L’UNICEF et l’UNFPA lancent une nouvelle initiative pour mettre fin aux mariages d’enfants

Madhalsi Sarkar, 17, finished primary school and was not interested in pursuing her secondary education. In May of this year her parents tried to marry her to a 27-year old man but the marriage was prevented by the Child Helpline. Her parents were not aware of the child marriage act. | Photo credit: UNICEF | Slezic

A l’occasion de la Journée internationale de la femme, deux agences de l’ONU ont annoncé mardi le lancement d’une nouvelle initiative, à laquelle participeront plusieurs pays, pour mettre fin aux mariages d’enfants et protéger ainsi les droits de millions de filles vulnérables dans le monde.

Lancée conjointement par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), le Programme mondial pour accélérer l’action contre le mariage d’enfants aura pour but d’empêcher les filles de se marier trop jeune et de soutenir celles qui sont déjà mariés dans 12 pays d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient, où les taux de mariage d’enfants sont élevés, ont indiqué les deux agences dans un communiqué de presse conjoint.

« Choisir quand et avec qui se marier est l’une des décisions les plus importantes de la vie. Le mariage d’enfants prive des millions de filles de ce choix chaque année », a déploré le Directeur exécutif du FNUAP, le Dr. Babatunde Osotimehin. « Dans le cadre de ce Programme mondial, nous allons travailler avec les gouvernements des pays à forte prévalence du mariage d’enfants pour faire respecter les droits des adolescentes, afin que les filles puissent réaliser leur potentiel et que les pays puissent atteindre leurs objectifs de développement économique et social », a-t-il ajouté.

Ce nouveau Programme mondial UNICEF-FNUAP mettra l’accent sur plusieurs stratégies, notamment l’augmentation de l’accès des filles à l’éducation et la santé, l’éducation des parents et des communautés sur les dangers du mariage d’enfants, le soutien économique aux familles et le renforcement de l’application de l’âge minimum du mariage à 18 ans.

« Le monde a enfin pris conscience des dommages causés par le mariage d’enfants pour les filles, leurs futurs enfants et leurs sociétés », a de son côté déclaré le Directeur exécutif de l’UNICEF, Anthony Lake. « C’est maintenant qu’il faut agir car si les tendances actuelles se poursuivent, le nombre de filles et de femmes mariées durant leur enfance avoisinera 1 milliard d’ici 2030 – 1 milliard d’enfances perdues, 1 milliard de destins ruinés ».

M. Lake a ajouté que le mariage d’enfants est une violation des droits des filles et des femmes.

« Les filles qui sont mariées dans leur enfance sont plus susceptibles d’être déscolarisées, victimes de violence domestique, contracter le VIH/SIDA et mourir suite à des complications durant la grossesse et l’accouchement », a-t-il indiqué, ajoutant que le mariage d’enfants porte également préjudice aux économies et contribue au cycle intergénérationnel de la pauvreté.

Rappelant que le Programme de développement durable à l’horizon 2030 inclut une cible sur l’élimination du mariage d’enfants, l’UNICEF et le FNUAP ont appelé les gouvernements et organisations partenaires de l’ONU à soutenir la mise en œuvre de cette cible d’ici 2030.

Le Programme mondial UNICEF-FNUAP pour accélérer l’action contre le mariage d’enfants est une initiative soutenue par le Canada, l’Union européenne, l’Italie, les Pays-Bas, et le Royaume-Uni.

Cet article est précédemment apparu ici