Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Back to the original version

Réflexions axées sur les jeunes sur les droits des filles et des adolescents pendant le COVID-19

Image: Jóvenas Latidas

En ces temps de verrouillage du COVID-19, la liberté semble être le droit que nous désirons le plus. Cela me rappelle à quel point il est important de garantir le droit des filles, des adolescentes et des jeunes femmes à un développement complet, autonome et informé.

Aujourd'hui plus que jamais, nous devons nous concentrer sur les filles, les adolescents et les jeunes femmes, car cette situation changeante a un impact sur leur accès aux droits fondamentaux tels que l'éducation, la santé et une vie sans violence.

Les États et la société devraient s'engager à lutter contre les mariages et unions d'enfants, précoces et forcés (CEFMU) et à prendre en compte cette pratique dans toutes les initiatives mises en œuvre pour contrôler la pandémie. Ils devraient le faire tout en se rappelant que les droits des filles et des adolescents sont interdépendants.

Illustration d'Edith, avec une bulle disant "Je veux que les droits de toutes les filles, adolescents et jeunes soient respectés et garantis."

Image: Jóvenas Latidas

Quoi qu'il en soit, cette pause obligatoire sur nombre de nos activités laisse beaucoup de temps à la réflexion personnelle.

Dans cet esprit, je voudrais vous raconter un peu ma propre histoire.

Je suis né dans le Honduras rural, où il y a peu d'opportunités éducatives et de nombreux jeunes espèrent partir.

Je fais partie d'un petit groupe privilégié de ma ville qui a accès à une formation universitaire, ce qui m'a permis de travailler dans la défense et la promotion des droits de l'homme ces dernières années.

Aujourd'hui, je pense aux filles et aux adolescents qui ont des projets de vie limités. L'idée de l'amour romantique et de la violence généralisée les emprisonne dans les mariages et les unions d'enfants, précoces et forcés comme leur seul choix de vie.

C'est un domaine dans lequel l'éducation est vitale pour que les filles et les adolescents puissent réaliser nos rêves, s'inspirer les uns les autres et savoir que nous ne sommes pas seuls et que nous pouvons réellement accomplir tout ce que nous nous proposons de faire, au-delà d'être partenaires et mères. .

Ainsi, aujourd'hui plus que jamais, le droit à l'éducation doit être garanti; et non seulement le droit à la connaissance académique, mais aussi à une éducation laïque et scientifique autour de la santé sexuelle et reproductive. C'est pourquoi il est important d'appeler les États à garantir une éducation basée sur l'inclusion et l'empathie.

À partir des expériences combinées des communautés du Honduras, il est essentiel de se rappeler que - pour résoudre des problèmes comme le CEFMU qui sont enracinés dans des relations de pouvoir inégales et qui affectent le plus les filles, les adolescents et les jeunes femmes - nous pouvons:

  • Promouvoir la sensibilisation plutôt que l'information basée sur l'interdiction et la sanction, comme le souligne la loi.
  • Favorisez le pouvoir et la volonté des filles, des adolescentes et des jeunes femmes. L'objectif 5 des objectifs de développement durable (ODD) promus par les Nations Unies - en particulier l'ODD 5.3 - comprend «[éliminer] toutes les pratiques néfastes, telles que les mariages d'enfants, les mariages précoces et forcés et les mutilations génitales féminines» en tant qu'action clé pour parvenir à l'égalité des sexes . Il est donc essentiel que les adolescentes et les jeunes femmes soient associées aux discussions qui se déroulent dans les espaces de décision, et qu'elles soient considérées comme des alliées pour réduire ces inégalités.

Ces temps inhabituels doivent être transformés en espaces pour jeter les bases des engagements de l'État en faveur du respect des droits des filles, des adolescents, des jeunes femmes et des femmes.

Garantir nos droits, c'est promouvoir l'agenda du développement, ainsi que l'engagement historique de réduire les inégalités que la pandémie a intensifiées.

Nous pouvons mettre fin au CEFMU par l'éducation, la fraternité et les discussions entre divers acteurs.