Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

COMMUNIQUÉ DE PRESSE: Mettre fin au mariage des enfants devrait être une réalité, pas seulement un engagement, déclare la société civile mondiale lors de la réunion Girls Not Brides au Maroc

Members of Girls Not Brides gather in Casablanca, Morocco, for the first ever global civil society meeting on child marriage. Photo credit: Hassan Ouazzani / Girls Not Brides

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
21 mai 2015

LIRE EN ARABE ; LIRE EN FRANÇAIS

CASABLANCA, MAROC - Les progrès dans la lutte contre le mariage des enfants doivent s'accélérer, a averti des centaines d'organisations de la société civile réunies à Casablanca cette semaine pour une réunion entre Girls Not Brides: le partenariat mondial pour mettre fin au mariage des enfants . Plus de 250 militants issus de 63 pays travaillant sur le front du mariage des enfants ont exhorté la communauté internationale à redoubler d'efforts pour mettre fin à une pratique qui touche chaque année 15 millions de filles.

Plus de 700 millions de femmes vivantes aujourd'hui ont été mariées dans l'enfance. Cela représente 10% de la population mondiale. Dans les pays en développement, une fille sur trois est mariée avant l'âge de 18 ans , ce qui les prive de leur droit à l'éducation, à la santé et à une vie sans violence. Le mariage des enfants empêche non seulement les filles, mais leurs familles, leurs communautés et le développement de leurs pays.

«En tant que médecin, j'ai pu constater les effets dévastateurs sur la santé mentale et physique des filles lorsqu'elles sont mariées enfants», a expliqué le Dr Ashok Dyalchand de l' Institute for Health Management Pachod, en Inde . «La majorité de ces filles ont des enfants quand elles sont encore enfants. Les filles qui accouchent avant l'âge de 15 ans courent cinq fois plus de risques de mourir de grossesse ou d'accouchement que les femmes de 20 ans.

«Pendant trop longtemps, les filles ont été considérées comme un handicap. Il est grand temps que nous reconnaissions leur droit de choisir si, quand et avec qui se marier », a déclaré Priya Kath, de l' Inde, représentant le Réseau de la jeunesse régionale de l'Asie du Sud (SARYN) . "Nous devons garantir le soutien nécessaire pour que leurs aspirations deviennent réalité."

Sujet tabou il y a quelques années à peine, le mariage des enfants figure désormais à l'ordre du jour aux niveaux international et régional, grâce aux efforts inlassables d'organisations qui travaillent dans les communautés où cette pratique est la plus répandue.

«Nous avons fait de grands progrès pour réduire les taux de mariage des enfants dans le monde, mais les progrès sont trop lents», a déclaré Lakshmi Sundaram , directrice générale de Girls Not Brides . «Si nous n'accélérons pas nos efforts, plus d'un milliard de femmes auront été mariées dans leur enfance d'ici 2050».

Au Maroc, où a eu lieu la réunion, la prévalence du mariage d'enfants a été réduite de moitié au cours des 30 dernières années et cette pratique est illégale depuis 2004. Toutefois, 16% des filles marocaines sont encore mariées avant l'âge de 18 ans, en particulier dans les zones rurales. où la Fondation YTTO envoie des équipes de médecins, d’avocats et de travailleurs sociaux.

Najat Ikhich , présidente de la Fondation YTTO , a déclaré: «Chaque année, nous nous rendons dans les villages les plus reculés du Maroc pour sensibiliser le public à l'impact du mariage des enfants et effectuer des contrôles de santé pour les filles qui sont souvent mères à l'âge de 15 ans, parfois. plus jeune. Le mariage des enfants est malheureusement encore un phénomène courant. Ces mariages sont célébrés conformément au droit coutumier, sans documentation adéquate, et une lacune du Code de la famille autorise les juges à autoriser les mariages de moins de 18 ans dans certaines circonstances. ”

Elle a ajouté: «Une fois que les femmes et les filles ont pris conscience de leurs droits et des avantages qu'il y a à mettre fin à cette pratique, nous avons vu les taux de mariage précoce chuter de manière spectaculaire. Nous avons également besoin de programmes socio-économiques qui soutiennent les filles mariées tôt et de la volonté politique de les mettre en œuvre. »

Au cours des derniers mois, le mariage des enfants a fait l'objet d'une résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies, d'une campagne de l'Union africaine, d'un plan d'action régional des gouvernements de l'Asie du Sud et du tout premier "Sommet des filles" organisé à Londres. De manière significative, les objectifs de développement durable, qui seront adoptés lors d'un sommet des Nations Unies à New York en septembre et définiront les priorités du développement international pour les quinze prochaines années, devraient inclure un objectif visant à mettre fin au mariage des enfants.

«Le niveau d'attention actuel envers le mariage des enfants est sans précédent. Il est temps de traduire ces engagements en actes sur le terrain », a déclaré Mabel van Oranje , présidente de Girls Not Brides . «Nous exhortons les membres des Nations Unies à inclure un objectif visant à mettre fin au mariage des enfants dans les nouveaux objectifs de développement durable . Nous avons également besoin de soutien pour les programmes qui offrent aux filles et à leurs familles des alternatives viables au mariage des enfants. Et nous avons besoin de lois et de politiques qui aident à créer un avenir meilleur et plus équitable pour les filles. »

«Nous devons aussi éduquer les hommes et les garçons. Comment pouvons-nous dire aux filles qu'elles sont libres de décider si et quand se marier si nous n'enseignons pas aux garçons dont ils ont besoin pour respecter leur choix? Cela prend du temps, mais une fois que les hommes dans la vie des filles verront les avantages de mettre fin au mariage des enfants, nous verrons des changements », a déclaré Moussa Sidikou de CONIDE à Nigéria , le pays où le taux de mariage d'enfants est le plus élevé au monde (76%).

Nyaradzayi Gumbonzvanda du Zimbabwe , ambassadrice de bonne volonté de l'Union africaine pour la Campagne contre le mariage des enfants et secrétaire générale de la YWCA mondiale , a déclaré: «Dans toute l'Afrique, un nombre croissant de gouvernements se sont engagés à lutter contre le mariage des enfants. Il s’agit là d’une évolution bienvenue qui doit être informée et accompagnée par la société civile et reproduite sur tout le continent. Pour mettre fin au mariage des enfants, nous avons besoin que tous les partenaires travaillent ensemble à l'élaboration de plans d'action nationaux spécifiques au contexte, complets et bénéficiant d'un financement adéquat.

Elle a ajouté: «Nous savons ce qu'il faut pour mettre fin au mariage des enfants. Nous avons les données, nous connaissons le problème, nous en connaissons les causes, nous connaissons les interventions nécessaires. Nous devons juste agir. "

Les mesures spécifiques et immédiates pouvant être prises pour lutter contre le mariage des enfants comprennent:

  • Les gouvernements devraient élaborer des plans d'action nationaux pour mettre fin au mariage des enfants. En collaboration avec les organisations de la société civile, les partenaires de développement et d'autres acteurs, les gouvernements devraient mettre en œuvre des plans d'action complets et dotés de ressources suffisantes pour mettre fin au mariage des enfants.
  • Investissez dans des programmes qui autonomisent les filles. Développer des programmes qui dotent les filles des compétences et des connaissances nécessaires pour déterminer leur propre avenir.
  • Établissez des lois et des politiques fixant à 18 ans l'âge minimum du mariage, supprimez les échappatoires juridiques liées au consentement des parents ou au droit coutumier et protégez les droits des femmes et des filles.
  • Fournir des services adéquats en matière de santé, d'éducation, de justice et autres, afin d'offrir aux filles et à leurs familles des solutions alternatives au mariage d'enfants.

[PREND FIN]

À propos des filles pas les mariées

Girls Not Brides est un partenariat mondial regroupant plus de 450 organisations civiles de plus de 70 pays, déterminées à mettre fin au mariage des enfants et à permettre aux filles de s'épanouir pleinement.

La première réunion mondiale de membres de Girls Not Brides a lieu à Casablanca du 19 au 21 mai 2015. Son objectif est de renforcer le partenariat par la collaboration, la mise en réseau et l'apprentissage partagé et d'accélérer les efforts pour mettre fin au mariage des enfants dans le monde.

Ressources médiatiques

  • Photo de la réunion mondiale des membres de Girls Not Brides - Télécharger
  • Infographie: Que signifie le mariage des enfants pour les filles? - Télécharger
  • Le mariage d'enfants dans le monde - en chiffres. Télécharger la fiche technique
  • Pour plus d'informations: www.GirlsNotBrides.org
  • Suivez @GirlsNotBrides sur Twitter: www.twitter.com/GirlsNotBrides/

Contact avec les médias
Maryam Mohsin, +447436095435, media@GirlsNotBrides.org