Les solutions pour mettre fin au mariage des enfants

Au cours des dernières années, le mariage des enfants a gagné en importance dans les programmes de développement internationaux et nationaux. Aujourd’hui, nous avons une occasion unique d’agir sur cette dynamique et d’accélérer nos efforts pour aider à changer la vie des filles et des jeunes femmes partout dans le monde.

Mettre fin au mariage des enfants nécessite un travail dans tous les secteurs et à tous les niveaux. Il nous oblige à comprendre les moteurs complexes de la pratique dans différents contextes et à adapter nos interventions en conséquence.

<em>Filles, Pas Epouses</em> a développé une Théorie du changement pour démontrer l’éventail des approches nécessaires pour aborder le mariage des enfants et souligner de façon cruciale que chacun a un rôle à jouer. La Théorie du changement souligne l’importance des interventions durables à long terme qui sont coordonnées, dotées de ressources et le résultat d’un apprentissage partagé.

Dans la Théorie du changement, quatre catégories montrent où la majorité des efforts doivent être alignés: autonomiser les filles, mobiliser les familles et les communautés, fournir des services et établir et appliquer les lois et les politiques. La fin du mariage des enfants nécessite un travail qui se renforce mutuellement dans ces domaines.

Ces quatre domaines de stratégie sont utilisés pour illustrer les types d’interventions efficaces qui contribuent à prévenir le mariage des enfants et à soutenir les filles mariées dans le monde entier.

Autonomiser les filles

Une partie importante des efforts pour mettre fin au mariage des enfants consiste à travailler directement avec les filles pour les aider à développer leurs compétences et leurs connaissances, à connaitre et faire valoir leurs droits et à développer des réseaux de soutien.

Une approche reposant sur l’autonomisation peut conduire à des résultats positifs pour les filles et leurs familles en aidant les filles à devenir des agents de changement, à envisager les rôles alternatifs dans leurs communautés et à forger leur propre chemin dans la vie.

Créer des espaces sûrs pour les filles

Les programmes créant des « espaces sûrs » qui offrent un programme varié couvrant les compétences de vie, la santé et les connaissances financières peuvent offrir aux filles de nombreuses possibilités. Elles peuvent y développer leurs compétences, rencontrer des amis et des mentors dans un cadre informel et connaître les services auxquelles elles ont accès dans leur communauté.

Les « espaces sûrs » peuvent renforcer la confiance en soi, le libre arbitre et l’efficacité personnelle des filles, dont elles ont besoin pour prospérer. Ils peuvent constituer une bonne alternative pour les filles qui n’ont pas accès à l’éducation formelle, comme les filles mariées. Un lieu de rendez-vous régulier et sûr permet aux filles de rencontrer des jeunes de leur âge et de partager des expériences qui peuvent réduire leur sentiment d’isolement et de vulnérabilité.

Certains de ces programmes comportent des composantes d’émancipation économique, telles que les transferts d’argent conditionnels ou l’octroi d’une chèvre ou d’un poulet, qui ont réussi à augmenter l’âge du mariage.

Safe space session in Zambia, funded by DFID - Credit Jessica Lea DFID - Medium

Youth group, SRH, Bangladesh

Soutenir les jeunes à devenir des agents du changement

Soutenir les jeunes à devenir des agents de changement peut être une approche efficace et efficace. Beaucoup d’organisations travaillent avec les jeunes afin de renforcer leur capacité à se mobiliser et plaider pour des changements. D’autres organisations travaillent avec les jeunes afin de développer des programmes destinés aux jeunes qui soient pertinents et efficaces.

Les groupes de jeunes, encourager le dialogue entre les jeunes et les leaders communautaires, et renforcer les capacités des jeunes sont tous des moyens de soutenir les jeunes à être champions du changement dans leur propre communauté.

Mobiliser les familles et les communautés

Beaucoup de familles et de communautés considèrent le mariage des enfants comme une pratique profondément enracinée qui fait partie de leur culture depuis des générations. Que la pratique soit citée comme culturelle ou religieuse, elle est souvent motivée par des normes de genre inéquitables comme le démontre l’accent sur l’honneur des filles (ou de leurs famille) en contrôlant leur sexualité.

Pour que les changements se produisent, les valeurs et les normes qui soutiennent la pratique du mariage des enfants doivent évoluer. Travailler avec les familles et l’ensemble de la communauté pour sensibiliser aux conséquences néfastes du mariage des enfants peut changer les attitudes et réduire l’acceptation parmi ceux qui prennent la décision de marier les filles avant leurs 18 ans.

Travailler avec les hommes et les garçons

Travailler avec les hommes et les garçons est une partie essentielle de nos efforts pour mettre fin au mariage des enfants. Dans de nombreuses communautés, ce sont les hommes qui détiennent le pouvoir et prennent les décisions. Les interventions visant les pères, les frères, les maris et les futurs maris sont importantes pour aider les hommes et les garçons à réfléchir sur le statu quo et à reconnaitre les avantages d’une communauté dans laquelle les filles et les femmes sont valorisées et peuvent réaliser leur potentiel.

Travailler avec les chefs religieux et traditionnels

Les chefs religieux et traditionnels jouent également un rôle clé dans la lutte contre le mariage des enfants et l’évolution des attitudes de la communauté. Dans les communautés où les leaders religieux et traditionnels jouent un rôle de premier plan dans la prise de décision ou influencent les normes en vigueur, les interventions ciblées peuvent les aider à devenir des défenseurs positifs du changement qui comprennent parfaitement les implications du mariage des enfants pour les filles et leurs familles.

Travailler avec les communautés pour un changement durable

Le changement au niveau communautaire sous-tend tous nos efforts pour prévenir le mariage des enfants et atténuer les effets néfastes pour les filles mariées. Sans changement à ce niveau, le quotidien des filles partout dans le monde restera le même.

Les organisations locales encouragent le changement en faisant campagne, en organisant des conversations communautaires et en utilisant diverses techniques créatives telles que le théâtre de rue et l’art pour réfléchir à la pratique du mariage des enfants et communiquer ses impacts néfastes sur les filles et leurs communautés.

Faire évoluer les normes sociales

L’évolution à grande échelle des normes sociales fait partie intégrante du processus de changement et un nombre croissant d’organisations utilisent des campagnes médiatiques et d’autres méthodes innovantes telles que la radio, la télévision et les médias numériques pour sensibiliser aux droits des filles et à l’impact du mariage des enfants.

Les messages qui font la promotion de nouvelles normes, les modèles et les individus qui s’éloignent de la norme de manière positive sont des moyens efficaces de changer les attitudes et les comportements autour de la valeur des filles et des femmes.

Wanjala Wafula, co-founder of Coexist Initiative, talking to a group of men about violence against women and girls in the community. - Photo credit Gabriel Diamond | Skoll Foundation

Participants at a training by Tostan acting out a wedding ceremony in Soudiane, Senegal. Photo credit: Kaela McConnon | Tostan

Fournir des services

Aborder le mariage des enfants et soutenir les filles mariées nous oblige à considérer les facteurs économiques et structurels qui constituent un obstacle à la fin du mariage des enfants. Les filles les plus vulnérables qui n’ont pas accès au système d’éducation, aux soins de santé ou aux mécanismes pour la protection de l’enfance sont plus vulnérables au mariage des enfants. Mettre fin au mariage des enfants exige que nous examinions les services offerts aux filles et nous demandons comment ils se renforcent mutuellement et comment ils peuvent être renforcés.

Des écoles accessibles, sûres et de haute qualité

Améliorer l’accès à une scolarité accessible, sûre et de haute qualité est une stratégie essentielle pour mettre fin au mariage des enfants et s’assurer que les filles mariées aient la possibilité de terminer leurs études.

L’éducation crée des connaissances, ouvre de nouvelles opportunités et peut aider à changer les normes sociales relatives à la valeur des filles dans la communauté. Le simple fait qu’une fille fréquente l’école peut renforcer l’idée qu’une fille en âge d’aller à l’école est encore une enfant – et non une épouse.

Garder les filles à l’école est un moyen efficace d’empêcher les filles de se marier mais ce n’est pas suffisant. Les filles ont besoin de soutien pour faire la transition vers le secondaire. Pour les filles mariées, il est important que les écoles les encouragent et les appuient à poursuivre leurs études dans un cadre informel ou formel, comme la mise en place d’espaces sûrs, l’apprentissage à temps partiel, à distance ou les formations professionnelles.

Des services de santé de haute qualité et adaptés aux jeunes

Les filles non mariées et mariées ont besoin de services de santé de haute qualité et adaptés à la jeunesse pour vivre en bonne santé et en toute sécurité. De nombreuses filles dans le monde en développement n’ont pas accès aux soins de santé reproductive sexuelle qui les empêcheraient de tomber enceintes ou de contracter le VIH et d’autres maladies sexuellement transmissibles.

Les filles doivent connaître leur corps ainsi que les types de services et de soins de santé qui leur sont offerts. S’assurer que les services de santé sont adaptés aux jeunes et que les filles peuvent accéder aux soins sans jugement et sans surveillance masculine est également importante.

Des mécanismes adéquats de protection de l'enfance

Assurer la mise en place de mécanismes adéquats de protection de l’enfance est nécessaire pour mettre fin au mariage des enfants. L’établissement de protocoles sur l’identification des signes avant-coureurs et le traitement des risques liés au mariage des enfants est un élément essentiel de ce travail.

Les services de protection de l’enfance doivent être accessibles via un certain nombre de moyens, y compris l’éducation, les fournisseurs de soins de santé, les travailleurs communautaires et la police. Travailler avec les fournisseurs de services pour renforcer leurs capacités peut aider à faire en sorte que les cas de mariage d’enfants dans la communauté soient traités de manière efficace.

La sécurité économique

Les filles et les femmes doivent également avoir une sécurité économique pour pouvoir vivre en toute sécurité, en bonne santé et de manière autonome. L’introduction d’incitations économiques telles que les transferts conditionnels d’argent peut dissuader les familles de recourir au mariage des enfants en allégeant leurs difficultés économiques. Ces mêmes programmes peuvent revaloriser la place des filles au sein de leurs familles, comme un atout et non un fardeau économique.

Les programmes d’émancipation économique tels que la microfinance, les associations villageoises d’épargne ou les systèmes de prêts peuvent aider les filles à se soutenir elles-mêmes et leurs familles sans avoir à se marier. De plus, familiariser les filles à la gestion de l’argent et les aider à ouvrir et accéder à un compte bancaire (sans supervision masculine) peut les aider à économiser et devenir financièrement indépendante.

Etablir et appliquer les lois et les politiques

Les lois et les politiques jouent un rôle essentiel dans la prévention du mariage des enfants. De nombreux pays ne disposent pas de cadres juridiques et politiques robustes qui peuvent aider à prévenir la pratique et à soutenir les filles mariées. Un solide système juridique et politique constitue pourtant une toile de fond importante pour l’amélioration des services, des changements dans les normes sociales et l’autonomisation des filles.

Toutefois, pour que le changement soit véritablement transformateur, les gouvernements doivent montrer un leadership politique fort en faisant du mariage des enfants une priorité nationale et en fournissant des ressources financières adéquates à tous les ministères pour aborder la question.

Renforcer, mettre en œuvre et financer les lois et les politiques

Le renforcement, la mise en œuvre et le financement des lois et des politiques qui empêchent le mariage des enfants est une étape importante vers la reconnaissance et le respect des droits des filles. Si la plupart des pays ont déjà un âge minimum légal du mariage, celui-ci est souvent plus élevé pour les hommes que pour les femmes et de nombreux pays continuent d’avoir un âge légal de mariage inférieur à celui de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant.

La discrimination fondée sur le genre et les lacunes de la loi continuent d’être répandues surtout en ce qui concerne les problèmes liés au consentement des parents, la possession et l’héritage des biens, la séparation et le divorce et l’accès aux services professionnels et au soutien.

De plus, de nombreux pays disposent d’un système juridique pluraliste, ce qui signifie que le droit coutumier contredit souvent la législation nationale, ce qui rend l’application des lois difficile.

Enregistrer les naissances et les mariages

L’enregistrement des naissances et des mariages aide à prévenir le mariage des enfants en prouvant l’âge d’une fille et de son partenaire et signifie que les filles et les femmes sont en mesure de demander réparation financière et juridique si le mariage se termine.