Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Back to the original version

COMMUNIQUÉ DE PRESSE: Le Jour de l'enfant africain 2016, Girls Not Brides, lance «Nous sommes des filles, pas des épouses», l'hymne pour mettre fin au mariage des enfants

Pour marquer la Journée de l'enfant africain, le 16 juin 2016, Girls Not Brides: Le Partenariat mondial pour mettre fin au mariage des enfants a lancé un clip vidéo et appelle à une action renouvelée pour mettre fin au mariage des enfants en Afrique.

La chanson «We are Girls, Not Brides» a été écrite, composée et chantée par un groupe de jeunes filles talentueuses de l'école de filles de Lusaka, qui participent à un club d'autonomisation des filles géré par l' organisation Continuity-Zambia, membre de Girls Not Brides . La chanson est un rappel puissant que les filles veulent être des filles et non des épouses, et que les gouvernements doivent tenir leurs engagements pour mettre fin au mariage des enfants en Afrique.

«Nous savons que cette chanson aura un impact réel sur les jeunes filles, les garçons, les communautés et les familles. Un message de filles disant au monde entier qu'elles ont le droit de s'exprimer et de refuser le mariage fera une bien plus grande différence que celui des adultes. Je pense que cette chanson fera une réelle différence dans le travail que nous faisons pour mettre fin au mariage des enfants en Afrique. Surtout dans les endroits où les gens hésitent encore à accepter que les filles sont égales aux garçons et qu'elles ont le potentiel de réaliser de grandes choses pour notre grand continent », a déclaré Andrew Sichangwa, directeur exécutif de Continuity-Zambia Organization, membre de Girls Not Brides .

Outre une campagne régionale pour mettre fin au mariage des enfants et le nombre croissant d'initiatives nationales, davantage de dirigeants africains s'engagent à mettre fin à cette pratique.

Mais il reste encore du travail à faire dans toute la région pour élaborer et mettre en œuvre des stratégies et des plans d'action nationaux pour mettre fin au mariage des enfants et soutenir les filles mariées de manière globale, multisectorielle et dotée de ressources suffisantes. La prévention du mariage des enfants et le soutien aux filles mariées doivent être intégrés dans une gamme d'interventions et de secteurs.

Les stratégies globales devraient inclure des initiatives pour autonomiser les filles, mobiliser les familles et les communautés en tant qu'agents du changement, fournir des services adéquats (en particulier les services de santé, d'éducation et de justice) et mettre en place un cadre juridique qui protège les filles du mariage et de ses conséquences négatives. Le gouvernement devrait également travailler en étroite collaboration avec la société civile et d'autres acteurs pour protéger toutes les filles à risque et soutenir les filles mariées.

Le mariage des enfants: toujours répandu et mettant en péril l'avenir de la région africaine

Le mariage des enfants est toujours une réalité pour des millions de filles à travers l'Afrique. Le continent africain abrite 16 des 20 pays ayant les taux de mariage d'enfants les plus élevés au monde. 40% des filles en Afrique subsaharienne sont mariées avant l'âge de 18 ans.

Le mariage des enfants compromet les efforts visant à améliorer la santé maternelle et infantile et a des conséquences dévastatrices pour la fille, sa famille et ses futurs enfants. Les jeunes mariées courent un risque plus élevé de décès et de blessures pendant la grossesse et l'accouchement: les filles âgées de 15 à 19 ans sont plus susceptibles de mourir en couches que les jeunes femmes âgées de 20 à 24 ans, et les filles de moins de 15 ans courent un risque encore plus grand. Leurs enfants souffrent aussi: lorsqu'une mère a moins de 20 ans, son bébé est 50% plus susceptible de mourir dans les premières semaines de sa vie.

On a l'impression que l'impact du mariage des enfants est limité, mais ce n'est pas le cas. Cette pratique freine le développement de la région et la prospérité économique en privant des millions de filles de l’éducation et des opportunités qui leur auraient permis de sortir elles-mêmes et leurs familles de la pauvreté. Plus de 60% des enfants mariées dans les pays en développement n'ont reçu aucune éducation formelle. Si nous n'agissons pas maintenant, le nombre de filles mariées en tant qu'enfants doublera d'ici 2050 et l'Afrique deviendra la région comptant le plus grand nombre d'enfants mariées au monde.

Mettre fin au mariage des enfants pourrait aider la région à atteindre au moins huit des dix-sept objectifs mondiaux de développement durable , notamment la santé, la pauvreté, l'éducation, la nutrition et la violence à l'égard des femmes et des filles.

Grâce à un partenariat efficace, l'Afrique peut montrer la voie du changement à l'échelle mondiale

Compte tenu de l'ampleur et de la complexité du mariage des enfants, cette pratique ne peut être supprimée par les seuls politiciens. Tous les acteurs, des législateurs aux dirigeants communautaires, en passant par les médias, les acteurs de la société civile et les filles elles-mêmes, ont un rôle à jouer dans l’histoire du mariage des enfants.

Les jeunes en particulier doivent être au cœur des efforts visant à mettre fin au mariage des enfants. Avec près de 200 millions de personnes âgées de 15 à 24 ans, l'Afrique a la population la plus jeune du monde. Nous ne pouvons pas obtenir des résultats à grande échelle sans impliquer les jeunes.

Contacts médias

Pour des interviews, des citations ou des images, veuillez contacter Maryam Mohsin, chargée de communication, Girls Not Brides : +44 7436 095435 / media@GirlsNotBrides.org

La Journée de l'enfant africain est célébrée le 16 juin de chaque année pour honorer la mémoire des écoliers tués en 1976 lors d'une manifestation à Soweto, en Afrique du Sud.

Ressources médiatiques

Pour plus d'informations sur Girls Not Brides , visitez www.GirlsNotBrides.org

[PREND FIN]