Cette page a été traduite par Google Traduction, un service de traduction instantanée. Aucune garantie n’est donnée quant à l’exactitude de ces traductions.

Retour à la version anglaise?

Les faits sur le mariage des enfants

Gro Brundtland et Graça Machel écrivent dans le Daily Beast que la pratique consistant à devenir des femmes épouses sape les efforts de développement et constitue une «tradition» qui doit changer.

Nous nous leurrons si nous pensions pouvoir améliorer la vie des plus pauvres du monde sans parler des pratiques traditionnelles néfastes qui affectent encore des millions de filles et de femmes.

En tant que défenseurs de longue date de l'égalité, nous nous félicitons naturellement des investissements réalisés dans les programmes de santé des femmes, d'éducation des filles et d'autonomisation économique des femmes.

Mais il faut aussi se demander pourquoi, malgré ces investissements, les progrès sont si lents? Nous pensons que la raison en est que les efforts de développement ne sont pas suffisamment axés sur les normes sociales et les traditions néfastes.

Le mariage d'enfants est précisément l'une des traditions qui sapent les efforts de développement sur de nombreux fronts: éducation, santé, pauvreté, égalité. Pourtant, il se situe en marge du débat sur le développement et est rarement discuté à un niveau élevé.

Peut-être est-ce vu comme une affaire de famille, et donc privée. C'est peut-être parce que le mariage des enfants est une question de culture et de tradition, dans laquelle les politiciens et les agences d'aide hésitent à s'immiscer. Naturellement, aucun d'entre nous ne veut être accusé de manquer de respect pour les anciennes coutumes.

En tant que membres des Aînés , nous reconnaissons toutes ces sensibilités, mais nous n’acceptons pas qu’elles constituent des motifs de silence. Le mariage des enfants n'est approuvé par aucune religion. C’est une tradition, perpétuée par la pauvreté et les normes sociales dominantes, qui valorise la vertu et la fécondité d’une fille, au détriment de son développement, d’une manière qui puisse être bénéfique pour elle, ses enfants et sa communauté.

Nous ne partageons pas l'opinion selon laquelle les traditions sont immuables. Les traditions sont faites par les gens. Et si elles sont nuisibles et ont perdu leur utilité, elles doivent changer.

Le mariage des enfants est une violation flagrante des droits de l'homme et un défi majeur pour le développement. Si les dirigeants mondiaux réunis à New York cette semaine veulent faire de réels progrès en matière de libertés mondiales et de lutte contre la pauvreté, ils devraient commencer par parler du mariage des enfants.

Étonnamment, on estime que chaque année, dans le monde entier, 10 millions de filles sont mariées avant l'âge de 18 ans. Un nombre considérable d'entre elles - une fille sur sept dans les pays en développement - sont mariées avant l'âge de 15 ans.

Une fille mariée abandonne généralement ses études si elle est allée à l'école. Sa vie sera centrée sur son mari et sa maison. Les filles de moins de 15 ans courent cinq fois plus de risques de mourir en couches que les femmes de 20 ans. L'accès aux services de santé est un facteur - le mariage des enfants est plus répandu dans les communautés pauvres. Mais le corps immature des filles est également beaucoup plus vulnérable aux blessures liées à l'accouchement telles que la fistule obstétricale et à la mort.

On trouve des mariées d'enfants sur tous les continents, la prévalence étant la plus élevée en Afrique centrale et occidentale, en Asie du Sud et dans certaines régions du Moyen-Orient. Le Niger a le taux le plus élevé de mariages d'enfants (76%), tandis que l'Inde en possède le plus grand nombre (plus du tiers des épouses dans le monde).

Si les taux actuels de mariage d'enfants continuent, 100 millions de filles seront mariées au cours de la prochaine décennie. Exclus de l'éducation et d'autres opportunités pour développer leur plein potentiel, ils et leurs enfants seront donc plus pauvres.

Un petit nombre d'organisations courageuses commencent à s'engager dans des processus de changement qui commencent à produire des résultats tangibles. En Éthiopie, des programmes menés localement encouragent toutes les personnes concernées (parents, chefs de village, chefs religieux, enseignants, agents de santé) à discuter des avantages de l’éducation et des risques pour la santé des filles enceintes. Parallèlement, les filles bénéficient d'un mentorat et d'un soutien dans les clubs d'après-école, tandis que les hommes reçoivent des informations et des idées sur le traitement de leurs femmes comme des égales. Au Sénégal, des centaines de villages se sont publiquement engagés à mettre fin au mariage des enfants et à la mutilation génitale des femmes.

Nous croyons que le changement peut réellement se produire en une génération. Une femme qui se marie à 18 ans ou plus tard, qui est capable de poursuivre ses études et de développer sa confiance en soi et ses compétences, a très peu de chances d'épouser très jeune ses propres filles.

Le monde est maintenant doté de la plus grande génération de filles de l'histoire. En mettant fin au mariage des enfants, nous pouvons donner à ces filles les moyens de réaliser leur potentiel et d'aider à transformer les communautés à une échelle sans précédent. Nous devons commencer par en parler.