Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

«Parlons sexe et santé reproductive», Mabel van Oranje, présidente du conseil d'administration de Girls Not Brides, à la conférence She Decides à Bruxelles

Demain, le 2 mars, lors de la conférence She Decides , la présidente de Girls Not Brides , Mabel van Oranje, encouragera les ministres, les représentants d'organisations non gouvernementales, les agences des Nations Unies et les fondations à mobiliser la volonté politique et le financement nécessaires pour permettre aux épouses d'enfants prendre des décisions éclairées concernant leur santé sexuelle et reproductive.

Cela arrive à un moment où un déficit financier grandissant menace de bloquer les progrès accomplis pour garantir la fourniture de contraceptifs, d'éducation sexuelle, de santé maternelle et d'autres services adaptés aux jeunes.

Mabel van Oranje dira:

«Les enfants mariés ont un énorme besoin non satisfait en matière de contraception. Ils sont vulnérables aux complications des grossesses précoces, des infections sexuellement transmissibles, des fistules et des décès lors de l'accouchement. Les complications liées à la grossesse et à l'accouchement constituent la deuxième cause de décès chez les 15 à 19 ans dans le monde.

Chez Girls Not Brides , nous travaillons à mettre fin au mariage des enfants et à autonomiser les filles. Un grand pas en avant serait de briser les tabous qui existent autour du sexe et de garantir l'accès des jeunes à la contraception. Cela ne peut être fait sans impliquer la société civile, à tous les niveaux. "

Les jeunes mariées sont souvent contraintes à une activité sexuelle à un âge où leur corps est encore en développement. Les taux de natalité chez les adolescentes sont les plus élevés là où le mariage des enfants est le plus répandu: 95% des naissances chez les adolescentes dans le monde ont lieu dans des pays en développement. 90% de ces naissances chez les adolescentes concernent des filles déjà mariées ou en union.

Les organisations de la société civile jouent un rôle central dans la satisfaction des besoins des jeunes filles. Les organisations locales sont souvent les mieux placées pour comprendre et répondre aux besoins des filles et des familles des communautés. Ils peuvent également être des partenaires essentiels de leurs gouvernements pour élaborer et mettre en œuvre des stratégies efficaces de lutte contre le mariage des enfants et les grossesses non désirées.