Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Au Sénégal, 427 communautés abandonnent le mariage d'enfants et les mutilations génitales féminines

Photo credit: Tostan International

Ce blog a été publié à l'origine sur le site Web de notre membre Tostan .

Par une matinée chaude et poussiéreuse le 20 janvier 2013 à Ziguinchor, une région du sud du Sénégal, la capitale de la région (également Ziguinchor) se réveillait alors qu'un grand événement était organisé dans le centre de la ville.

Des rangées et des rangées de chaises, une scène pour les dignitaires, une tribune pour des discours, des banderoles et des tests sonores sont autant de préparatifs en vue de la déclaration publique de l'abandon des mutilations génitales féminines (FGC) et du mariage forcé / enfant par 427 communautés.

La première déclaration publique régionale jamais organisée au Sénégal devait avoir lieu ce jour-là. La déclaration était planifiée depuis des mois et résultait d'activités de mobilisation sociale et de sensibilisation aux droits de l'homme et du partage des enseignements du programme d' autonomisation des communautés de Tostan par les communautés qui l'avaient mis en œuvre dans la région, entre elles et avec villages voisins.

Depuis avril 2001, lorsque les communautés ont commencé à mettre en œuvre le programme Tostan dans la région, plusieurs déclarations de zones et de districts ont été enregistrées à Oulampame, Sindian Diegoune, Bignona Goudomp et Niaguis. Toutes ces déclarations ont joué un rôle clé dans l'abandon régional de l'excision et du mariage forcé / forcé dans la région et soutiennent le plan d'action du gouvernement sénégalais en faveur de l'abandon total de l'excision à l'horizon 2015.

Une troupe de théâtre et des membres de communautés de 427 communautés déclarent publiquement l'abandon des mutilations génitales féminines (MGF) et des mariages forcés / enfants

Crédit photo: Tostan International

La première déclaration régionale jamais organisée a été organisée par Tostan Sénégal en collaboration avec les communautés et les autorités locales, notamment le gouverneur, les préfets, les sous-préfets de la région, le maire de la municipalité, les présidents des conseils régionaux et les chefs de village, ainsi que des organisations communautaires. travaillant sur les questions relatives aux femmes et aux jeunes, et en partenariat avec la Communidad de Madrid, Johnson & Johnson, le projet Orchid, l'UNICEF et le FNUAP.

Le jour de la déclaration, après plusieurs mois de réunions entre villages et de caravanes de sensibilisation, les communautés ont commencé par une marche pacifique vers la place. Des femmes, des hommes et des enfants ont marché et dansé dans les rues de la ville au rythme rythmé des rythmes sénégalais. Quand tout le monde atteignit la place, il y avait plus de danse et de célébration. La délégation gouvernementale est bientôt arrivée et a parcouru toute la place avec Tostan Sénégal, Tostan International, Tostan Gambie et toutes les régions impliquées dans la déclaration régionale, en souhaitant la bienvenue à tous.

Aujourd'hui, nous avons la chance d'être des témoins de l'histoire. Ceci est vital pour les générations futures et nous a fourni une base pour de nouveaux comportements visant à protéger les enfants et les femmes ainsi que leur intégrité physique et morale.

Cheikh Tidiane Dien, gouverneur de la région de Ziguinchor

La partie formelle de la procédure a commencé avec la bénédiction de tous les assistants, puis le représentant du Conseil régional, Wandy Diem, a souligné l’importance de la journée et l’importance de la déclaration régionale pour donner l’élan nécessaire à un abandon total. de l'excision au Sénégal d'ici à 2015.

Un groupe de théâtre de jeunes vêtus de vert vif a réalisé un croquis sur le mariage d'enfants / forcé et l'excision. Ils ont parlé en wolof, jola et français; la place était la plus silencieuse de toute la matinée tandis que le public regardait et écoutait. C'était une production dramatique qui expliquait comment un enfant de 13 ans ne devrait pas être marié et que l'excision n'était aucunement liée à la religion. À la fin, ils firent leurs adieux à FGC.

Discours suivis par le chef du développement communautaire à Ziguinchor, Pape Diallo, et par l’équipe de mobilisation sociale qui ont joué un rôle essentiel dans l’éducation et la sensibilisation aux droits de l’homme auprès des communautés. Ils ont insisté sur le besoin d'éducation des filles.

Crédit photo: Tostan International

Crédit photo: Tostan International

Finalement, après quelques danses énergiques, des sketches et du théâtre spécifiques à la région, le moment était arrivé; la déclaration publique d'abandon de l'excision et de mariage forcé / enfant a été annoncée en wolof, jola, mandinka et français, représentant l'ensemble des 427 communautés.

Khalidou Sy, coordinateur national de Tostan Sénégal, a déclaré: «C'est un jour important pour le renforcement des droits de l'homme au Sénégal. Nous devons insister sur le côté positif de la culture. Tout le monde devrait travailler ensemble pour faire du Sénégal un endroit meilleur: les jeunes, les communautés, les imams, les médias, les partenaires, tout le monde. »Khalidou a remercié toutes les communautés impliquées et les a félicitées, ainsi que les autorités régionales, pour continuer sur la lancée visant à mettre fin à l'excision et au mariage forcé dans la région.

L'UNICEF était représenté à l'événement par Jean Lieby, Chef de la protection de l'enfance à l'UNICEF au Sénégal, qui a remercié le gouvernement du Sénégal pour son engagement à soutenir le changement social, ainsi que la région et les communautés dynamiques. «Tostan travaille avec l'UNICEF, le gouvernement du Sénégal et beaucoup d'autres pour promouvoir le changement social de manière durable. Ils dirigent ce travail énorme et important, qui n’est pas une tâche facile, et nous les en remercions. Nous sommes fiers de travailler avec Tostan à tous les niveaux - avec les membres de la communauté, les villages et les autorités locales. "

La journée s'est terminée par un discours enthousiasmant du gouverneur de la région de Ziguinchor, Cheikh Tidiane Dien, qui a déclaré:

«Aujourd'hui, nous avons la chance d'être des témoins de l'histoire. Ceci est vital pour les générations futures et nous a fourni une base pour de nouveaux comportements visant à protéger les enfants et les femmes ainsi que leur intégrité physique et morale. Toutes les autorités administratives et religieuses ainsi que les médias doivent travailler et suivre ce qui s'est passé aujourd'hui. Merci également à la délégation gambienne pour sa présence aujourd'hui, car nous avons besoin d'une approche globale et transfrontalière pour mettre fin à l'excision et au mariage d'enfants / forcé. ”