Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Soutenir les filles mariées dans les communautés de réfugiés et libanaises

Au Liban, le Comité international de secours (IRC) s'emploie à renforcer l'autonomie des adolescentes mariées et engagées dans la vallée de la Bekaa, une région qui accueille un grand nombre de réfugiés syriens et où le mariage d'enfants est répandu.

Les filles mariées sont souvent invisibles et n’ont guère accès à l’éducation, aux services ou au soutien dont elles ont besoin. Notre projet cherche à changer cela.

Utiliser des preuves pour répondre aux besoins des filles mariées et engagées

Lorsque nous avons examiné notre programme d'adolescentes en 2015, nous avons estimé que nous pourrions faire un meilleur travail pour les filles mariées et engagées dans les communautés de réfugiés et libanaises.

Nous avons donc mené une étude pour comprendre leurs besoins et les défis auxquels ils sont confrontés. Nous avons parlé aux filles, à leurs maris, à leurs parents et à leurs beaux-parents. Ce que nous avons appris nous a aidés à développer le «Kit de compétences de vie pour le mariage précoce».

Pendant plusieurs mois, nous partageons des informations et des compétences essentielles avec des filles syriennes et libanaises mariées ou engagées pour améliorer leur bien-être et leur résilience à la violence dans leurs vies.

L'International Rescue Committee a transformé leurs résultats de recherche en une histoire interactive racontée du point de vue d'une jeune fille mariée dans la région de la Bekaa au Liban.

Réunir les adolescentes dans un espace sécurisé

Alors, comment ça marche? Pendant trois ou quatre mois, les filles mariées et fiancées se rencontrent régulièrement dans un espace sécurisé. Souvent, ils développent rapidement une solidarité les uns avec les autres, en particulier lorsqu'ils partagent des antécédents, des expériences et des vulnérabilités similaires.

Disposer de cet espace leur permet de renforcer leur confiance en eux, d’augmenter leur estime de soi et de trouver un réseau de soutien solide.

Au cours de trois à quatre mois, les filles mariées ou engagées s'initient à divers sujets, dont la violence, la littératie financière et la prise de décisions.

«J'ai accouché […] avant la fin des séances […]. C'était incroyable de voir le soutien que mes amis m'ont apporté. Ils m'ont tous rendu visite et m'ont aidé à prendre soin du bébé et ils partageaient toujours avec moi les informations qu'ils avaient apprises lors des séances. Je suis tellement heureuse que nous soyons toujours amis et que nous nous rencontrions et nous aidions toujours. »- Hoda, Syrienne, 17 ans.

  Nous nous assurons également d'avoir un volontaire des services de garde d'enfants dans la salle, de sorte que si une jeune mère souhaite emmener ses enfants, elle peut le faire en toute sécurité et confortablement.

  Aider les filles mariées à lutter contre l'inégalité des sexes

Le mariage met souvent fin aux possibilités d'éducation, de travail mieux rémunéré et de prise de décisions dans les communautés des filles. C'est pourquoi nous encourageons les filles à explorer d'autres rôles pour elles-mêmes lors de nos séances sur l'inégalité des sexes, la prise de décision à la maison et les relations saines.

«J'habitais avec mon mari et sa famille et il y avait foule dans la tente. Je voulais demander à mon mari de déménager mais j'étais très timide. Rihab [une assistante sociale] m'a aidée à utiliser les compétences de négociation que nous avons acquises pour discuter de la question avec mon mari et cela a fonctionné. Nous avons emménagé dans une tente plus petite, seule et plus agréable et plus sûre. »- Samar, syrienne, âgée de 16 ans.

Les amitiés nouées par les filles pendant le programme sont essentielles à leur confiance en elles et à leur bien-être.

Donner aux filles mariées les moyens de mener une vie plus épanouissante

Qu'il s'agisse d'une mobilité limitée, de contraintes de temps ou de problèmes de sécurité, les filles mariées rencontrent de nombreux obstacles pour accéder aux informations et aux services qui leur sont disponibles.

C'est pourquoi nous venons à eux. Nos sessions ont lieu dans des espaces proches de leur domicile afin que les contraintes de temps ou géographiques ne les empêchent pas d'assister.

Notre programme couvre des sujets que les filles mariées peuvent avoir des questions sur: la santé sexuelle et reproductive, les soins de la grossesse et la planification familiale. Nous examinons également l’importance de l’enregistrement des naissances et des mariages, ainsi que de la gestion de l’argent.

Et quand elles en ont besoin, nous référons les filles mariées aux prestataires de services de la région.

Fille dessine une mère et son enfant

Engager les maris des filles mariées

Le programme n’est pas sans défis. Lorsque nous avons commencé à contacter les communautés, certains hommes étaient résistants et sceptiques quant à ce que nous essayions de réaliser.

Sans leur mari à bord, il est peu probable que les filles participent au programme. Nous devions donc nous assurer de leur parler également. Nous avons maintenant un agent de mobilisation de la communauté masculine qui approche les hommes dès le début et renforce la confiance avec eux et avec la communauté en général.

L'impact jusqu'à présent

Le programme porte ses fruits. Les filles qui ont participé nous ont dit qu'elles se sentaient plus confiantes, moins isolées et plus en mesure de négocier avec leur mari.

Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre comment répondre aux besoins des filles mariées, qui constituent l’un des groupes les plus marginalisés et stigmatisés parmi les filles. Avec le soutien approprié, ils peuvent mener une vie meilleure.

Le travail d'IRC avec des adolescentes est soutenu par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), l'Agence suédoise de coopération pour le développement international (ASDI), la Commission européenne pour l'aide humanitaire (ECHO) et la Commission pour les femmes réfugiées (WRC).

Pour plus de détails sur le programme et les leçons apprises, lisez notre étude de cas .