Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Planification familiale et enfants mariées: exercer leur droit de choisir

Photo Credit: Peter Canton/IPPF

Cet article a été publié pour la première fois en amont du sommet de 2012 sur la planification familiale organisé à Londres par la Fondation Bill et Melinda Gates et le Department for International Development du Royaume-Uni. Il a été édité et republié pour la conférence Women Deliver 2013 en Malaisie.

Dans le monde entier, plus de 200 millions de filles et de femmes veulent exercer leur droit de choisir quand, combien et combien d'enfants elles ont, mais elles sont incapables d'avoir accès à la contraception qui leur permettrait de le faire.

Selon les dernières estimations, plus de 60 millions de femmes âgées de 20 à 24 ans dans le monde étaient mariées avant l'âge de 18 ans. Il est clair que si nous voulons contribuer à atteindre les objectifs justement ambitieux de satisfaire le besoin de contraception de millions de filles et les femmes, les enfants mariées doivent être inclus dans les discussions.

Une aide à la planification familiale pour les enfants mariées sauvera des vies

Les épouses d’enfants font partie des bénéficiaires de l’aide à la planification familiale. Se marier si jeune signifie généralement le début des activités sexuelles à un âge où les filles connaissent peu leur corps, leur santé sexuelle et reproductive ou leur droit d'accès à la contraception.

Les enfants mariés sont également soumis à une pression sociale intense pour prouver leur fécondité, ce qui signifie qu'ils sont plus susceptibles d'avoir des grossesses précoces et fréquentes à un âge où l'accouchement est extrêmement dangereux. En fait, le décès lors de l'accouchement est la principale cause de décès chez les filles âgées de 15 à 19 ans dans les pays en développement.

Et avec les filles qui accouchent avant l'âge de 15 ans cinq fois plus de risques de mourir en couches que les filles de 20 ans, il ne fait aucun doute que les programmes qui aident les enfants mariées à prévenir une grossesse précoce et les complications liées à la grossesse sauveront des vies .

Les épouses d’enfants n’ont guère le pouvoir de décider si, quand et combien d’enfants avoir

Toutefois, si nous voulons aider les futures épouses avec un soutien efficace en matière de planification familiale, nous devons tenir compte des circonstances particulières dans lesquelles elles vivent.

L’objectif ultime des initiatives de planification familiale doit être de permettre aux femmes d’exercer leur droit de choisir le moment et le droit d’avoir des enfants, mais c’est rarement une option pour les enfants mariées qui sont incapables de faire valoir leurs souhaits auprès de leurs maris, souvent plus âgés.

Les mariées d'enfants sont isolées et vulnérables. Même là où des services de planification familiale sont disponibles, les jeunes mariées sont difficiles à atteindre avec un tel soutien. Selon une analyse effectuée par l'UNICEF dans 28 pays, les filles âgées de 15 à 19 ans qui utilisent la contraception moderne ont moins de chances d'être mariées que les filles du même âge qui déclarent ne recourir qu'aux méthodes traditionnelles. Cela suggère que les filles mariées ne peuvent pas ou n’ont pas accès aux méthodes modernes.

Pas de controverse: les enfants mariées doivent être à l'ordre du jour

Parler de planification familiale a longtemps été considéré comme controversé ou tabou. De même, le mariage des enfants aussi. La conférence Women Deliver offre une occasion d'aborder ouvertement et franchement les deux problèmes et de discuter de la manière dont nous pouvons concrétiser le droit fondamental des épouses enfants de décider si, combien et quand avoir des enfants. Les épouses d'enfants doivent être à l'ordre du jour; eux aussi ont le droit de choisir.

Si j'étais marié demain, que perdrais-je? Mon indépendance, ma vision, mes rêves.

Hosna

L'Association du planning familial du Bangladesh, membre de la Fédération internationale pour la planification familiale , a organisé un atelier à l'intention des filles sur l'importance de l'espacement des naissances, de l'élimination de la violence sexiste et de la réduction des mariages précoces. Ils œuvrent à l'autonomisation des femmes et des filles par l'éducation, le développement des compétences et en encourageant la participation des femmes à tous les niveaux.

Hosna, l'une des bénéficiaires, craignait d'être forcée à se marier tôt et à être enceinte. «Je savais que cela signifierait abandonner l'école, s'éloigner de ses amis et de sa famille et ensuite accoucher. J'avais entendu parler de filles mourant en donnant naissance. Si j'étais marié demain, que perdrais-je? Mon indépendance, ma vision, mes rêves. "