Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Des mères et des filles discutent du mariage d'enfants au festival du film de Human Rights Watch

Le traumatisme subi par les enfants mariées peut durer toute une vie. Obligés de devenir épouses et mères avant d'être physiquement ou mentalement prêts, il n'est pas rare qu'ils subissent un traumatisme psychologique grave.

Dans un nouveau film intitulé « Child Mother », des femmes de 80 ou 90 ans racontent à leurs filles des histoires qu’elles n’ont jamais racontées auparavant, celle de leur vie d’épouses.

Nées dans des communautés juives au Yémen et au Maroc, où le mariage des enfants était une coutume reconnue par la culture, ces femmes étaient mariées à l'âge de 12 ans et contraintes d'abandonner leurs études pour travailler ou avoir des enfants. Ils ont gardé des histoires de violence et de négligence de la part de leurs enfants toute leur vie. Ils ont maintenant décidé de parler.

À travers de puissants témoignages sur la naissance, la violence sexuelle ou la dépression, «Child Mother» expose un aspect du mariage précoce qui est rarement abordé: l’impact sur la famille dans son ensemble, une blessure ouverte transmise à la génération suivante.

«Child Mother» est présenté au festival du film de Human Rights Watch les 11 et 12 mars à Londres. Réservez vos billets!