Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Back to the original version

L'organisation angolaise s'occupant du mariage des enfants par le biais du pouvoir des filles

Girls attend a think tank session on child marriage, run by Mwana Pwo at the information hub in the Lunda Sul province. Photo: Associação Mwana Pwo.

Lorsque Maria Malomalo était enceinte de son troisième enfant, elle a remarqué qu'elle était souvent la femme la plus âgée qui se rendait à sa clinique locale pour des contrôles prénatals. Elle n'avait que 30 ans. La plupart de ceux qui l'entouraient avaient 15, 16 ou 17 ans, ce qui l'a amenée à se demander pourquoi il y avait tant de cas de grossesses d'adolescentes dans sa communauté. Elle a vite découvert que c'était le cas à travers l'Angola.

Bien que nombre d'entre elles se soient mariées tôt ou soient tombées enceintes sans leur consentement, ces adolescentes étaient toujours déterminées à prendre leur avenir en main. Après avoir écouté leurs histoires et discuté avec ses futures mamans, Maria a été inspirée à faire une différence dans sa communauté.

En 2017, elle a créé une organisation caritative communautaire pour mieux comprendre pourquoi il y avait des cas aussi élevés de grossesses d'adolescentes et de mariages d'enfants dans les communautés angolaises.

Elle a appelé son organisme de bienfaisance Mwana Pwo, ce qui signifie «petite fille» à Chokwe. Il est basé dans la province de Lunda Sul, dans la ville de Saurimo. Il s'agit d'une zone densément peuplée avec l'une des incidences les plus élevées de grossesses d'adolescentes et de mariages d'enfants dans le pays.

30% des filles en Angola sont mariées avant l'âge de 18 ans et 8% sont mariées avant leur 15e anniversaire.

«L'impact de la pauvreté sur le mariage des enfants est indéniable, mais il faut parfois se demander: pourquoi ne vendent-ils pas leurs fils? C'est donc tout le problème de l'inégalité entre les sexes et de considérer les femmes comme des «choses» et non comme des personnes. »

Saurimo est l'emplacement idéal pour le centre d'information de Mwana Pwo - un centre d'apprentissage mobile devenu conteneur d'expédition. Moins cher que de sécuriser un terrain et un bâtiment permanent, le centre - qui est géré par de jeunes volontaires pour permettre aux filles d'accéder à des informations sur la santé et les droits sexuels et reproductifs - était également une décision consciente prise par Mwana Pwo pour protéger l'environnement.

«Nous avons vu de nombreux conteneurs d'expédition abandonnés et nous nous sommes demandé:« Comment pouvons-nous servir au mieux notre communauté et en même temps protéger notre environnement? »

L'idée d'utiliser des conteneurs maritimes est également venue de la nécessité de s'assurer que les filles puissent obtenir des informations et un soutien dans des espaces qui leur sont facilement accessibles.

Au centre, les filles peuvent acquérir de nouvelles compétences et s'inscrire à des cours de commerce, d'entrepreneuriat et d'informatique.Elles peuvent également être invitées à l'émission de radio hebdomadaire Txicumbi de Mwana Pwo , qui est le mot Chokwe pour le processus qui prépare les filles à la menstruation et à la transition de l'enfance à la féminité.

Les filles peuvent utiliser cet espace sûr pour discuter de divers sujets et problèmes courants dans leurs communautés.

«Nous voulions investir davantage dans les jeunes afin qu'ils puissent parler à d'autres jeunes, faciliter les conversations et mener les changements qu'ils souhaitent voir.

Les filles participent à un cours de formation au leadership sur le mariage des enfants, organisé par Mwana Pwo au centre d'information de la province de Lunda Sul, en Angola. Photo: Associação Mwana Pwo.

Il n'a pas toujours été facile pour Maria et son équipe d'approcher les familles et les communautés avec lesquelles ils souhaitent travailler. Comme dans de nombreux endroits à travers le monde, les pratiques de longue date ne sont souvent pas remises en question parce qu'elles font partie de la vie et de l'identité d'une communauté depuis si longtemps.

«Nous avons eu des défis en termes de chefs religieux soupçonnant que nous sommes ici pour changer la culture et dicter comment ils devraient vivre et se comporter. Nous avons également eu des familles qui nous ont refusé leurs enfants par crainte d'apprendre des choses comme comment utiliser les préservatifs. »

Le manque de données issues de la recherche en Angola sur la prévalence du mariage des enfants et des grossesses chez les adolescentes a également rendu le travail de Mwana Pwo plus difficile. Sensibiliser et impliquer les communautés dans une discussion sur les impacts sur la vie des filles est difficile sans communication fondée sur des preuves.

Grâce au soutien du gouvernement, l'équipe de Mwana Pwo a pu travailler avec les communautés à un niveau plus profond, en partageant avec les familles des informations sur les effets néfastes du mariage des enfants sur les filles. Pour le programme de leadership, les filles avaient un espace sûr pour partager leurs histoires personnelles et définir des approches communautaires pour lutter contre le mariage des enfants dans un internat local. Le gouvernement a donné accès à l'école à moindre coût.

«Nous enseignons les droits des femmes, ce que signifie le féminisme et les stigmates qui l'entourent, d'un point de vue objectif. Nous leur apprenons également comment travailler ensemble et l'importance de réaliser leurs droits sexuels et reproductifs, et au cours des prochains mois, lorsqu'ils sont encore en contact avec nous, nous nous assurons qu'ils créent des groupes communautaires. »

Les filles assistent à une session de réflexion sur le mariage des enfants, animée par Mwana Pwo au centre d'information de la province de Lunda Sul. Photo: Associação Mwana Pwo.

Financé par le Réseau de développement et de communication des femmes africaines FEMNET, deux filles du programme de leadership ont représenté Mwana Pwo lors d'un forum consultatif Beijing +25 en Éthiopie en 2019. Lors de ce forum, les États membres, la société civile et les parties prenantes ont célébré les progrès significatifs réalisés sur l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes en Afrique, et convenu de mesures concrètes à prendre pour accélérer le changement.

Les filles ont utilisé le forum pour sensibiliser à l'impact du mariage des enfants sur les filles en Angola et s'assurer que le pays est inclus dans toutes les actions de transformation. L'une de ces actions consistait à cibler les gouvernements avec des initiatives visant à promouvoir les droits des filles au niveau communautaire.

«Les filles jouent un rôle central dans la promotion de la fin du mariage des enfants. Il est nécessaire de renforcer leur agence afin qu’ils soient mieux à même de défendre leurs droits et d’exiger des actions des responsables. »

Mwana Pwo continue de jouer un rôle central dans les communautés de Lunda Sul, plaidant pour les droits des filles et l'accès à l'apprentissage et à l'autonomisation. Il reste encore beaucoup à faire pour lutter contre le mariage des enfants et garantir aux filles l'accès à leurs droits dans tout l'Angola, mais des organisations comme Mwana Pwo sont le coup de pouce nécessaire pour que les filles réalisent leurs rêves.

L'Associação Mwana Pwo est une organisation angolaise fondée en 2018 pour inspirer le leadership des jeunes femmes dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive par le renforcement des capacités, le leadership et la formation aux droits humains. Les principales interventions de l'organisation se concentrent sur la prévention des grossesses non désirées, l'utilisation de contraceptifs, la violence sexiste et la gestion de la santé menstruelle. Mwana Pwo est membre de Girls Not Brides: le Partenariat mondial pour mettre fin au mariage des enfants .