Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Back to the original version

Human Rights Watch: Le mariage des enfants au Soudan du Sud

La généralisation du mariage des enfants exacerbe les écarts prononcés entre les sexes dans la scolarisation, contribue à la flambée des taux de mortalité maternelle et viole le droit des filles à ne pas subir de violence, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié le 7 mars 2013, à la veille de l'International. Journée de la femme.

Human Rights Watch, membre de Girls Not Brides: The Global Partnership to End Child Marriage , a appelé le gouvernement du Soudan du Sud à redoubler d'efforts pour protéger les filles du mariage des enfants.

Le rapport de 95 pages, «'Ce vieil homme peut nous nourrir, vous l'épouserez:' Le mariage des enfants et le mariage forcé au Soudan du Sud”, documente les conséquences du mariage des enfants, le manque presque total de protection pour les victimes qui tentent de résister au mariage ou abandonner les mariages abusifs et les nombreux obstacles auxquels ils sont confrontés pour accéder aux mécanismes de réparation. Il est basé sur des entretiens avec 87 filles et femmes dans les États de l'Équatoria central, de l'Équateur occidental et de Jonglei, ainsi qu'avec des responsables gouvernementaux, des chefs traditionnels, des travailleurs de la santé, des experts juridiques et des droits des femmes, des enseignants, des responsables pénitentiaires et des représentants d'organisations non gouvernementales. organisations, les Nations Unies et les organisations donatrices.

Rencontrez certaines des filles à qui ils ont parlé:

Helen, mariée à 15 ans

«Je ne suis pas allé à l'école. Personne ne pouvait payer mes frais de scolarité. Que faire si j'étais resté à la maison? La seule chose à faire était de se marier »

Mary, mariée à 15 ans

«Il m'a giflé pour m'empêcher de partir et je suis tombé. C'est alors qu'il a retiré une hache de sous le matelas et m'a giflé avec. Il voulait me frapper la tête avec la hache »

Akuot, 16 ans

«[Mon oncle] a dit qu'il m'emmènerait au camp de bétail et trouverait un homme avec beaucoup de vaches pour m'épouser. Je n'ai pas aimé sa proposition. J'ai dit non non, je n'irai pas (…) Un jour, mes oncles m'ont tendu une embuscade et m'ont battu. Ils m'ont traîné dans une hutte. Là, ils m'ont enfermé pendant trois jours. Ils m'ont attaché les mains et les jambes avec des câbles électriques ».

Pour plus d'informations: