Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Le président gambien appelle à l'interdiction immédiate du mariage des enfants

Élisa, 12, from the Democratic Republic of the Congo, answers questions about child marriage : "A child should first study. A young girl suffers when she is in a forced marriage. Her husband could neglect her, by being with another woman, and the girls is too young to handle these issues." | Photo credit: UNICEF - Dubourthoumieu

Le président gambien, Yahya Jammeh, a appelé à une interdiction immédiate du mariage des enfants, demandant aux décideurs politiques de présenter une législation avant la fin du mois.

«Nous sommes en train de détruire l'avenir de nos enfants, qui devraient aller à l'école», a-t-il déclaré. Selon l'UNICEF (2016), 30% des filles en Gambie sont mariées avant leur 18 e anniversaire.

Le président a ajouté que le mariage des enfants serait punissable de 20 ans de prison à la fois pour le mari et les parents de la fille mariée. Les chefs religieux impliqués dans le mariage seraient passibles d'une peine similaire.

L'annonce intervient peu après le lancement d'une campagne de deux semaines de l'Union africaine visant à mettre fin au mariage des enfants en juin. La campagne gambienne était dirigée par la Première Dame de Gambie, Mme Zineb Yahya Jammeh.

«L'annonce récente par la Gambie d'interdire les mariages de moins de 18 ans est encourageante», a déclaré Ruth Koshal, responsable du Bureau pour la mobilisation pour l'Afrique chez Girls Not Brides . «Cependant, les lois seules ne suffisent pas pour mettre fin au mariage des enfants. Il est essentiel d'habiliter les filles, de protéger leurs droits et de proposer au mariage des alternatives valables qui soient valorisées par les communautés, telles que l'éducation. »

Elle a ajouté: «Le changement social prend du temps. Cela nécessite une action de tous, appuyée par un ferme engagement du gouvernement et une volonté politique ».

«Nous espérons que ces signaux gambiens conduiront à une stratégie forte et globale de lutte contre le mariage des enfants, élaborée dans tous les ministères. Le rôle de la société civile, des agences des Nations Unies, des filles, des jeunes et des donateurs dans le développement et la mise en œuvre d'une telle stratégie sera également crucial. "

Isatou Jeng, fondatrice de The Girls 'Agenda, membre de Girls Not Brides , a déclaré à la Fondation Thomson Reuters: «Je ne pense pas que l'incarcération des parents soit la solution.» Elle a insisté sur la nécessité de travailler avec les communautés locales pour tenter de changer les attitudes envers l'enfant mariage, au lieu de menacer les familles avec une peine de prison.

La législation devrait être présenté au Parlement par le 21 Juillet, selon l' UNICEF en Gambie .