Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Back to the original version

Le gouvernement zambien intensifie ses efforts pour mettre fin au mariage des enfants en Zambie

First Lady of Zambia, Dr Christine Kaseba, at the child marriage symposium in Lusaka, Zambia | Eric Imbuwa | World Vision Zambia

Le nombre élevé de mariages d'enfants en Zambie est une crise nationale, a déclaré la Première Dame de Zambie, le Dr Christine Kaseba, aux participants à un symposium sur la fin du mariage des enfants qui s'est tenu à Lusaka ce mois-ci.

42% des filles en Zambie sont mariées avant leur 18 e anniversaire, ce qui place le pays parmi les 20 pays ayant les taux de prévalence du mariage des enfants les plus élevés au monde.

Le Symposium est l'un des derniers efforts du gouvernement zambien pour lutter contre le mariage des enfants dans le pays après le lancement en 2013 d'une campagne nationale pour mettre fin au mariage des enfants. La campagne, dirigée par le ministère des Chefs et des Affaires traditionnelles, a vu les chefs traditionnels de tout le pays défendre les droits des filles, sensibiliser les communautés aux effets néfastes du mariage des enfants et intervenir souvent eux-mêmes dans les mariages d'enfants imminents.

Collaboration croissante sur le mariage des enfants en Zambie

Prenant la campagne au niveau supérieur, le symposium sur le mariage des enfants a réuni un large éventail de partenaires - y compris des ministres, des chefs traditionnels, la société civile, des jeunes militants, des journalistes et des agences des Nations Unies - pour partager des informations sur le mariage des enfants en Zambie, apprendre d'un un autre, et explorez les moyens de créer des partenariats pour mettre fin au mariage des enfants dans le pays.

S'exprimant lors de la cérémonie d'ouverture, Justine Greening, secrétaire d'État britannique au développement international, a félicité la Zambie pour son leadership régional et international en matière de mariage des enfants, et s'est félicitée de sa décision de travailler en collaboration avec de nombreux ministères sur la question.

S'exprimant au nom de Girls Not Brides, Françoise Moudouthe, Responsable régionale Afrique, a souligné la valeur d'approches inclusives et multisectorielles du mariage des enfants, ajoutant que la Zambie était en mesure de devenir un champion dans les forums régionaux, tels que le Southern African Development Communauté et Union africaine.

Un certain nombre d'engagements ambitieux sont ressortis du colloque. Le Ministère de la justice s'est engagé à harmoniser les lois coutumières et statutaires pour éviter les lacunes et les incohérences; Les organisations de la société civile ont annoncé leur intention de former un réseau contre le mariage des enfants, tandis que les médias ont reconnu la nécessité d'aller au-delà de simples commentateurs sur le mariage des enfants pour devenir des agents de changement.

Lutter contre le mariage des enfants aux niveaux régional et international

Le Gouvernement zambien prend également des mesures pour placer le mariage des enfants au premier plan des priorités régionales et internationales.

En décembre 2013, les ministres de l'Éducation et de la Santé de la Zambie ont reconnu le mariage des enfants comme un défi majeur pour les jeunes d'Afrique orientale et australe et se sont joints à 20 ministres de la région pour s'engager à mettre fin au mariage des enfants d'ici 2020 .

La Zambie a également coparrainé, avec le Canada, la première résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) sur les mariages d'enfants, précoces et forcés en 2013, qui a rendu obligatoire la toute première table ronde de l'AGNU sur le mariage des enfants et ses implications pour le développement post-2015. Lors de la table ronde, le Canada a annoncé qu'il dirigerait une fois de plus avec la Zambie une résolution sur le mariage des enfants à la 69 e session de l'Assemblée générale en septembre 2014.

Sommet des filles 2014: engagements de la Zambie

Le 22 juillet, le Gouvernement britannique et l'UNICEF ont organisé le Sommet des filles pour mobiliser des engagements en faveur de l'élimination des mariages d'enfants, précoces et forcés d'ici une génération. Pas moins de huit ministres zambiens se sont engagés à lutter contre le mariage des enfants. Voici leurs engagements:

  • Ministre de la santé :   Je m'engage à faire en sorte que vous, nos enfants, ayez accès aux soins de santé dont vous avez besoin pour grandir en tant que citoyens en bonne santé de notre pays. Il n’est pas juste que notre société subisse le coût inutile du traitement des fillettes qui deviennent des patientes à la suite de mariages d’enfants. Je veux dépenser notre budget pour garder nos jeunes en bonne santé.
  • Ministre de la Jeunesse et des Sports : Je m'engage à utiliser les pouvoirs dévolus à mon bureau pour multiplier les opportunités où vous, nos enfants, pouvez découvrir et profiter de vos talents que Dieu vous a donnés à travers les loisirs et le sport.
  • Ministre de la Justice : Je m'engage à faire en sorte que les lois coutumières et statutaires soient tellement conciliées que vous, nos enfants, n'ayez pas à subir la honte, la douleur et la souffrance qui accompagnent notre double système juridique actuel. La loi est censée vous protéger et ne pas vous laisser à la merci de l'égoïsme et des appétits immoraux des adultes.
  • Ministre de l'intérieur :   Je m'engage à investir mes énergies pour faire de notre service de police un protecteur et un promoteur des droits de l'enfant, parmi lesquels votre droit de profiter de votre enfance sans être entravé par des pratiques perverses voilées de «traditions».
  • Ministre du Genre et du Développement de l'enfant : Je promets d'augmenter ma promotion des politiques et des pratiques qui mènent au développement durable afin d'éliminer les excuses du mariage des enfants qui sont fondées sur la pauvreté des ménages.
  • Ministre des Collectivités locales et du Logement : Je m'engage à rendre l'administration locale sensible et à l'écoute de vos besoins, nos enfants. Les maisons doivent être un havre de paix plutôt qu'un lieu de terreur et d'angoisse pour vous.
  • Ministre des chefs et des affaires traditionnelles : Je me consacre à ne négliger aucun effort pour mettre fin aux mariages d'enfants. En votre nom, je chercherai et solliciterai l'aide de toutes les institutions et individus qui resteront sans repos jusqu'à ce que vous, nos enfants, soyez totalement et définitivement libérés du fléau des mariages d'enfants.
  • Ministre de l’éducation, des sciences et de la formation professionnelle et de l’éducation préscolaire : je me consacre à la mobilisation des ressources nécessaires qui permettront à chacun d’entre vous, nos enfants, de suivre une éducation de qualité jusqu’à l’âge de 18 ans. Vous êtes notre avenir et une bonne éducation est l'aile sur laquelle vous volerez.
  • Chefs traditionnels : je m'engage à combattre - jusqu'à ma dernière once d'énergie - toutes ces forces qui cachent leurs intentions et pratiques perverses et immorales sous la bannière des «traditions et de la culture» afin que vous, nos enfants, puissiez vous épanouir en votre Dieu -donné le droit d'être des enfants et de profiter de cette étape spéciale de votre vie.