Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Les membres de Girls Not Brides en Tanzanie forment une alliance nationale pour mettre fin au mariage des enfants

Excellentes nouvelles de la Tanzanie, où des membres locaux de Girls Not Brides se sont réunis pour former une alliance nationale Girls Not Brides visant à mettre fin au mariage des enfants. Rapport de The Guardian (Tanzanie) .

Les organisations de la société civile (OSC) du pays sont en train de former une alliance dont le but est de mettre fin aux mariages d'enfants.

Des plans pour former cette alliance ont été annoncés mercredi à Dar es-Salaam lors d'un atelier sur le thème "Girls Not Brides". Un protocole d'accord a été préparé pour que les membres du mouvement puissent signer la semaine prochaine.
Lors de l'atelier, Koshuma Mtengeti, directeur exécutif du Forum sur la dignité des enfants (CDF), a déclaré que le manque de statistiques claires sur l'ampleur des mariages d'enfants et le manque de volonté politique expliquaient les interventions stratégiques limitées du gouvernement et des OSC.

«Le moment est venu pour toutes les sociétés civiles de s'unir pour mettre fin au grave problème des mariages d'enfants», a-t-il déclaré, ajoutant que les mariages précoces avaient une incidence sur la santé et l'éducation des filles.

Mtengeti a déclaré que l'alliance serait lancée officiellement en mai de cette année.

Lenin Bazoba, de la Tanzania Youth Coalition (TYC), a déclaré que la formation de l'alliance aiderait le groupe de bénéficiaires et les organisations de la société civile responsables des questions relatives aux enfants.

Il a appelé à davantage d'efforts pour rassembler toutes les OSC abordant des problèmes similaires pour des raisons d'efficacité, ainsi que pour le partage d'informations et d'expériences. Bazoba a déclaré que les efforts déployés par les OSC doivent être soutenus par les chefs religieux.

Helman Didas, de l’organisation Watoto Salama, a déclaré pour sa part que la pauvreté restait un défi majeur dans la résolution du problème des mariages d’enfants dans le pays.

Il a dit que certaines personnes utilisaient leur statut économique pour manipuler les familles pauvres en offrant de l'argent aux parents désespérés.

Les organisations qui ont participé à la rédaction du protocole d'accord pour l'alliance sont notamment TYC, la Société pour l'éducation des enfants, SOS Children Villages Tanzania, le Centre pour les droits de l'homme et les droits de l'homme (LHRC) et le Projet sur la dignité des femmes.

Watoto Salama, l’Association tanzanienne des femmes dans les médias (Tamwa), l’Association des femmes juristes de Tanzanie (Tawla), le Centre de développement de la jeunesse Tukolene, le Centre d’aide juridique pour femmes (WLAC) et Kiota pour la santé et le développement des femmes (Kiwohede).