Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

«Comment l'histoire de ma sœur m'a enflammé la passion de lutter contre le mariage des enfants»

Young advocate Humphrey gives a talk about the health impact of child marriage

Je suis né il y a 23 ans dans l'ouest de l'Ouganda, mais ma mère a succombé au cancer à l'âge de 9 mois. J'ai été élevé par ma soeur.

Elle s'est mariée à 17 ans, car en tant que notre frère aîné, il a été décidé qu'elle devrait se marier afin que son mari et elle puissent s'occuper de la famille. Elle n'avait pas le choix en la matière.

Elle a quitté le village pour chercher de meilleures opportunités, mais un an après son arrivée à Kampala, la capitale de l'Ouganda, son mari est décédé du VIH. Je n'avais que 18 mois. Il lui restait un fardeau énorme à porter - c'était angoissant.

Mais ma soeur n'est pas un cas unique. À mon retour dans mon village, j'ai découvert que la plupart de mes pairs s'étaient mariés avant l'âge de 18 ans, souvent sans choix. En Afrique, les filles sont les plus vulnérables au mariage des enfants, une pratique fondée sur les croyances culturelles et parfois sur les difficultés financières des familles. En épousant leurs filles en échange du prix de la dot, certaines familles voient dans les filles une source de revenus. C'est pourquoi certains parents entraînent leurs jeunes filles dans le mariage contre leur gré.

L'expérience de ma sœur a déclenché en moi une passion pour lutter contre le mariage des enfants.

Humphrey

L'expérience de ma sœur a déclenché en moi une passion pour lutter contre le mariage des enfants. En 2010, j'ai créé Reach A Hand Uganda (RAHU) , une organisation de renforcement de la jeunesse qui constitue une plate-forme permettant aux jeunes Ougandais de s'exprimer et d'acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour prendre des décisions éclairées dans la vie. Une équipe de jeunes et moi-même visitons des écoles et des universités, ainsi que des icônes de la culture, pour encourager les étudiants à faire les bons choix en matière de sexualité, y compris leur droit de choisir le moment et les personnes avec qui se marier.

J'espère développer RAHU dans un projet durable sur la santé reproductive, la croissance physique, sociale et intellectuelle et le développement des jeunes de mon pays. Tant que les jeunes ne maîtriseront pas leur vie sexuelle, les mariages précoces constitueront à jamais une menace pour le développement humain. La stigmatisation que j'ai subie du simple fait que ma sœur était une séropositive était insupportable et explique sans doute pourquoi je suis aussi impliqué dans la campagne contre le VIH.

Je crois que les jeunes sont les moteurs de notre pays. Si nous ne le faisons pas, personne ne le fera pour nous! «Jeunes pour les jeunes», telle est ma devise.

Ma soeur a maintenant deux enfants et vit heureuse. Elle est ouverte à propos de son statut VIH, ce qui m'a certainement aidé à parler de mon statut aussi. Elle est fière de mon travail et des luttes que j'ai vécues pour faire campagne sur des questions sensibles comme le mariage des enfants et le VIH. Elle est étonnée de voir à quel point j'ai réussi à le prendre! En fin de compte, je lui dis que tout ce que nous avons réalisé à Reach a Hand Uganda est grâce à elle. La force qu’elle a trouvée dans sa propre lutte m’inspire et c’est ce qui m’a guidé dans mon travail. Elle est dans mes prières tout le temps, tout comme moi dans les siennes.