Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

«Pour mettre fin au mariage des enfants, nous devons parler plus fort, d'une seule voix»

Photo Credit: Marc Dyrden Schonfeild | Girls Not Brides

La société civile en Afrique a une faiblesse majeure: nous ne réalisons pas à quel point nous sommes forts.

À Johannesburg , en novembre dernier , un militant zambien a interrogé l'archevêque Tutu et moi-même sur l'engagement des dirigeants africains à mettre fin au mariage des enfants. En Afrique subsaharienne, où plus du tiers des filles sont mariées avant d’avoir 18 ans, c’est une question très pertinente. Nous savons que le mariage des enfants perpétue la pauvreté. Nous savons que cela expose les filles à la violence et leur dénie leurs droits. Dans de nombreux pays de notre région, c'est déjà illégal. Pourtant, nos dirigeants - dirigeants politiques, religieux et communautaires - n’ont guère l’impression de faire quoi que ce soit.

Soyons francs. Nos présidents et premiers ministres sont peut-être au courant du mariage d'enfants. ils peuvent accepter en principe qu’il faut s’y attaquer. Mais ils veulent gagner des élections! Le désir de rester au pouvoir signifie qu’ils écoutent les voix les plus fortes de la société. En tant que citoyens, notre travail est d’appliquer cette pression. La vraie question est de savoir comment.

Intensifier: nous ne pouvons pas effectuer le changement seul

L'archevêque Tutu et moi-même étions à Johannesburg pour rencontrer des représentants de plus de 90 organisations membres de Girls Not Brides , qui s'étaient réunies à travers l'Afrique pour partager des stratégies visant à mettre fin au mariage des enfants. Mon message à ce groupe dynamique et diversifié était qu’il ne fallait pas sous-estimer le pouvoir des gens. Pour le moment, nous n'utilisons pas le pouvoir que nous avons en tant que citoyens pour organiser, mobiliser et vraiment faire pression sur nos dirigeants pour provoquer le changement social.

Je sais que les organisations de la société civile elles-mêmes sont trop habituées à travailler en silo. Ils ne collaborent pas assez, car ils doivent construire leur propre identité en tant qu'organisation et montrer les résultats à leurs bailleurs de fonds. Je reconnais ce défi, mais si nous voulons vraiment que les dirigeants politiques entendent notre message, nous devons parler plus fort, d’une seule voix. Ce n'est que lorsque nous nous réunirons et formulerons des revendications collectives d'action que nous parviendrons à un point où les décideurs nous trouveront impossibles à ignorer.

Travailler ensemble nous rend également plus efficaces. Un problème tel que le mariage des enfants a des conséquences sur tellement de domaines qu’il est impossible de s’y attaquer seul: nous devons travailler avec les enseignants pour surveiller les résultats des filles et les aider à rester à l’école; avec le pouvoir judiciaire et la police pour les encourager à appliquer les lois contre le mariage des enfants; avec des organisations qui éduquent les filles et les femmes en matière de santé sexuelle et reproductive, dirigent des programmes d'alphabétisation et de développement des compétences, ainsi que des programmes de microcrédit qui permettent aux femmes de gagner leur vie indépendamment de leur mari. Nous devons tendre la main aux organisations religieuses, aux chefs traditionnels et aux groupes de femmes; engager des forums nationaux et régionaux. En réfléchissant de manière stratégique à la manière dont nous construisons ces partenariats, nous pouvons vraiment intensifier ce travail et faire pression sur nos gouvernements pour qu’ils agissent également.

Il n’ya aucun moyen d’apporter des changements à grande échelle par vous-même - si brillantes que soient vos idées et vos stratégies, celles-ci ne peuvent s’enraciner et porter leurs fruits que si vous travaillez avec d’autres. Les activistes, les militants et les experts que nous avons rencontrés au cours de cette réunion de deux jours font tous un travail fantastique aux niveaux national et communautaire. Ce fut un privilège de faire partie du processus consistant à les réunir et à planifier les prochaines étapes pour ce mouvement en pleine croissance.

De la base au global

Si vous travaillez avec une famille, ils regarderont autour d'eux et diront: "Que penseront les voisins si je donne à mes filles un style de vie différent de toutes les autres filles?" Mais lorsque vous réunissez les familles pour qu'elles discutent des effets néfastes du mariage des jeunes et des avantages qu'il y a à retarder leur mariage, elles ont le courage de dire, collectivement, qu'elles vont changer cette pratique.

Ce n'est que lorsqu'un grand groupe de personnes adhère à une cause et la fait la leur, que nous voyons vraiment le changement se produire. C'est la raison pour laquelle nous devons passer du niveau communautaire au niveau national, sous-régional et mondial. C'est ainsi que le mouvement pour mettre fin au mariage des enfants deviendra chaque jour plus grand et plus fort. Nous, les aînés , ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour amplifier la voix de ceux qui vivent à la base et donner de la visibilité à leur travail. Mais le vrai travail est fait par les gens sur le terrain.

Il n'y a pas de village, pas de canton, pas de coin de ce grand continent qui ne devrait pas entendre le message que le mariage d'enfant peut finir.

Graça Machel

Au cours de la réunion, l’archevêque Tutu nous a dit que ce qui l’avait vraiment amené à comprendre cette question, c’est quand il a pensé à ses propres petites-filles. Il se dit que s'ils étaient nés ailleurs, ils seraient peut-être déjà des épouses. Le changement que nous souhaitons se produira comme suit: un individu, comme Arch, commence à voir dans le mariage des enfants un affront à sa propre dignité - puis un autre et un autre.

Au taux actuel, 10 millions de filles sont mariées chaque année: c'est un chiffre énorme. Si nous voulons réussir à éradiquer le mariage des enfants d’ici 2030, il n’y aura pas de village, pas de canton, pas de coin de ce grand continent qui ne devrait pas entendre le message que le mariage des enfants peut mettre fin. Et ce sont les militants, éducateurs et militants dévoués comme ceux que j'ai rencontrés à Johannesburg qui transformeront ces attitudes - un père, une famille, une communauté à la fois.