Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Back to the original version

Déclaration de Girls Not Brides sur la résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies sur les mariages d'enfants, précoces et forcés - novembre 2014

Déclaration de Heather B. Hamilton, coordonnatrice mondiale, Girls Not Brides:

«Girls Not Brides: Le Partenariat mondial pour mettre fin au mariage des enfants se félicite de cette résolution historique des Nations Unies. La résolution démontre le large consensus international selon lequel une action urgente est nécessaire pour mettre fin au mariage des enfants, une pratique qui retient 15 millions de filles par an, soit environ 41 000 par jour, leur refusant leurs droits fondamentaux et compromettant leur avenir. S'il n'y a pas de réduction du mariage des enfants, 1,2 milliard de filles se marieront enfants d'ici 2050, soit l'équivalent de la population entière de l'Inde.

«La résolution marque la première fois que les États membres de l'ONU se mettent d'accord sur des recommandations de fond concernant les mesures que les pays, les organisations internationales et d'autres doivent prendre pour résoudre le problème. Il situe également fermement le mariage des enfants dans le programme de développement pour l'après-2015, reconnaissant la nécessité d'inclure dans le cadre final un objectif visant à mettre fin aux mariages d'enfants, précoces et forcés.

«L'adoption d'une résolution de l'ONU ne signifie pas que nous mettrons fin au mariage des enfants demain, mais les résolutions sont importantes pour établir des normes mondiales. C'est une déclaration ferme de la communauté internationale selon laquelle nous devons agir contre le mariage des enfants si nous voulons garantir l'égalité et réduire la pauvreté dans le monde.

Contexte

La résolution des Nations Unies sur les mariages d'enfants, précoces et forcés a été adoptée le 21 novembre avec le coparrainage interrégional à grande échelle de 116 pays. Il a été présenté et dirigé par les gouvernements du Canada et de la Zambie. Il s'appuie sur les résolutions de l'Assemblée générale et du Conseil des droits de l'homme de l'année dernière, qui étaient des résolutions de procédure appelant à des rapports et à un examen plus approfondi de la question. Les résolutions de l'ONU sont toujours importantes dans l'établissement de normes mondiales, c'est donc une déclaration ferme de la communauté internationale selon laquelle le mariage des enfants ne le sera pas si nous voulons assurer l'égalité et réduire la pauvreté dans le monde.

La résolution reconnaît que les mariages d'enfants, précoces et forcés:

  • Est une pratique qui porte gravement atteinte aux droits humains des filles et des femmes et qui menace leur santé, leur éducation, leur statut économique et social;
  • Est intrinsèquement lié à des inégalités, des normes et des stéréotypes sexistes profondément enracinés; et,
  • Est en soi un obstacle au développement et contribue à perpétuer le cycle de la pauvreté.

Plus important encore, c'est la première fois que les pays se mettent d'accord sur les mesures qu'ils - et les partenaires des organisations internationales et de la société civile - devraient prendre pour s'attaquer au problème, y compris, entre autres:

  • Promulguer, appliquer et faire respecter les lois et politiques pour mettre fin à la pratique;
  • Élaborer et mettre en œuvre des réponses et des stratégies globales, globales et coordonnées en coopération avec les parties prenantes, y compris la société civile; et
  • Promouvoir et protéger les droits humains de toutes les femmes et filles, y compris leur droit à l'éducation et de contrôler et de décider librement et de manière responsable sur les questions liées à leur sexualité.

La résolution encourage également l'action continue des Nations Unies sur la question et reconnaît spécifiquement la nécessité d'inclure des engagements clairs en faveur du mariage des enfants, des mariages précoces et forcés dans le programme de développement pour l'après-2015.

La résolution a été coparrainée par:

Afghanistan, Albanie, Algérie, Andorre, Argentine, Arménie, Australie, Autriche, Belgique, Bénin, Bolivie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Burkina Faso, Burundi, Cabo Verde, Cambodge, Canada, République centrafricaine, Chili, Costa Rica, Croatie , Cuba, Chypre, République tchèque, Danemark, République dominicaine, Équateur, Guinée équatoriale, Érythrée, Estonie, Éthiopie, Finlande, France, Géorgie, Allemagne, Ghana, Grèce, Grenade, Guatemala, Guinée, Haïti, Honduras, Hongrie, Islande, Irlande, Israël, Italie, Japon, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Kirghizistan, Lettonie, Liban, Libéria, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Madagascar, Maldives, Mali, Malte, Mexique, Moldavie, Monaco, Mongolie, Monténégro, Maroc, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Nicaragua, Norvège, Palaos, Panama, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Paraguay, Pérou, Philippines, Pologne, Portugal, République de Corée, Roumanie, Rwanda, Samoa, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Seychelles, Sierra Leone, Singapour, Slovaquie , Slovénie, Îles Salomon, Somalie, Soudan du Sud, Espagne, S uriname, États-Unis d'Amérique, Suède, Suisse, Tanzanie, Thaïlande, ex-République yougoslave de Macédoine, Togo, Tunisie, Turquie, Turkménistan, Tuvalu, Ouganda, Ukraine, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, Uruguay, Vanuatu, Venezuela et Zambie.

Contact médias:

Laura Dickinson, media@GirlsNotBrides.org, +447500864871

www.GirlsNotBrides.org

@GirlsNotBrides [FIN]