Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Controverse au Nigeria sur l'âge minimum du mariage

Nigerians express their opposition to child marriage on social media via #ChildNotBride

Le 16 juillet 2013, les sénateurs nigérians se sont réunis pour examiner les recommandations qui leur ont été faites par un comité chargé d'examiner la Constitution du pays.

L’une des recommandations du Comité sénatorial chargé de la révision de la Constitution concernait l’article 29 de la Constitution, qui vise les situations dans lesquelles les citoyens nigérians peuvent renoncer à leur citoyenneté. L'article 29 stipule que les citoyens doivent être majeurs pour le faire.

L’article ajoute que «le terme majeur désigne l’âge de dix-huit ans et plus» (alinéa 29 (4) a)) et précise que «toute femme mariée est réputée être majeure» (alinéa 29 (4)). (4) (b)).

Le Comité a recommandé aux sénateurs de supprimer l’alinéa 29 (4) b) de la Constitution. Lors d'un premier vote, une majorité de sénateurs ont voté en faveur de la suppression de cet article.

Le sénateur Ahmed Yerima a contesté ce vote au motif que la suppression de l'alinéa 29 (4) b) constituait une discrimination à l'égard des femmes musulmanes, considérées comme «majeures» une fois mariées. La recommandation du Comité fut mise aux voix pour la deuxième fois et à cette occasion, les deux tiers des voix requises par la Constitution ne lui permettaient pas de le modifier.

Cela ne signifie pas que les sénateurs ont voté en faveur de la légalisation du mariage d'enfants au Nigeria. La clause contentieuse fait partie de la Constitution depuis 1979 et sa portée a toujours été limitée à la question de la renonciation à la citoyenneté. Cependant, la décision des sénateurs de maintenir la clause, en particulier compte tenu des arguments qui les ont convaincus, a été considérée par beaucoup comme une légitimation implicite du mariage d'enfants.

Des groupes tels que le Réseau pour la réforme de la Constitution et le genre (GECORN), le Forum féministe nigérian (NFF), la Wellbeing Foundation Africa et la branche nigériane de la Fédération internationale des femmes juristes ont critiqué le vote.

Les développements ont attiré beaucoup d'attention des médias et de nombreux Nigérians ont exprimé leur préoccupation sur les médias sociaux. Un débat animé a eu lieu en utilisant le mot de passe Hashtag #ChildNotBride sur Twitter et une pétition en ligne à l’ONU a recueilli plus de 20 000 signatures à ce jour. Certains Nigérians sont également descendus dans la rue pour exprimer leur mécontentement. (Pour plus de réactions sur les réseaux sociaux, voir Storify de Al Jazeera The Stream .)

Ce n'est pas la première fois que le sénateur Yerima attire l'attention sur la question du mariage précoce. En 2010, il a suscité la controverse en épousant une fille de 13 ans.

Il convient également de noter que la Constitution nigériane ne fixe pas d’âge minimum pour le mariage. La loi sur les droits de l'enfant, adoptée en 2003, fixe l'âge du mariage à 18 ans. Cependant, seuls 23 des 36 États du Nigeria ont adopté cette loi. En conséquence, dans certaines régions du pays, l’âge minimum du mariage peut être aussi bas que 12 ans.

Le président du Sénat envisagerait de revenir sur cette question.