Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Back to the original version

Le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon «Que les filles soient des filles, pas des épouses»

Pour marquer la Journée internationale de la fille, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a publié une déclaration nous exhortant tous à «laisser les filles être des filles, pas des épouses. »

Sa déclaration complète suit:

Les filles sont quotidiennement confrontées à la discrimination, à la violence et aux abus à travers le monde. Cette réalité alarmante sous-tend la Journée internationale de la fille, une nouvelle célébration mondiale pour souligner l'importance de l'autonomisation des filles et de la garantie de leurs droits humains.

Investir dans les filles est un impératif moral - une question de justice fondamentale et d'égalité. C'est une obligation en vertu de la Convention relative aux droits de l'enfant et de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Il est également essentiel pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement, faire progresser la croissance économique et bâtir des sociétés pacifiques et cohésives.

Pour cette journée inaugurale, les Nations Unies se concentrent sur la question du mariage des enfants. Dans le monde, environ 1 jeune femme sur 3 âgée de 20 à 24 ans - environ 70 millions - s'est mariée avant l'âge de 18 ans. Malgré une baisse de la proportion globale d'enfants mariées au cours des 30 dernières années, le défi persiste, en particulier dans les zones rurales et parmi les plus pauvres. Si les tendances actuelles se poursuivent, le nombre de filles qui se marieront à leur 18e anniversaire passera à 150 millions dans la prochaine décennie.

Le mariage des enfants sépare les filles de l'opportunité

Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon

Le mariage des enfants sépare les filles de l'opportunité. Elle met en péril la santé, augmente l'exposition à la violence et aux abus et entraîne des grossesses précoces et non désirées - un risque souvent mortel. Si une mère a moins de 18 ans, le risque de décès de son enfant au cours de sa première année de vie est 60% plus élevé que celui d'un enfant né d'une mère de plus de 19 ans.

L'éducation des filles est l'une des meilleures stratégies pour protéger les filles contre le mariage des enfants. Lorsqu'elles peuvent rester à l'école et éviter de se marier tôt, les filles peuvent jeter les bases d'une vie meilleure pour elles-mêmes et leur famille. Et s'ils ont déjà été mariés jeunes, l'accès à l'éducation, aux opportunités économiques et aux services de santé - y compris la prévention du VIH et la santé sexuelle et reproductive - contribuera à enrichir leur vie et à améliorer leur avenir.

J'exhorte les gouvernements, les dirigeants communautaires et religieux, la société civile, le secteur privé et les familles - en particulier les hommes et les garçons, à promouvoir les droits des filles, notamment par le biais des conventions pertinentes, de la Déclaration et du Programme d'action de Beijing et du Programme d'action de la Conférence internationale sur la population et le développement. Laissez-nous guider par le thème de la célébration d'aujourd'hui - «ma vie, mon droit, mettre fin au mariage des enfants» - et faisons notre part pour que les filles soient des filles, pas des épouses.

Ban Ki-moon

Ce message a été initialement publié sur le site Web de la Journée internationale de la fille des Nations Unies.