Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Le mariage des enfants: fiche pays

Afrique sub-saharienne

UNICEF 2017 % mariées avant l’âge de 15 ans
12%
UNICEF 2017 % mariées avant l’âge de 18 ans
38%

Fait référence au pourcentage de femmes âgées de 20 à 24 ans qui ont été mariées ou en concubinage avant le l’âge de 15 ou 18 ans.

Every week, the Lusaka Girls Secondary School welcomes Continuity-Zambia, a civil society organisation that runs educational clubs for girls from grade 8-12. Photo credit: Girls Not Brides.

UNICEF 2017 % mariées avant l’âge de 15 ans
12%
UNICEF 2017 % mariées avant l’âge de 18 ans
38%

Fait référence au pourcentage de femmes âgées de 20 à 24 ans qui ont été mariées ou en concubinage avant le l’âge de 15 ou 18 ans.

Dans le monde entier, plus de 700 millions de femmes vivant aujourd'hui étaient mariées comme des enfants. 17% d'entre eux, soit 125 millions, vivent en Afrique.

Environ 39% des filles en Afrique subsaharienne sont mariées avant l'âge de 18 ans. Tous les pays africains sont confrontés au défi du mariage des enfants, qu'ils connaissent une forte prévalence du mariage des enfants, comme le Niger (76%) ou des taux plus bas comme l'Algérie (3%). Le mariage des enfants est répandu en Afrique de l'Ouest et du Centre (42%) ainsi qu'en Afrique orientale et australe (36%).

Pilotes

Les causes du mariage des enfants sont communes à travers l'Afrique. Les parents peuvent marier leur fille à cause de la pauvreté ou par crainte pour leur sécurité. La tradition et la stigmatisation de la déviation de la tradition perpétuent le mariage des enfants dans de nombreuses communautés. Fondamentalement, l'inégalité entre les sexes et la faible valeur accordée aux filles sous-tendent la pratique.

Si nous n'agissons pas maintenant, le nombre de filles mariées comme enfants doublera d'ici 2050 et l'Afrique deviendra la région avec le plus grand nombre d'enfants mariées dans le monde (UNICEF, 2014).

Progrès et perspectives

La prévalence du mariage des enfants a lentement diminué en Afrique, mais reste plus élevée que la moyenne mondiale. Les progrès les plus rapides dans la réduction du mariage des enfants en Afrique ont été enregistrés en Afrique du Nord. Le niveau de mariage des enfants parmi les familles les plus pauvres d'Afrique est resté inchangé depuis 1990.

On s'attend à ce que la population infantile de l'Afrique augmente rapidement dans les années à venir, mettant des millions de plus de filles à risque de mariage d'enfant. Cependant, si les progrès s'accélèrent, la prévalence du mariage des enfants en Afrique pourrait être réduite de moitié d'ici 2050.

Mais même doubler le taux de réduction ne suffira pas à réduire le nombre d'enfants mariées en Afrique. D'ici à 2050, le continent aura le plus grand nombre et la plus grande proportion mondiale d'enfants mariées dans le monde. Il est temps d'agir.

Conventions liées au mariage des enfants

Plusieurs instruments africains relatifs aux droits de l'homme condamnent le mariage des enfants et / ou établissent l'âge minimum du mariage 18:

Initiatives régionales pour lutter contre le mariage des enfants

Les engagements et les initiatives visant à lutter contre le mariage des enfants ont considérablement augmenté au cours des dernières années.

Campagne de l'Union africaine pour mettre fin au mariage des enfants en Afrique

En mai 2014, l'Union africaine a lancé la toute première campagne pour mettre fin au mariage des enfants en Afrique. La campagne se concentre sur l'accélération du changement à travers le continent en encourageant les États membres de l'UA à développer des stratégies pour sensibiliser et traiter l'impact néfaste du mariage des enfants.

Initialement prévue sur deux ans, la campagne a été étendue au moins jusqu'en 2017. En décembre 2017, 22 pays avaient lancé la campagne.

Lancements de la campagne jusqu'à présent:

  1. Ethiopie, 25 novembre 2014
  2. Niger, 10 décembre 2014
  3. Burkina Faso, Dori, 3 mars 2015
  4. Tchad, 14 mars 2015
  5. République démocratique du Congo, 15 mai 2015
  6. Madagascar, le 2 juin 2015
  7. Ouganda, 16 juin 2015
  8. Zimbabwe, 31 juillet 2015
  9. Mali, 11 octobre 2015
  10. Soudan, 10 décembre 2015
  11. Ghana, 10 février 2015
  12. Érythrée, 11 juin 2016
  13. Gambie, Banjul, 16 juin 2016
  14. Sénégal, 21 juin 2016
  15. Sierra Leone, 17 août 2016
  16. Cameroun, 18 novembre 2016
  17. Nigéria, 29 novembre 2016
  18. Libéria, 15 décembre 2016
  19. Kenya, 8 mars 2017
  20. Bénin, 16 juin 2017
  21. Guinée, 16 juin 2017
  22. Côte d'Ivoire, 5 décembre 2017

Rapporteurs spéciaux et ambassadeurs de bonne volonté sur le mariage des enfants

La nomination par l'Union africaine d'un rapporteur spécial sur le mariage des enfants et d'un ambassadeur de bonne volonté pour la campagne de l'UA pour mettre fin au mariage des enfants est également un signe prometteur de l'engagement africain.

Comité africain d'experts sur les droits et le bien-être de l'enfant (CAEDBE)

En avril 2014, le Comité africain d'experts sur les droits et le bien-être de l'enfant (CAEDBE) a adopté une déclaration exhortant les États membres de l'UA à fixer l'âge minimum du mariage à 18 ans pour les filles et les garçons sans exception. stratégies pour mettre fin au mariage des enfants.

Le CAEDBE et la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples prépare une Observation générale sur le mariage des enfants qui expose les articles 21 et 2 de la Charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant.

Recommandation générale commune / Observation générale sur les pratiques néfastes

En novembre 2014, le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes (CEDAW) et le Comité des droits de l'enfant (CRC) ont publié la Recommandation générale commune n ° 31 / Observation générale n ° 18 sur les pratiques néfastes. C'est la première fois que deux comités d'experts des Nations Unies se sont associés pour définir une interprétation commune des obligations des États de mettre fin aux pratiques néfastes.

La CEDEF et la CDE contiennent des dispositions obligeant les États à mettre fin aux pratiques néfastes, notamment les mutilations génitales féminines, les mariages forcés, les crimes dits d'honneur, les pratiques de veuvage, les tests de virginité et la négligence des filles.

Position commune africaine sur la fin du mariage des enfants

En juin 2015, les Chefs d'État de l'UA ont adopté une position commune sur le mariage des enfants qui exhorte les gouvernements à mettre en place des plans d'action complets pour mettre fin au mariage des enfants.

Sommet des filles africaines (novembre 2015)

Les 26 et 27 novembre 2015, l'Union africaine et le gouvernement de la Zambie ont tenu le premier Sommet des filles africaines sur la fin du mariage des enfants. Le sommet a réuni des personnalités de haut niveau des États membres de l'UA, des premières Nations africaines, des agences des Nations Unies, des femmes et des filles et des organisations de la société civile pour partager leurs expériences et meilleures pratiques. . Lisez la déclaration des résultats .

Agenda 2063

La nécessité de mettre fin au mariage des enfants est inscrite dans l' Agenda 2063 , la vision de 50 ans de l'Union africaine pour le développement du continent, qui reconnaît le mariage des enfants comme un obstacle majeur à la prospérité régionale.

L'article 51 stipule que «toutes les pratiques sociales néfastes (en particulier les mutilations génitales féminines et les mariages d'enfants) seront levées et que les obstacles à une santé et à une éducation de qualité pour les femmes et les filles seront éliminés. »

Cadre stratégique de la CEDEAO pour le renforcement des systèmes nationaux de protection de l'enfance

Adopté le 5 octobre 2017, le Cadre stratégique de la CEDEAO engage 15 États membres à prendre des mesures concrètes pour protéger les enfants contre la violence, les abus et l'exploitation.

Au fur et à mesure que les programmes pour enfants seront renforcés au niveau national et communautaire, les engagements ministériels pris lors de la réunion seront soumis pour approbation lors de la prochaine réunion des Chefs d'Etat de la CEDEAO en décembre 2017.

Le cadre stratégique cible cinq domaines prioritaires: la violence sexuelle, physique et émotionnelle, y compris les mutilations génitales féminines et l'excision (MGF / E); le mariage d'enfants; le travail des enfants; l'état civil et les statistiques de l'état civil; et les enfants en mouvement. Il met fortement l'accent sur la fin du mariage des enfants et utilise un indicateur de la cible 5.3 des objectifs de développement durable, pourcentage de femmes âgées de 20 à 24 ans mariées avant l'âge de 15 et 18 ans.

Loi type de la SADC sur l'éradication du mariage des enfants et la protection des enfants déjà mariés

La loi type de la SADC, adoptée par le Forum parlementaire de la SADC en juin 2016, fournit une référence aux États membres et les soutient dans l'élaboration, la révision et l'harmonisation des lois relatives au mariage des enfants.

Cette législation modèle s'appuie sur les meilleures pratiques et sert d'outil de référence et de plaidoyer pour les législateurs. Il fixe l'âge minimum du mariage à 18 ans pour les enfants sans exception, conformément aux normes internationales et continentales des droits de l'homme.

Sources