tombent enceintes à l’école de retourner à l’école après l’accouchement pour poursuivre leurs études;
  • Travailler avec les parlementaires pour élever l'âge au mariage à 18 ans d'ici 2014; et
  • Fournir des services de santé adaptés aux jeunes. Cette sensibilisation donne aux jeunes les informations qui leur permettraient de faire des choix éclairés concernant leur santé reproductive.

Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies

Mettre fin au mariage des enfants est étroitement lié à l'initiative Chaque femme, chaque enfant du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et aux efforts déployés pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) 3, 4 et 5 visant à promouvoir l'égalité des sexes, à réduire la mortalité infantile et à améliorer la santé maternelle. .

La poursuite du mariage des enfants a entravé la réalisation de ces OMD, en particulier en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud.

«J'exhorte les gouvernements, les dirigeants communautaires et religieux, la société civile, le secteur privé et les familles - en particulier les hommes et les garçons - à faire leur part pour que les filles soient des filles et non des épouses», a déclaré le Secrétaire général.

«Les besoins des adolescentes doivent occuper une place centrale dans tout nouvel objectif défini par la communauté internationale. »

Lakshmi Sundaram, filles pas mariées

Mettre fin au mariage des enfants aiderait également les pays à atteindre d'autres OMD visant à éliminer la pauvreté, à assurer l'éducation universelle et à lutter contre le VIH / sida, le paludisme et d'autres maladies, et devrait également figurer dans un programme de développement renouvelé.

«Les besoins des adolescentes ont été négligés dans les objectifs du Millénaire pour le développement; ils doivent occuper une place centrale dans tous les nouveaux objectifs fixés par la communauté internationale », a déclaré Lakshmi Sundaram, coordinatrice mondiale de Girls Not Brides. «En utilisant le taux de mariage précoce comme indicateur pour suivre les progrès accomplis par rapport aux nouveaux objectifs, nous pouvons nous assurer que les gouvernements s’attaquent à la pratique et s’emploient en priorité à assurer le bien-être de leurs filles.»

Les stratégies pour mettre fin au mariage des enfants recommandées à la Commission de la condition de la femme incluent:

  • Soutenir et appliquer une législation visant à porter l'âge minimum du mariage des filles à 18 ans;
  • Fournir un accès égal à un enseignement primaire et secondaire de qualité pour les filles et les garçons;
  • Mobiliser les filles, les garçons, les parents et les dirigeants pour changer les pratiques discriminatoires à l'égard des filles et créer des opportunités sociales, économiques et civiques pour les filles et les jeunes femmes;
  • Offrir aux filles déjà mariées des options en matière de scolarisation, d'emploi et de moyens de subsistance, d'informations et de services en matière de santé sexuelle et procréative (y compris la prévention du VIH), et offrir un recours contre la violence à la maison;
  • S'attaquer aux causes profondes du mariage des enfants, notamment la pauvreté, l'inégalité des sexes et la discrimination, la faible valeur accordée aux filles et la violence à l'égard des filles.

Les participants à la session extraordinaire sur le mariage des enfants seront notamment: Margaret Mensah-Williams, Vice-Présidente du Parlement, Namibie; Michelle Bachelet, MD, directrice exécutive d'ONU Femmes; Babatunde Osotimehin, MD, directrice exécutive du FNUAP, Lakshmi Sundaram, coordonnatrice mondiale de Girls Not Brides; et Tim Costello, PDG de World Vision Australia. Nyaradzayi Gumbonzvanda, secrétaire général de la YWCA mondiale, animera la session. Les commentaires seront fournis par les co-organisateurs gouvernementaux de l'événement: SE Catherine Gotani Hara, ministre de la Santé du Malawi; SE Dr. AK Abdul Momen, Représentant permanent auprès de l'ONU au Bangladesh, et Guillermo Rishchynski, Représentant permanent auprès de l'ONU au Canada, Carole Presern, Directrice exécutive du Partenariat pour la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, présenteront des représentants des gouvernements.