Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Égalité maintenant émet une alerte urgente: Halte à l'abaissement de l'âge minimum du mariage pour les filles en Égypte

Egalité Maintenant a lancé une alerte urgente à la suite d'informations selon lesquelles le Conseil de l'Assemblée du peuple égyptien est en train de débattre d'une législation qui réduirait l'âge minimum pour les filles de 18 ans.

Le Conseil de l'Assemblée populaire égyptienne discute actuellement d'une législation qui réduirait l'âge minimum du mariage pour les filles de 18 à moins de 9 ans et pourrait voter à tout moment sur le projet de loi final. Si elles étaient adoptées, les filles pourraient être mariées par leur famille sans leur consentement, ce qui les exposerait à un risque de préjudice physique et psychologique et réduirait d’autres possibilités dans la vie, telles que la poursuite de leurs études. De telles mesures font craindre aux femmes égyptiennes, y compris à l'organisation faîtière Alliance pour les femmes égyptiennes, que leurs droits s'érodent rapidement après la révolution.

PRENDRE DES MESURES DÈS MAINTENANT!

Au cours des dernières années, les femmes égyptiennes sont extrêmement préoccupées par l'égalité des chances pour l'égalité des femmes, car le nouveau gouvernement donne la priorité à une législation qui mine et restreint les droits des femmes et des filles. Par exemple, un projet de loi limitant la garde de ses enfants après le divorce a également été introduit. En outre, un éminent député d'un parti conservateur aurait dénoncé l'interdiction de la mutilation génitale féminine (MGF) de 2008, affirmant que les femmes devraient avoir le droit de choisir de subir cette pratique. Les mutilations génitales féminines sont une pratique néfaste et une violation des droits de l'homme. Selon l'UNICEF, les mutilations génitales féminines en Égypte sont généralement pratiquées sur des filles âgées de 9 à 12 ans. Par conséquent, le commentaire du député ignore également le fait que les filles sont généralement incapables d'exercer leur droit de choisir. Des militants égyptiens, hommes et femmes, ont envoyé au Parlement une déclaration dans laquelle ils soulignaient l'incohérence des modifications législatives proposées avec les principes de la révolution, qui incluent la dignité, la justice et la liberté.

La Constitution égyptienne actuelle stipule que «Tous les citoyens sont égaux devant la loi. Ils ont des droits et des devoirs publics égaux sans discrimination fondée sur le sexe…. »L'Égypte est également partie à un certain nombre d'instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme, notamment la Convention relative aux droits de l'enfant (CDE), qui considère les mineurs de moins de 18 ans et la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination. contre les femmes ( CEDAW ). Le Comité des droits de l'enfant des Nations Unies et le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes, qui supervise la mise en œuvre de ces conventions, ont vivement recommandé aux États de relever l'âge du mariage à 18 ans pour les filles et les garçons. L'article 16 (2) de la CEDAW stipule clairement que «Les fiançailles et le mariage d'un enfant n'auront aucun effet juridique…». Pour continuer à respecter et à mettre en œuvre ses obligations en vertu de la CDE, de la CEDAW et d'autres normes relatives aux droits humains, l'Égypte ne doit pas: promouvoir une législation discriminatoire, telle que la réduction de l'âge minimum du mariage pour les filles.

Ce que tu peux faire

Priez instamment le chef du Conseil suprême des forces armées, le président du Conseil de l'Assemblée du peuple et le président du Conseil de la Shura d'arrêter les modifications proposées à la loi sur l'âge du mariage et à la loi sur la détention préventive. Rappelez aux autorités qu'elles ont des obligations légales en vertu de la Constitution égyptienne de défendre l'égalité des sexes et en vertu d'instruments relatifs aux droits de l'homme, y compris la CDE et la CEDAW, de rejeter tout amendement susceptible de porter atteinte aux droits des filles et des femmes. PRENDRE DES MESURES DÈS MAINTENANT!

Les lettres doivent aller à:

  • Maréchal Mohamed Hussein Tantawi, Conseil suprême des forces armées, 11 rue Al'ourubah, Le Caire, Égypte / Fax: + 202-241-83761, E-mail: amd@mmc.gov.eg (note: certains courriels n'ont pas ont été envoyés à cette adresse; les signatures en ligne seront collectées et télécopiées.)
  • Dr. Mohamed Said El Katatni, président du conseil de l'Assemblée du peuple, Majles El Shab St.1, Le Caire, Egypte / Fax 002-227921040
  • M. Ahmad Fahmy, président du Conseil de la Shura, rue Kasr Al Aini - Le Caire, Égypte / Fax: 002-227941980

Des lettres:
Cher maréchal / Président / Président:

Je vous écris pour exprimer mon soutien aux hommes et aux femmes d'Égypte qui plaident en faveur du maintien de l'égalité des sexes en Égypte, telle que garantie par la Constitution. Je vous demande donc respectueusement de faire tout votre possible pour mettre un terme aux modifications proposées de la loi sur l'âge du mariage et de la loi relative à la garde en matière de divorce.

Je crois comprendre que le Conseil de l'Assemblée populaire égyptienne discute actuellement d'un projet de loi qui réduirait l'âge minimum du mariage pour les filles de 18 à moins de 9 ans et pourrait voter à tout moment sur le projet de loi final. Si elles étaient adoptées, les filles pourraient être mariées par leur famille sans leur consentement, ce qui les exposerait à un risque de préjudice physique et psychologique et réduirait d’autres possibilités dans la vie, telles que la poursuite de leurs études. Je comprends également qu'un projet de loi limitant la garde de ses enfants après le divorce a également été introduit. Je soutiens les femmes et les hommes en Égypte qui ont récemment envoyé une déclaration au Parlement soulignant l'incohérence de ces modifications législatives proposées avec les principes de la révolution, qui incluent la dignité, la justice et la liberté.

La garantie de l'égalité des sexes dans la Constitution égyptienne est également conforme aux obligations légales du gouvernement égyptien au titre de la Convention relative aux droits de l'enfant et de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, ainsi que d'autres instruments. Veuillez ne rien modifier à la loi sur l'âge minimum du mariage ou à la loi sur la détention préventive qui enfreindrait les dispositions en matière d'égalité de la Constitution égyptienne et du droit international.

Merci de votre attention.

Cordialement,