Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Bénin: le pouvoir des filles pour changer le monde, l'histoire de Ramatou

Thanks to her friends, 11-year-old Ramatou avoided being forced into a child marriage. | Daniel Djodjouhouin | CARE

Quel est le pouvoir d'une fille de 11 ans? CARE sait qu’avec le soutien approprié, une jeune fille de 11 ans peut changer sa communauté. Elle peut sauver un ami.

Ramatou Sambo a 11 ans. Elle est inscrite à l'école primaire publique du village de Maréguinta au Bénin. Sans père, Ramatou vit avec sa mère. L'année dernière, elle s'est échappée de peu: les amis de Ramatou à l'école ont empêché sa famille de la forcer à quitter l'école pour se marier.

Au cours de la dernière année scolaire, Ramatou a souvent été absent de l’école. Sa famille a dit au professeur qu'elle était malade. Cependant, les filles de l'école de Ramatou participent au projet EDUFIG de CARE, qui vise à maintenir les filles à l'école, à renforcer les compétences de leadership des filles et à sensibiliser les familles à la communauté.

La création de réseaux de filles informées et capables peut aider les filles à résoudre leurs propres problèmes.

Ces filles connaissent leurs droits et savent comment demander de l'aide. Certaines des filles participant à ce programme ont visité la maison de Ramatou et ont révélé les véritables raisons de son absence de l'école. En fait, les parents de Ramatou se préparaient pour son mariage. C'est la raison de ses longues absences et de ses retards répétés dans la salle de classe.

Lorsqu'elles ont découvert cela, les filles soutenues par les associations de mères d'élèves et les associations de parents d'élèves ont organisé des réunions d'échanges scolaires avec les parents de Ramatou afin de les sensibiliser aux raisons pour lesquelles il est important que Ramatou reste à l'école.

Les parents de Ramatou ont maintenant publiquement renoncé au projet de mariage précoce de leur fille. Ils se sont également engagés à aider Ramatou à poursuivre ses études. Ramatou est retourné à l'école et suit régulièrement les cours. À la fin de la dernière année, Ramatou avait de bons résultats scolaires et envisageait de poursuivre ses études.

Pour les 39 000 filles mariées chaque jour avant l'âge de 18 ans, l'école peut constituer un outil puissant pour éviter la perte de leur enfance. La création de réseaux de filles informées et capables peut aider les filles à résoudre leurs propres problèmes.

À propos de CARE

Au Bénin, le projet EDUFIG de CARE vise à contribuer à l’effort national visant à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement en termes d’équité à l’école primaire pour les enfants des communes de Kalalé et de Nikki, en particulier les filles, afin d’accéder à un enseignement primaire de qualité.

(1) augmenter le nombre d'enfants inscrits à Kalalé et à Nikki, en particulier dans 20 villages ciblés;

(2) augmenter le taux de rétention des enfants à l'école dans les 20 villages ciblés;

(3) développer les compétences de leadership des enfants, en particulier des filles de Nikki et de Kalalé;

(4) augmenter le niveau de revenu des mères d'élèves pour soutenir et maintenir les enfants à l'école.

Dans le monde, CARE œuvre dans 83 pays pour protéger les droits des femmes et des filles, notamment en aidant les filles et les femmes à trouver des solutions communautaires aux problèmes du mariage des enfants et de la violence sexiste. Pour en savoir plus, consultez le site Web de CARE .