Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Influencer le processus post-2015: enseignements tirés de la société civile

Credit: Rebecca Vassie | Girls Not Brides

Le compte à rebours du cadre de développement post-2015 a commencé. Plus tôt cette année, les gouvernements ont officiellement entamé des négociations en vue de décider quelles devraient être les prochaines priorités du développement mondial.

Le cadre de développement pour l'après-2015 attirera l'attention internationale, les programmes de développement et le financement pour les 15 prochaines années. Ensemble, les membres de Girls Not Brides affirment que le nouveau cadre doit viser les mariages d'enfants, précoces et forcés, une pratique qui touche 15 millions de filles par an et continue de freiner nos progrès vers un monde plus sûr, plus équitable et plus prospère.

Mais comment les organisations de la société civile peuvent-elles influencer le processus post-2015?

Hira Anum, chargée de communication chez AWAZ CDS Pakistan, et Felogene Anumo, chargée de programme pour le plaidoyer auprès de FEMNET, partagent leurs leçons et offrent des conseils judicieux sur la manière de plaider en faveur d'un objectif visant à mettre fin au mariage précoce, forcé et forcé dans le cadre de développement pour l'après-2015 .

Principaux conseils pour participer au processus post-2015:

  • Former des partenariats avec différents groupes à l'échelle nationale, par exemple des groupes de jeunes
  • Adapter votre plaidoyer à votre contexte national
  • Mobiliser et encourager la participation à partir de la communauté

Lisez ce Q & A pour plus de conseils et d’idées.

Comment vous engagez-vous dans le processus de développement post-2015?

FEMNET: Nous nous engageons dans le processus post-2015 aux niveaux national, régional et mondial:

  • Au niveau mondial, nous sommes membre du groupe des femmes d'ONU Femmes et de la coalition des femmes après 2015. Ces groupes sont très importants car ils nous permettent de collaborer avec d'autres organisations de la société civile et de rester au courant des discussions mondiales sur le prochain ensemble d'objectifs et de cibles.
  • Au niveau régional, nous avons convoqué un caucus de femmes post-2015 pour les organisations de femmes de la société civile africaines (OSC). Le caucus a des réunions avant des événements clés tels que la révision de Beijing, et nous apportons notre contribution à une position commune.
  • Au niveau national, nous faisons partie d’un groupe de référence des organisations de la société civile au Kenya. Nous avons également formé des partenariats avec des organisations travaillant dans d'autres domaines, par exemple avec des groupes de jeunes. Cela signifie que nos messages de plaidoyer sont transmis à un groupe plus large et sont mieux reçus par le gouvernement.

AWAZ CDS: Nous avons sensibilisé les communautés et les avons mobilisées pour défendre les intérêts au niveau national et engager les parlementaires. Nous avons également mobilisé 40 organisations de la société civile qui impliqueront à leur tour des personnes de leurs communautés dans le processus post-2015.

Nous avons organisé plusieurs événements sur l'après-2015. En janvier, à Multan, nous avons organisé une journée d'action au cours de laquelle 600 jeunes, y compris des écoliers, ont signé une charte de la jeunesse. Nous avons également organisé 60 consultations communautaires dans différentes provinces du Pakistan avec différents groupes, notamment des chefs religieux, des agriculteurs et des enseignants. Nous avons également créé une campagne sur les médias sociaux qui a touché plus de 2 000 personnes - les jeunes en particulier.

Quelles activités menez-vous pour influencer les décideurs?

AWAZ CDS: Nous écrirons une lettre ouverte au Premier ministre exposant nos revendications pour l'après-2015. Nous faisons des recommandations au gouvernement sur la fin des mariages d'enfants, l'inclusion de l'autonomisation des femmes et de l'égalité des sexes, ainsi que l'accès à la santé sexuelle et reproductive et aux droits des femmes dans le nouveau cadre de développement.

Comment travaillez-vous en partenariat?

FEMNET: En tant que membres du groupe majeur des femmes, nous avons la possibilité d'assister à des sessions intergouvernementales à New York. Nous offrons ces possibilités à nos membres et partenaires, ce qui ouvre la porte au plaidoyer et transmet les messages.

Le groupe de référence auquel nous appartenons au Kenya tient des réunions clés qui permettent le partage d'informations et la messagerie conjointe. Nous avons également tenu plusieurs consultations qui ont alimenté un document de synthèse et un document d'orientation sur la société civile après 2015.

Comment avez-vous découvert qui étaient les décideurs de votre pays?

FEMNET: Nous avons effectué une cartographie au niveau national et avons découvert que le ministère du Développement et de la Planification avait une unité axée sur les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et que le ministère des Affaires étrangères dirigeait les négociations avec l'aide de l'unité des OMD. Je conseillerais aux autres organisations de savoir quel ministère héberge leur unité des OMD.

De plus, vérifiez si votre pays a organisé une consultation nationale sur l'après-2015 . Dans l'affirmative, un rapport contenant les résultats sera publié. Découvrez qui a été mandaté pour mener la consultation et qui a été branché à des conversations précédentes et parlez-en à eux.

Il est également important de relier New York à la capitale, car souvent les positions en provenance de la capitale ne sont pas communiquées à New York. Nous devons nous assurer que les exigences post-2015 que nous formulons au niveau national sont portées à la table des négociations à New York.

Hira: Nous avons impliqué les ministères fédéral et provinciaux de la Jeunesse, des Droits de la personne, de l'autonomisation des femmes, de l'éducation et de la Population dans nos différents programmes visant à atteindre les objectifs de l'après-2015, et nous sommes impatients de collaborer avec le gouvernement du Pakistan coentreprises à l'avenir aussi bien

Quels messages avez-vous développé?

FEMNET : Nous avons constaté qu'il était important de formuler des arguments sur la base de données nationales. Nous avons donc cartographié ce que le Kenya a fait au niveau national. Il est également important de relier les activités nationales au programme mondial et de démontrer que le leadership au niveau mondial peut renforcer l'action et les progrès nationaux.

Nous avons également eu recours à des champions pour faire passer nos messages, y compris le recours aux parlementaires, qui joueront également un rôle important dans la mise en œuvre du nouveau programme.

Ce Q & A est partiellement basé sur le webinaire Girls Not Brides intitulé «Utiliser la trousse à outils de plaidoyer Girls-Not Brides post-2015 pour atteindre un objectif en matière de mariage des enfants». Vous pouvez télécharger notre boîte à outils post-2015 ici et écouter le webinaire ici .