Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Mettre fin au mariage des enfants: il faut en faire plus - Rapport de la CIPD après 2014

Bien que des progrès remarquables aient été accomplis dans les domaines de la santé maternelle, de l'éducation des filles et de la santé en matière de sexualité et de procréation au cours des vingt dernières années, peu de progrès ont été accomplis en matière de mariage précoce, révèle le dernier rapport du FNUAP.

Le rapport intitulé «CIPD Beyond 2014» fait partie d'un processus d'examen du programme d'action de la Conférence internationale sur le développement de la population, adopté en 1994 et visant à promouvoir l'égalité des sexes et les droits des femmes et des filles à la santé sexuelle et reproductive.

Moins de femmes meurent pendant la grossesse ou l'accouchement qu'il y a 20 ans, plus de femmes et de filles ont accès à une éducation de qualité et moins d'adolescentes ont des enfants.

Pourtant, les adolescentes sont en grande partie exclues des gains de développement. Ils restent l’un des groupes les plus marginalisés, n’ayant guère accès aux services de santé en matière de sexualité et de procréation, et des millions de filles sont vulnérables au mariage des enfants.

Mettre fin au mariage des enfants: progrès minimes depuis 1994

Malgré des progrès tangibles dans de nombreux domaines, trop de pays ont connu «des progrès minimes depuis 1994» dans la lutte contre le mariage des enfants.

Soulignant la nécessité d'une action urgente, le rapport souligne les points suivants sur le mariage des enfants:

  • Les mariages d'enfants, précoces et forcés restent courants dans de nombreux pays et dans la plupart des régions du monde, même illégaux. Si les tendances actuelles se maintiennent, d'ici 2020, environ 142 millions de filles seront mariées avant leur 18 e anniversaire.
  • Malgré une diminution du nombre de grossesses précoces, plus de 15 millions de filles âgées de 15 à 19 ans donnent naissance chaque année. La majorité de ces grossesses ont lieu dans le mariage et un nombre significatif résulte de rapports sexuels non consensuels.
  • Le mariage des enfants a des liens négatifs évidents avec les conséquences sur la santé, la pauvreté, l'éducation et la santé et les droits sexuels et reproductifs.

Pour mettre fin au mariage des enfants, investissez dans les adolescentes

Pour soutenir les progrès en matière de développement et continuer à progresser pour tous, les gouvernements doivent adopter et appliquer des lois qui protègent les adolescentes.

«Nous devons faire notre part pour protéger le droit des adolescentes d'accéder aux services de santé sexuelle et reproductive», a expliqué le Dr Osotimehin, directeur exécutif du FNUAP.

Nous devons faire notre part pour protéger le droit des adolescentes d'accéder aux services de santé sexuelle et reproductive.

Dr. Babatunde Osotimehin

«La santé et les droits en matière de sexualité et de procréation sont essentiels au bien-être individuel, à la réduction de la croissance démographique et à la croissance économique durable. Pour que les femmes aient un intérêt dans leur avenir, les gouvernements doivent faire respecter les droits des adolescentes. "

Le rapport demande instamment aux États de préserver la dignité et les droits des femmes et des filles en éliminant les mariages d'enfants, les mariages précoces et les mariages forcés.

Il appelle également tous les pays à adopter et à appliquer des lois qui criminalisent le mariage avant l'âge de 18 ans, à sensibiliser le public aux conséquences néfastes des mariages précoces sur la santé et la vie, et à définir des objectifs nationaux et des mesures incitatives pour éliminer cette pratique en une génération.

Mariage d'enfants et programme d'action de la CIPD

La Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) a marqué un tournant dans le domaine des droits des femmes. Il a marqué un changement d'approche en matière de population et de développement, affirmant que l'accès universel à la santé et aux droits en matière de procréation et de sexualité et l'autonomisation des femmes et des filles étaient des conditions préalables indispensables au développement durable.

Le programme d’action de la CIPD, signé par près de 200 gouvernements, a appelé à mettre fin au mariage des enfants en faisant respecter les lois relatives à l’âge minimum du mariage et en augmentant l’âge minimum du mariage si nécessaire.

Il a souligné que le mariage devait être conclu avec «le libre et plein consentement des futurs époux».

CIPD au-delà de 2014: et ensuite?

20 ans après l’adoption initiale du Programme d’action de la CIPD, le présent rapport s’inscrit dans un processus d’examen approfondi qui identifiera les progrès, réalisations et difficultés rencontrés dans la mise en œuvre du Programme d’action, y compris ses engagements en matière de droits des femmes et des filles.

Le processus d’examen de la CIPD sera une occasion importante d’inclure le mariage des enfants parmi les questions prioritaires du programme de la CIPD + 20.