Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Back to the original version

Pris au piège après avoir été forcé de dire «je fais». Ratnashri, Inde

L'histoire de Ratnashri a été aimablement partagée par notre membre Human Rights Watch .

Ratnashri Pandey est originaire du Madhya Pradesh. Sa famille a fait pression sur elle pour qu'elle se marie peu de temps après avoir passé ses examens de classe neuf. Pandey a déclaré à Human Rights Watch: «Je ne voulais pas me marier, mais les souhaits d'une fille ne sont pas respectés. Tout le monde a dit que je devais me marier… Je me suis marié. Pandey n'a jamais posé les yeux sur le marié; pas même sa photographie. «J'ai dit à ma nana (le père de ma mère) que je voulais étudier après le mariage.»

Elle a décrit sa lutte pour poursuivre ses études - jongler avec les tâches ménagères, se battre avec son mari et sa belle-famille pour retarder sa grossesse, et endurer des insultes et des coups à cause de ses décisions. Elle s'est séparée de son mari parce qu'il a commencé à battre leur jeune fille et a finalement divorcé.

Elle a terminé sa maîtrise et a travaillé comme enseignante. Mais comme les revenus n'étaient pas suffisants pour subvenir à ses besoins et à ceux de ses enfants, Pandey rêvait de devenir fonctionnaire. Laissant ses enfants à la garde de ses parents, elle s'est rendue dans une autre ville, a emménagé dans une auberge pour femmes et a commencé à se préparer aux examens de la fonction publique de l'État. Ses parents ont dépensé près de Rs 300 000 pour l'aider. Elle a réussi l'examen préliminaire en 2006. Mais la politique de l'État l'a arrêtée un mois avant qu'elle ne passe l'examen principal.

Je ne voulais pas me marier, mais les souhaits d'une fille ne sont pas respectés.

Ratnashri

Les autorités du Madhya Pradesh ont informé Pandey qu'elle n'était pas éligible à l'examen parce qu'elle était mariée dans son enfance, a-t-elle déclaré. Elle a déposé une plainte devant la Haute Cour du Madhya Pradesh, qui lui a accordé la permission de passer l'examen en attendant une décision sur le fond de l'affaire. Elle n'a pas passé la première fois. Après une autre série de litiges, elle a de nouveau passé l'examen en 2009. «J'ai passé plus de temps devant les tribunaux qu'avec mes livres», dit-elle. La Haute Cour du Madhya Pradesh a confirmé la règle du gouvernement excluant les candidats mariés comme enfants. Elle a fait appel à la Cour suprême et attend le verdict.

Derniers développements

Selon les rapports , le 24 Avril 2013, grâce à des efforts inlassables de Ratnarashi, la Cour suprême du Madhya Pradesh levé la règle qui disqualifié les candidats qui avaient épousé les enfants, se rendant compte qu'il a travaillé contre les femmes et les filles , il vise à protéger.