Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Back to the original version

La rappeuse afghane Sonita parle du mariage des enfants dans les crises humanitaires

Sonita, championne de Girls Not Brides , connaît de première main les pressions auxquelles sont confrontées les familles qui cherchent refuge contre les crises humanitaires. Sonita a passé plusieurs années en Iran après avoir fui le conflit et la violence dans un Afghanistan déchiré par la guerre.

Quand Sonita avait 16 ans, ses parents ont essayé de la marier. Ils pensaient que le mariage lui apporterait stabilité et soutien. Ils pensaient également que cela réduirait la pression financière qu'ils subissaient.

Sonita a hardiment refusé de se marier et a utilisé la musique rap pour exprimer ses pensées. Avec du soutien, elle a pu retourner à l'école. Elle étudie désormais aux États-Unis grâce à l'aide de Strongheart . De nombreuses filles réfugiées dans le monde ne sont pas aussi chanceuses.

Dans les pays confrontés à des crises humanitaires à travers le monde - comme la Syrie, le Yémen, la République centrafricaine ou le Myanmar - le mariage des enfants est en augmentation.

«Les situations d’urgence et les crises humanitaires sont à l’origine de tous les facteurs qui alimentent le mariage des enfants: pauvreté, insécurité, manque d’accès à l’éducation»

Pour aider à arrêter cette tendance, Sonita dit que nous devons écouter les adolescentes elles-mêmes et concevoir des programmes qui les soutiennent ainsi que leurs familles.

Nous devons «prendre la question du mariage des enfants au sérieux car elle fait du tort aux filles, aux garçons et aux familles, et elle viole leurs droits fondamentaux».

9 des 10 pays ayant les taux de mariage d'enfants les plus élevés sont considérés comme des États fragiles. Découvrez pourquoi le mariage des enfants augmente dans les contextes humanitaires .

Le message de Sonita sera entendu à Genève, en Suisse, lors d'une table ronde sur le mariage des enfants dans les situations humanitaires. L'événement a lieu avant la 35 e session du Conseil des droits de l'homme (6-23 juin), qui examinera une résolution sur les mariages d'enfants, précoces et forcés.