Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

PHOTOS: Mabel van Oranje en visite au Mozambique pour marquer l'avancée des efforts du pays pour mettre fin au mariage des enfants

On the 3rd day of the visit, Mabel headed to Manhiça to visit ActionAid’s “End Violence Against Girls In Schools” project. Girls Clubs enable girls to learn and claim their rights, and provide a space for teachers, parents, peers, and community leaders, to ensure girls can fully and safely enjoy their education.

Le changement est en cours au Mozambique. En avril, le gouvernement a lancé sa stratégie nationale de prévention et de lutte contre le mariage des enfants. Pas plus tard que la semaine dernière (3 juin), il s'agissait de l'un des pays qui a approuvé la loi type de la SADC sur l'éradication du mariage d'enfants et la protection des enfants déjà mariés , qui préconise de relever l'âge légal du mariage à 18 ans et d'harmoniser les lois et les politiques relatives au mariage d'enfants. à travers l'Afrique australe.

Maintenant que ces mesures importantes ont été franchies, il est essentiel que le gouvernement élabore un plan d'action pour assurer le succès de la mise en œuvre de la Stratégie, en collaboration avec les organisations de la société civile, les donateurs, les chefs religieux et traditionnels, les jeunes militants et les filles elles-mêmes.

La semaine dernière, Mabel van Oranje, présidente du conseil d’administration de Girls Not Brides , s’est rendue au Mozambique pendant quatre jours pour rencontrer les différents acteurs qui ont un rôle à jouer dans la mise en œuvre de la stratégie et dans l’élimination du mariage des enfants dans le pays. Voici les points forts de son voyage.

Mabel van Oranje a rencontré un éventail de parties prenantes, notamment: le ministre de la Santé; la ministre de la condition féminine, de l'enfance et de la protection sociale; le ministre de l'éducation; la première dame du mozambique; le président et président du Parlement; le président de la Commission sur les questions sociales et de genre au Parlement mozambicain; des représentants de l'UNICEF; Le FNUAP et la Banque mondiale; des représentants des principaux pays donateurs; jeunes activistes; les filles elles-mêmes; et des organisations de la société civile travaillant ensemble pour mettre fin au mariage des enfants dans le cadre de la Convention pour l'élimination de la discrimination au sein des femmes (CECAP). Elle a également visité deux projets d'autonomisation des filles basés dans les districts de Manhiça et de Boene.