Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Back to the original version

L'Assemblée générale des Nations Unies adopte la troisième résolution sur le mariage des enfants, précoce et forcé

Le 15 Novembre 2018, le Comité de 3 ème Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) a accepté une troisième résolution sur l' enfant, le mariage précoce et forcé (MEFC).

Il s'agit d'un moment important car la résolution appelle les États membres de l'ONU à renforcer et à accélérer l'action pour lutter contre le mariage des enfants, et apporte de nouvelles contributions importantes au débat.

L'appel à l'action et les progrès continus sont essentiels pour maintenir la pression internationale sur les États membres pour qu'ils mettent en œuvre leur engagement d'éliminer le mariage des enfants d'ici 2030 dans les ODD .

Vous pouvez lire la résolution complète en anglais , Français ou Español .

La résolution était dirigée par le Canada et la Zambie et coparrainée par 114 États membres. Douze autres États membres se sont joints en tant que co-sponsors cette année - une augmentation par rapport à la résolution précédente de 2016 . De nombreux membres de Girls Not Brides ont appelé leurs gouvernements à coparrainer la résolution et c'est un succès important pour le Partenariat.

Que dit cette résolution sur le mariage des enfants?

La résolution cherche à maintenir et à s'appuyer sur des termes importants convenus dans les résolutions précédentes sur la question du mariage des enfants, des mariages précoces et forcés (CEFM). Il a mis en évidence trois domaines clés:

  • La CEFM est une «pratique néfaste qui viole, abuse ou porte atteinte aux droits humains», et l'inégalité entre les sexes est une cause profonde de la CEFM. C'est un «obstacle à l'autonomisation de toutes les femmes et filles». Il met également en évidence la pauvreté, l'insécurité, les grossesses précoces et le manque d'éducation comme facteurs à l'origine de la CEFM.
  • Les urgences humanitaires et les situations de déplacement forcé peuvent augmenter l'incidence et le risque de CEFM . Cela nécessite une attention accrue.
  • CEFM, «reste une menace sérieuse pour de multiples aspects de la santé physique et physiologique des femmes et des filles» . Les exemples incluent la santé sexuelle et reproductive, les grossesses précoces et le VIH / SIDA.

Cette résolution a également fait des progrès importants, notamment une nouvelle formulation dans plusieurs domaines:

  • Les droits des filles mariées sont mis en avant dans la résolution pour la première fois . Il est reconnu qu'il est nécessaire de soutenir les femmes et les filles soumises à la CEFM, ainsi que leurs enfants. Cela souligne «l'importance de supprimer les barrières structurelles qui empêchent leur accès à des services qui répondent à leurs besoins spécifiques».
  • Le rôle important que jouent les familles, les communautés et les chefs religieux, traditionnels et communautaires dans la transformation des normes sociales négatives et la lutte contre les inégalités entre les sexes.
  • L' importance de reconnaître les syndicats informels dans la réponse au CEFM . La pratique du CEFM peut inclure des syndicats qui ne sont «pas formalisés, enregistrés ou reconnus par une autorité religieuse ou étatique».

Qu'est-ce que la résolution appelle l'ONU et les États membres à faire?

La résolution appelle à une action spécifique des gouvernements et de la communauté internationale, notamment:

  • Une demande au Secrétaire général de l' ONU de produire un rapport complet sur les progrès accomplis pour mettre fin à la CEFM avant la fin de la 74 e session de l'Assemblée générale.
  • Appelle les gouvernements et la communauté internationale à améliorer la collecte et l'utilisation des données pour mieux comprendre et répondre au CEFM.
  • Une invitation à la Commission de la condition de la femme à examiner la CEFM à sa 64 e session en 2020 , à l'occasion du 25 e anniversaire de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes.

Coparrainants de la résolution 2018

Albanie, Algérie, Andorre, Angola, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Belize, Bénin, Bolivie, Bosnie-Herzégovine, Botswana, Brésil, Bulgarie, Burkina Faso, Burundi, Cabo Verde, Canada, République centrafricaine, Tchad, Chili, Allemagne, Colombie, Comores, Costa Rica, Croatie, Chypre, République tchèque, Danemark, République dominicaine, Égypte, El Salvador, Guinée équatoriale, Érythrée, Estonie, Éthiopie, Finlande, France, Gambie, Géorgie, Ghana, Grèce, Guinée, Guinée Bissau, Honduras, Hongrie, Islande, Irlande, Israël, Italie, Japon, Jordanie, Kenya, Kiribati, Lettonie, Liban, Lesotho, Liberia, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Macédoine, Madagascar, Malawi, Mali, Malte, Mexique, Monaco, Mongolie, Monténégro, Maroc, Mozambique, Namibie, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Niger, Nigéria, Norvège, Panama, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Paraguay, Pérou, Philippines, Portugal, République de Corée, Roumanie, Saint-Marin, Sao Tomé-et-Principe. Sénégal, Serbie, Seychelles, Slovaquie, Slovénie, Îles Salomon, Afrique du Sud, Soudan du Sud, Espagne, Suède, Suisse, Tanzanie, Thaïlande, Timor-Leste, Togo, Tunisie, Turquie, Turkménistan, Ouganda, Ukraine, Royaume-Uni, Venezuela, Vietnam, Zambie, Zimbabwe

Lire la résolution complète en anglais , français ou espagnol