Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

L'Assemblée générale des Nations Unies adopte la deuxième résolution sur les mariages d'enfants, les mariages précoces et les mariages forcés - décembre 2016

The incoming Secretary-General of the United Nations, António Guterres, at the 71th session of the UN General Assembly in December 2016. | Photo credit: UN / Manuel Elias

Le 19 décembre 2016, l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) a adopté une deuxième résolution sur le mariage précoce, forcé et forcé (CEFM) à sa 71 e session. La résolution était coparrainée par le Canada et la Zambie, avec le soutien de plus de 100 États membres.

Résolution disponible ici en anglais, français, arabe, chinois, russe et espagnol.

Même si elles peuvent sembler éloignées de la réalité quotidienne de la fin du mariage des enfants, les résolutions de l'ONU sont importantes pour plusieurs raisons. Ils contribuent à renforcer la volonté politique internationale de mettre fin au mariage des enfants et à reconnaître ses effets néfastes. Ils rendent également les gouvernements responsables et aident à financer directement la fin du mariage des enfants.

Alors, qu'y a-t-il de nouveau dans cette résolution?

1 / Il étend le langage existant autour des mariages d'enfants, précoces et forcés

Par exemple, la résolution:

  • Reconnaît que l'inégalité entre les sexes est l'une des causes fondamentales de la MEPF . Le mariage des enfants est souvent causé par des attentes sociales concernant ce que signifie être une fille, notamment des «inégalités et stéréotypes de genre profondément enracinés, des pratiques préjudiciables, des perceptions et coutumes et des normes discriminatoires»;
  • Reconnaît le CEFM comme un abus préjudiciable des droits de l'homme auquel il est lié. Le mariage d'enfants perpétue d'autres violations qui affectent de manière disproportionnée les femmes et les filles; et
  • Reconnaît que plusieurs contextes exacerbent les mariages d'enfants, notamment la pauvreté, l'insécurité et le manque d'éducation. Pour la première fois, l'ONU reconnaît également l'incidence et le risque de mariage d'enfants dans les conflits armés et les urgences humanitaires.

2 / Il définit les rôles et les responsabilités des États membres des Nations Unies pour mettre fin aux mariages d'enfants, précoces et forcés

Cette résolution se distingue des autres en mettant l’accent sur les rôles et responsabilités spécifiques des États Membres dans la mise en place d’un monde exempt de MCEF à tous les niveaux.

Il se concentre également sur ce que les gouvernements doivent faire en termes de changements législatifs et politiques, de renforcement des systèmes et de fourniture de services, et de travail avec les familles, les communautés et les filles elles-mêmes pour faire évoluer les normes sociales.

La résolution demande également que:

  • Les gouvernements font le point sur les progrès accomplis pour mettre fin au mécanisme d’application des normes dans leurs rapports nationaux aux organes conventionnels, dans l’ examen périodique universel et dans les examens nationaux volontaires organisés par le Forum politique de haut niveau sur le développement durable. Le prochain FPHN est en juillet 2017.
  • Le Secrétaire général présente à l’Assemblée générale, avant la fin de sa 72 e session, un rapport détaillé sur les progrès réalisés dans l’achèvement de la gestion commune des forêts dans le monde.
  • L'Assemblée générale examine la question de MEFC à sa session 73 ème au titre du point « Promotion et protection des droits de l' enfant ».

3 / Il réaffirme les engagements antérieurs concernant les mariages d'enfants, les mariages précoces et les mariages forcés

La résolution réaffirme les engagements antérieurs pris en décembre 2014 concernant la résolution 69/156 sur les MFEF. Elle s'appuie sur les engagements mondiaux antérieurs, notamment les résolutions du Conseil des droits de l'homme de 2015 et d'autres relatives aux filles et à la fin de la violence à l'égard des femmes et des filles.

Il reconnaît les progrès accomplis jusqu'à présent dans la lutte contre le mariage des enfants dans le monde, y compris l'inclusion de la cible 5.3 visant à mettre fin au mariage des enfants dans les objectifs de développement durable et d'autres initiatives mondiales telles que le Programme mondial UNICEF-FNUAP pour accélérer la lutte contre le mariage des enfants . Il reconnaît également les progrès régionaux tels que la Campagne de l'Union africaine contre le mariage des enfants et le Plan régional pour mettre fin au mariage des enfants en Asie du Sud.

Cette dernière résolution des Nations Unies est fondamentale pour la mise en place de normes internationales strictes reconnaissant le mariage d'enfants comme ce qu'il est: une violation des droits fondamentaux des filles.