Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Back to the original version

Le monde que nous voulons: mettre fin au mariage des enfants

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a recommandé qu'un nouveau programme de développement international garantisse l'autonomisation, le bien-être et la protection sociale des personnes les plus vulnérables du monde. Dans un commentaire pour la célèbre revue médicale The Lancet , trois personnalités du développement international affirment que pour traduire ces principes en actions et en résultats tangibles, nous devons mettre fin au mariage des enfants.

Alors que des discussions sont en cours sur ce à quoi ressemblera un nouveau plan d'action pour réduire la pauvreté dans le monde à l'expiration des objectifs du Millénaire pour le développement en 2015, Graça Machel, Gunilla Carlsson et Emilia Pires écrivent que nous avons une occasion unique d'envisager le monde que nous voulons d'ici 2030. Les auteurs, qui étaient tous membres du Groupe de personnalités de haut niveau sur le programme de développement pour l'après-2015 , affirment que pour garantir une vie digne pour tous, «l'élimination du mariage des enfants est impérative car elle est inextricablement liée au progrès. sur une gamme de problèmes qui touchent les enfants et les jeunes. »

Nous sommes convaincus qu'avec une volonté politique, des investissements appropriés et des programmes adaptés aux contextes locaux, nous pourrons mettre un terme au mariage des enfants d'ici 2030 ».

Graça Machel, Gunilla Carlsson, Emilia Pires

Mme Machel, Carlsson et Pires soulignent les liens entre les taux de mortalité maternelle et le mariage des enfants, écrivant que les complications liées à la grossesse sont la principale cause de décès chez les filles âgées de 15 à 19 ans dans les pays en développement. Sur les 16 millions d'adolescentes qui accouchent chaque année, ajoutent-ils, environ 90% sont déjà mariées. Ils évoquent également une étude récente qui a montré qu'une réduction des taux de mariage des enfants pourrait être associée à une réduction substantielle du nombre de décès lors de l'accouchement.

Mettre fin au mariage des enfants doit figurer dans un nouveau programme de développement, mais, écrivent les auteurs, il y a beaucoup à faire maintenant pour lutter contre le mariage des enfants et améliorer le bien-être des filles. Une action spécifique consiste à faire en sorte que les programmes de santé sexuelle, reproductive et maternelle, qui sont généralement conçus pour les femmes plus âgées, répondent également aux besoins des adolescentes et des jeunes mariées. Une autre mesure concrète consiste à améliorer les systèmes d'enregistrement des naissances et des mariages, ce qui permettrait de prouver plus facilement l'âge des filles au mariage et d'atteindre les enfants mariées avec des programmes et des services ciblés. Il est également nécessaire d'investir davantage dans les programmes qui soutiennent les filles à risque de mariage d'enfants.

«Nous sommes convaincus qu'avec une volonté politique, des investissements appropriés et des programmes adaptés aux contextes locaux, nous pouvons mettre un terme au mariage des enfants d'ici 2030», concluent les auteurs. «Ce faisant, nous contribuerons à relever certains des défis les plus insolubles en matière de pauvreté et de droits humains au monde et assurerons un avenir positif aux filles du monde entier.»

À propos des auteurs: