Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Formation de Tostan sur l'autonomisation des communautés: questions / réponses avec le participant Charles Banda de Youth Net and Counselling (YONECO), Malawi

Charles holds a community conversation on the issue of child marriage

Plus tôt cette année, Girls Not Brides a parrainé six membres d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud afin qu’ils tirent les enseignements du programme d’autonomisation des communautés de Tostan, en particulier sur la manière dont ils avaient adapté avec succès le programme de lutte contre le mariage des enfants et la mutilation génitale des femmes en Afrique de l’Ouest. L’approche axée sur les droits de l’homme insiste sur l’importance de travailler avec l’ensemble de la communauté et place les personnes et leurs réseaux au centre du changement des normes sociales.

Six mois plus tard, nous parlons à nos membres pour savoir comment ils appliquent ce qu'ils ont appris et comment cela contribue à orienter leur travail pour mettre fin au mariage des enfants. Dans le premier de trois blogs, nous nous entretenons avec Charles Banda, responsable de programme pour la radio et le plaidoyer chez Youth Net and Counselling (YONECO) au Malawi.

Quelle est la chose la plus précieuse que vous avez apprise lors de la formation de Tostan?

La chose la plus précieuse a été d'apprendre sur l'autonomisation des communautés - comment impliquer les communautés et les amener à dénoncer publiquement les pratiques traditionnelles qui violent les droits des filles. Les communautés peuvent discuter des problèmes et ensuite décider quoi faire. Ce processus leur permet de parvenir, par eux-mêmes, à la conclusion qu’il est possible de changer pour le mieux.

Avez-vous partagé les connaissances / apprentissages avec d'autres membres de votre organisation et / ou avec le Partenariat national du Malawi pour mettre fin au mariage des enfants? Comment a-t-il été reçu?

J'ai pu partager les concepts et les activités avec le Partenariat national du Malawi et certaines de nos organisations partenaires - ActionAid, par exemple, travaille beaucoup avec des adolescentes, notamment sur le mariage des enfants. J'ai également parlé à mes collègues de Youth Net et Counselling. Ils ont compris le potentiel d'utilisation de certains de ces nouveaux concepts dans notre programme quinquennal sur le mariage des enfants, y compris la manière d'améliorer notre interaction avec les dirigeants communautaires et les structures de protection de l'enfance dans les communautés.

Faites-vous les choses différemment dans votre travail en faveur du mariage des enfants depuis le début de la formation? Pouvez-vous nous donner quelques exemples d'activités / approches que vous utilisez maintenant?

Oui! Depuis le début de la formation, j'ai constaté que la loi n'était pas la seule solution. La majorité des dirigeants locaux ici pensent que la loi est la solution, mais les leçons du Sénégal me disent que ce n'est pas le cas. Il s'agit des membres de la communauté qui agissent eux-mêmes. En conséquence, l’axe de notre travail a changé. Nous sommes passés de l'application de la loi à l'autonomisation de la communauté. Nous organisons des «journées portes ouvertes» au sein desquelles des enfants et des enseignants d’écoles et de villageois se réunissent pour participer à des spectacles de danse ou de théâtre. Nous invitons également les décideurs et les chefs traditionnels à sensibiliser le public au mariage des enfants. Nous faisons maintenant plus de plaidoyer auprès des chefs et d'éducation par les pairs au niveau communautaire. Nous organisons également des formations sur les structures de protection de l'enfance au niveau communautaire. Les décideurs peuvent modifier les lois, mais nous devons nous concentrer sur ce que la communauté peut faire si nous voulons vraiment mettre fin au mariage des enfants.

L’approche de Tostan est très différente: ils prennent vraiment leur temps, dialoguent avec les communautés sur d’autres questions, pas seulement CM et FGC, ce qui change vraiment la mentalité de cette communauté… L’approche de Tostan est en mesure de combler les lacunes de notre communauté grâce à: le temps passé avec eux et l'accent mis sur la réflexion interne.

Pensez-vous que ces changements ont un impact positif / allez-vous continuer à les mettre en œuvre?

Au cours des derniers mois, de plus en plus de cas de mariages d'enfants ont été rapportés par des membres de la communauté. Je pense que c'est parce que les membres de la communauté se sentent impliqués, ils en savent plus sur le problème et veulent donc agir.

Nous avons également contacté les personnes des centres de santé locaux pour leur fournir des informations sur la santé sexuelle et reproductive et sensibiliser le public aux conséquences du mariage des enfants, telles que la fistule.

Sur la base de ce que vous avez appris, quel conseil donneriez-vous à une personne / à une organisation travaillant avec les familles et les communautés pour lutter contre le mariage des enfants?

Ils ont besoin de comprendre la complexité du mariage des enfants et de s'assurer que leurs programmes comportent des éléments forts d'autonomisation de la communauté - en particulier, ils devraient commencer un dialogue avec les dirigeants locaux et les membres de la communauté. Ils ne devraient pas avoir de position préconçue lorsqu'ils se rendent dans une communauté - ils devraient adopter une position neutre lorsqu'ils facilitent ce dialogue. Par exemple, YONECO a deux niveaux d’opération, nous avons du personnel qui se rend périodiquement dans les communautés pour y mener des activités importantes, ainsi que des éducateurs basés dans les communautés qui effectuent une formation plus fréquente et assurent le suivi des cas signalés. Lorsque ces cas sont complexes, les éducateurs basés dans la communauté sont soutenus par d'autres membres du personnel.

L'autre problème est que les gens doivent comprendre la culture dans la région dans laquelle ils travaillent. Le modèle de Tostan nous a appris à utiliser une approche fondée sur les droits de l'homme pour défier certaines de ces croyances culturelles sans manquer de respect pour les valeurs et les traditions de la communauté.

En novembre, quatre autres membres de Girls Not Brides assisteront à la formation française de Tostan au Sénégal. Nous espérons tirer parti des succès précédents et continuer à partager les connaissances acquises avec nos membres qui luttent contre le mariage des enfants.