Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Back to the original version

Un message aux hommes et aux garçons de l'archevêque Desmond Tutu

Il y a quelques mois, dans le nord de l'Éthiopie, j'ai rencontré un groupe de jeunes femmes qui avaient été mariées vers l'âge de 10 ou 12 ans. Beaucoup d'entre elles ont eu leurs premiers enfants à 13 ou 14 ans. C'était choquant pour moi de réaliser qu'il y a des millions de filles dans le monde qui subissent le même sort chaque année.

Je dois avouer que je n'étais tout simplement pas conscient de l'ampleur et de l'impact du mariage des enfants. 10 millions de filles par an, 25 000 filles par jour, sont mariées sans rien dire en la matière, à des hommes souvent beaucoup plus âgés qu'eux. Ces filles abandonnent presque toujours l’école pour s’occuper des tâches ménagères et, lorsqu'elles deviennent de jeunes mères, elles font face à de graves risques de blessures et même de mort pendant la grossesse et l’accouchement. Le mariage des enfants prive les filles de leur enfance, de leurs droits fondamentaux à l'éducation, à la sécurité et à la santé.

Je pensais avoir une assez bonne idée du paysage des droits de l'homme sur cette précieuse terre que nous partageons. Ce que j'ai réalisé, c'est que ces filles sont invisibles et sans voix, ce qui en fait l'une des personnes les plus vulnérables et les plus démunies de notre planète.

Le mariage des enfants se produit parce que nous les hommes le permettons

Il ne me suffit pas de dire simplement que leurs voix doivent être entendues, que davantage d’argent doit être consacré à l’éducation des filles ou aux services de santé et qu’on en a fini avec cela. Cela seul ne changera pas ce qui arrive aux jeunes mariées.

Le mariage des enfants se produit parce que nous, les hommes, le permettons. Pères, chefs de village, chefs, chefs religieux, décideurs - la plupart sont des hommes. Pour que cette pratique néfaste prenne fin, nous devons obtenir le soutien de tous les hommes qui savent que c'est mal et travailler ensemble pour persuader tous ceux qui ne le savent pas.

J'ai rencontré des chefs religieux en Éthiopie , à la fois orthodoxes et musulmans, qui dénoncent publiquement le mariage des enfants et enseignent à leurs troupeaux que ni le christianisme ni l'islam n'approuvent le mariage des enfants.

Je veux trouver plus de chefs religieux comme eux, des hommes qui diront que le mariage des enfants est mal et qu'il devrait cesser. Je veux trouver des dirigeants politiques - également principalement des hommes - et les persuader de responsabiliser les filles, d'investir en elles et de voir la transformation positive qui se produira dans l'ensemble de leurs sociétés en conséquence.

Les traditions néfastes doivent être remises en question

Je veux encourager les garçons à défendre leurs sœurs et dire que les filles ont les mêmes droits d'aller à l'école, de se développer et d'être tout ce qu'elles peuvent être.

Pour que cette pratique néfaste prenne fin, nous devons obtenir le soutien de tous les hommes qui savent que c'est mal et travailler ensemble pour persuader tous ceux qui ne le savent pas.

Archevêque Desmond Tutu

Le mariage des enfants n'est pas une pratique religieuse - c'est une tradition. Il existe de nombreuses bonnes traditions qui unissent les communautés. Mais les traditions ne sont pas non plus statiques - elles évoluent. Les traditions néfastes, qui ont dépassé leur objectif, doivent être remises en question.

La reliure des pieds a disparu une fois que les opinions sociales à son sujet ont été contestées et qu'elles ont été interdites. L'esclavage a également été défendu comme un «mode de vie» - aussi répugnant que cela puisse paraître. Je me souviens de ceux qui ont défendu l'apartheid pour des raisons «culturelles». Toutes ces pratiques ont, heureusement, largement disparu.

Le mariage des enfants est également en baisse - mais beaucoup trop lentement.

Le mariage des enfants n'est pas un `` problème de femmes ''

Au rythme actuel, 100 millions de filles supplémentaires seront mariées au cours de la prochaine décennie.

Nous, les hommes, ne pouvons pas traiter le mariage des enfants comme un «problème de femmes» et éviter de parler des problèmes plus délicats qui y sont associés; l'ampleur même de cette pratique exige une attention aux plus hauts niveaux.

Le monde a la chance d'avoir la plus grande génération de jeunes de l'histoire. Imaginez ce qui se passerait si les filles de cette génération allaient toutes à l'école et avaient la chance de devenir enseignantes, médecins, femmes d'affaires, politiciennes, chefs religieux.

Nous, les hommes, devons être audacieux, dire la vérité et défendre les droits des filles et des femmes à l'égalité, à la dignité et aux droits que nous partageons tous.

Ce blog a été initialement publié par The Elders .