Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

COMMUNIQUÉ DE PRESSE: Desmond Tutu: «Nous pouvons mettre fin au mariage des enfants en Zambie si tous travaillent ensemble»

Archbishop Tutu and Mabel van Oranje visit AGEP, a girls' empowerment programme in Zambia, run by Population Council and YWCA Zambia.

L'archevêque Desmond Tutu salue le travail novateur du gouvernement, de la société civile et des chefs traditionnels visant à mettre fin au mariage des enfants

Téléchargez les photos de la visite de l'archevêque Tutu et Mabel van Oranje: https://flic.kr/s/aHsk3afPeV

18 septembre 2014

Lusaka, Zambie

L'archevêque Desmond Tutu a félicité la Zambie pour son travail visant à mettre fin à la pratique néfaste du mariage des enfants, qui prévaut dans le pays. La Zambie a le 16 e taux de mariage d'enfants le plus élevé au monde: 42% des filles sont mariées à 18 ans.

Au cours de sa visite en Zambie, Monseigneur Tutu a été rejoint par SAR la Princesse Mabel van Oranje, Présidente de Girls Not Brides: Le Partenariat mondial pour mettre fin au mariage des enfants. Ils ont rencontré la première dame, Christine Kaseba-Sata, un vaste groupe de ministres, chefs traditionnels, chefs religieux, militants de la jeunesse, diplomates et donateurs internationaux, agences de l'ONU et organisations de la société civile travaillant à la base pour mettre fin au mariage des enfants. Elles ont également entendu parler directement des enfants mariées des défis auxquels elles sont confrontées dans leur vie quotidienne.

À la fin de la visite de quatre jours, l'archevêque Tutu a félicité tous ceux qui luttent contre le mariage des filles, y compris le gouvernement, les organisations de la société civile et les chefs traditionnels.

Mgr Tutu a déclaré:

«En tant que grand-père, cela me fait de la peine d'entendre les histoires de filles qui se sont mariées dans leur enfance. La souffrance de tant de filles de Dieu m'apporte une profonde tristesse, mais l'esprit des filles à qui nous avons parlé est indomptable.

«Il est encourageant de constater que le gouvernement, la société civile, les chefs traditionnels et d'autres acteurs en Zambie ont reconnu que le mariage des enfants avait un impact dévastateur sur les filles et la nation dans son ensemble. Je suis impressionné par la détermination de tous ceux que nous avons rencontrés et qui travaillent pour mettre fin à ce fléau. Mais le défi du mariage des enfants reste pressant. "

Le mariage des enfants contribue de manière importante à l’analphabétisme (les filles mariées abandonnent presque toujours l’école), la mortalité maternelle (les filles de moins de 18 ans sont cinq fois plus susceptibles de mourir pendant la grossesse ou le travail que les femmes au début de la vingtaine), la violence sexospécifique (les filles mariées) sont très vulnérables aux rapports sexuels forcés et à la violence domestique) et au VIH / SIDA (les filles mariées sont plus susceptibles de contracter le VIH que les filles non mariées du même âge).

«J'exhorte tous les Zambiens à concrétiser l'engagement que vous avez manifesté et à faire tout ce qui est en votre pouvoir pour proposer aux filles des alternatives au mariage. Nous avons vu comment les programmes d'autonomisation peuvent transformer la vie d'une fille en augmentant sa confiance en elle et sa capacité à faire des choix quant à son avenir. Nous devons également veiller à ce que les services d'éducation, de santé et autres soient accessibles et abordables, en particulier pour les adolescentes - mariées et non mariées », a poursuivi l'archevêque Tutu.

«Je félicite le gouvernement zambien d'avoir lancé une campagne nationale pour mettre fin au mariage des enfants. Il était également remarquable de rencontrer des chefs traditionnels qui voient la nécessité de modifier ces traditions qui retiennent les filles et leurs communautés.

«Je suis convaincu que nous pouvons mettre fin au mariage des enfants en une génération, mais nous devons travailler ensemble. Tout le monde en Zambie a un rôle à jouer pour mettre fin à cette pratique néfaste: gouvernements, chefs traditionnels et religieux, parents, ONG, médias et jeunes, en particulier des filles. En travaillant en partenariat, je sais que vous pouvez réaliser de grandes choses.

«La Zambie était un grand ami de l'Afrique du Sud lors de notre lutte contre l'apartheid. Vous êtes une nation qui aime depuis longtemps la liberté. En s'attaquant au mariage des enfants, la Zambie garantira la liberté de toutes ses filles et prendra la place qui lui revient de droit parmi les nations prospères et progressistes. ”

Mabel van Oranje a déclaré:

«Le nombre d'enfants mariées dans le monde est ahurissant: 15 millions de filles se marient chaque année dans leur enfance, soit une fille toutes les deux secondes. Au cours de ce voyage, je me suis souvenu des histoires individuelles qui se cachent derrière ces chiffres: les filles qui abandonnent l’école pour se marier, qui sont victimes de violence de la part de leur mari, qui donnent naissance quand elles sont encore enfants et qui ont toutes les chances de vivre. avenir prospère enlevé.

«Ici en Zambie, nous avons également constaté que le changement est possible. Mettre fin au mariage des enfants nécessite une approche globale incluant l'autonomisation des filles, la mobilisation des familles et des dirigeants de la communauté, la fourniture de services et l'harmonisation et la mise en œuvre de lois qui fixent à 18 ans l'âge minimum du mariage. Le changement ne sera pas facile mais si tous travaillent ensemble, la Zambie peut devenir un chef de file mondial des efforts visant à mettre fin au mariage des enfants et à autonomiser les filles.

« Girls Not Brides et nos membres en Zambie joueront notre rôle dans les efforts nationaux visant à mettre fin au mariage des enfants. Dans le même temps, nous espérons que la Zambie continuera d'user de son influence au sein de la SADC, de l'Union africaine et des Nations Unies pour mettre fin au mariage des enfants dans le monde entier. "

Au cours de leur séjour en Zambie, l'archevêque Tutu et Mabel van Oranje ont visité le programme d'autonomisation des adolescentes dirigé par le Population Council et le YWCA Zambia. Le programme vise à renforcer les atouts sociaux, sanitaires et économiques des filles et à acquérir les compétences essentielles pour relever les défis de l'adolescence, notamment le mariage des enfants. (Les photos de la visite sont disponibles ici .)

À propos du mariage des enfants

On estime que 15 millions de filles dans le monde sont mariées chaque année avant d’avoir 18 ans, souvent sans qu’elles aient le choix.

Les garçons peuvent aussi se marier tôt, mais les filles sont touchées de manière disproportionnée. Par exemple, en Zambie, 18% des adolescentes sont mariées ou vivent en union, contre seulement 1,2% des garçons.

Le mariage des enfants est pratiqué dans toutes les religions, ethnies et continents. Les taux les plus élevés de mariages d'enfants dans le monde sont enregistrés en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne.

CONTACTS MEDIA

  • Laura Dickinson, Girls Not Brides : media@GirlsNotBrides.org
  • Rina Mukumba, Institut zambien de communication de masse

Email: rina.mukumba@zamcom.ac.zm

Cell: + 260-979-284848 rina.mukumba@zamcom.ac.zm

À propos des filles pas mariées

Girls Not Brides est un partenariat mondial regroupant plus de 400 organisations de la société civile de plus de 60 pays, unis par un engagement à mettre fin au mariage des enfants et à permettre aux filles de réaliser leur potentiel.

Suivez @GirlsNotBrides sur Twitter: www.twitter.com/GirlsNotBrides

BIOGRAPHIES

Mgr Desmond Tutu

L'archevêque Desmond Tutu est l'un des avocats les plus connus du monde pour la paix et les droits de l'homme. Il est archevêque émérite du Cap, a présidé la Commission vérité et réconciliation d'Afrique du Sud et est lauréat du prix Nobel de la paix (1984).

L'archevêque Tutu est un membre fondateur de The Elders, un groupe d'éminents dirigeants mondiaux réunis par Nelson Mandela pour promouvoir la paix et les droits de l'homme. Les aînés ont fondé Girls Not Brides et ont joué un rôle crucial en plaçant le mariage des enfants au premier plan des priorités internationales.

Mabel van Oranje, présidente de Girls Not Brides

SAR la Princesse Mabel van Oranje est présidente du conseil d’administration de Girls Not Brides. De 2008 à 2012, Mabel a été le premier directeur général de The Elders, un groupe de dirigeants mondiaux éminents réunis par Nelson Mandela pour promouvoir la paix et les droits de l'homme. Mabel a dirigé les consultations qui ont façonné la décision stratégique des Elders de sensibiliser le public au problème souvent oublié du mariage des enfants et de créer Girls Not Brides: le partenariat mondial pour mettre fin au mariage des enfants.

Forte de plus de vingt ans d'expérience dans la création de partenariats pour la justice et le changement, la vision de Mabel a vu Girls in Not Brides devenir un partenariat mondial regroupant plus de 400 organisations de la société civile basées dans plus de 60 pays, unis par un engagement à mettre fin au mariage des enfants les filles à réaliser leur potentiel.