Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Back to the original version

Et si la radio pouvait mettre fin au mariage des enfants? Histoires de la RDC

En RDC , près de deux filles sur cinq se marient enfants. Le manque d’éducation, la pauvreté et les croyances communautaires poussent les filles à se marier tôt.

Et si la radio pouvait changer cette tendance? Dans les communautés sans accès à Internet, à la télévision ou même aux journaux, la radio peut être une puissante force de changement. Ces filles sont la preuve vivante de son impact.

Salama

Salama avait 15 ans lorsqu'elle est tombée enceinte et a été forcée d'épouser le père de son enfant. «Ils nous ont fait nous marier, même s'il m'avait trompé et qu'il n'avait ni maison ni travail.

«Après la naissance de notre bébé, les choses étaient vraiment difficiles. Nous avons dû demander de l'argent à nos parents. Parfois, je ne mangeais pas parce que ma belle-mère ne voulait pas m'aider et je n'avais pas les moyens de me payer des soins médicaux lorsque j'étais malade.

Salama a demandé à plusieurs reprises de rentrer à la maison, mais ses parents ont refusé. Lorsque le membre de Girls Not Brides, Women for Equal Chances (WEC), a visité son église locale pour parler du mariage des enfants, Salama a saisi l'occasion pour les amener à parler à ses parents.

«WEC est allé voir mes parents et a essayé de les convaincre de me laisser rentrer à la maison.

Il s'est avéré que ma mère écoutait leur émission [de radio] sur les conséquences du mariage des enfants », a déclaré Salama. «À cause de cela, ils m'ont accueilli à la maison.»

Salama utilise maintenant son expérience pour aider d'autres filles mariées et raconte régulièrement son histoire sur les programmes de radio du WEC pour sensibiliser le public au mariage des enfants.

olive

Au Sud-Kivu, Radio Ondese, membre de Girls Not Brides, diffuse 11 heures par jour à plus de 30 000 auditeurs. Une partie de leur programme couvre l'impact du mariage des enfants dans la communauté.

«J'ai 17 ans et déjà mère de deux enfants. J'étais marié quand j'avais 13 ans. Mes parents ont insisté pour qu'une fille se marie avant l'âge de 15 ans. Je ne savais pas que cela causerait tant de problèmes pour moi et mon avenir.

«Grâce aux programmes et ateliers de sensibilisation de Radio Ondese FM, j'ai rejoint l'un de ses clubs d'écoute.

Maintenant, je peux partager mon expérience avec d'autres filles et les aider en les avertissant des difficultés de se marier avant 18 ans. »

Le pouvoir de la radio

Là où les routes et les écoles ne peuvent atteindre une communauté, la radio le peut souvent. Les personnes peu ou pas instruites, les personnes de tout statut social, âge ou sexe peuvent entendre les histoires, et la recherche montre que la radio et la télévision peuvent transformer les attitudes des gens .

Population Media Center (PMC), membre de Girls Not Brides, produit des dramatiques pour le changement social qui sont diffusées à travers l'Afrique.

Dans le nord du Nigéria, les auditeurs de l'émission «Ruwan Dare» de PMC étaient deux fois plus susceptibles que les non-auditeurs de dire qu'une femme devrait se marier après l'âge de 19 ans. Au Sénégal, les auditeurs de «Ngelawu Nawet» étaient 6,3 fois plus susceptibles que les non- auditeurs pour dire qu’une femme doit avoir 18 ans ou plus avant le mariage. Au Niger, «Gobe da Haske» a amené les auditeurs à favoriser les filles qui attendent jusqu'à 20 ans pour se marier.

Pour en savoir plus sur le pouvoir de la radio et de la télévision pour le changement social, lisez la note de solutions de Girls Not Brides ou notre blog sur sept incontournables pour créer des divertissements éducatifs .